ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

En lisant le livre de Benoît XVI, « Jésus de Nazareth »

 

ROME, le 17 Mai 2007 - (E.S.M.) - En attendant et pour préparer les esprits à accueillir, comme il se doit, le livre du pape Benoît XVI qui sortira en France le 24 mai prochain, nous continuons à vous donner l'analyse de Mr de Plunkett.

Le pape Benoît XVI à sa table de travail - Pour agrandir l'image Cliquer

En lisant le livre de Benoît XVI, « Jésus de Nazareth »

2/ Un diagnostic acéré, une lumière nouvelle :

Les journalistes s’empresseront de ne pas lire ce Jésus de Nazareth, mais continueront à écrire sur son auteur en le qualifiant de « conservateur ». Est-on « conservateur » si l'on combat les idées dominantes ? Non. Or c’est ce que fait le livre du pape. Il montre la facticité des images de Jésus conçues et installées depuis le siècle dernier. Il utilise les acquis des méthodes scientifiques d’investigation (histoire et exégèse), pour jeter une lumière nouvelle sur Jésus.

Le lecteur va de surprise en surprise : il découvre que le « Jésus de l’histoire » contient déjà le « Christ de la foi ».

Au chapitre 3, par exemple, le pape Ratzinger scrute les débuts des évangiles. Que sont-les évangiles ? Beaucoup plus qu’une « bonne nouvelle », terme trop faible ! Le mot « évangiles », c’est (au Ier siècle) le nom officiel des messages des empereurs romains, actes souverains, censés transformer le monde. Si Jésus et les apôtres utilisent ce mot, c’est à dessein, avec toute sa force de percussion. Sens de ce détournement de vocable : celui qui sauve le monde, c’est Dieu, ce n’est pas César.

Et quelle est la « nouvelle » portée par les évangiles ? C’est que « le Royaume est proche ».

MAIS QU'EST-CE QUE LE ROYAUME ?

Ici, l’enquête de Benoît XVI devient acérée. Il renvoie dos à dos deux erreurs contraires :

a) une certaine théologie triomphaliste du XIXe siècle qui assimilait le Royaume à l’Eglise (sur terre) ;

b) et, à l’inverse, le dérapage de la théologie libérale protestante (puis catholique au XXe siècle) : série de glissements qui prétendaient écarter « tout ce qui divise l’humanité » : écarter d’abord le Christ, puis Dieu, pour aboutir à l’idée que le Royaume n’est rien d’autre que l’union de l’humanité pour la paix ; la véritable mission « des religions » étant de se dissoudre dans ce programme, et de se mettre au service de pouvoirs séculiers.

Ce sont de fausses pistes, explique Benoît XVI : ceux qui les suivent sont obligés « à partir de leurs critères, de contester une grande partie des paroles de Jésus […] et d’en infléchir d’autres dans leur sens, même s’ils doivent pour cela leur faire violence ».

Mais l’évangile résiste à ces entreprises d’instrumentalisation : « la réalité que Jésus appelle ‘‘Royaume de Dieu, Seigneurie de Dieu’’ est extrêmement complexe, et c’est seulement en l’acceptant dans sa totalité que nous pouvons nous approcher de son message et nous laisser guider par lui. »

Jésus dans les évangiles nous dit :

- que Dieu est,

- qu’il agit ici et maintenant,

- que le Royaume « tout proche » est à la fois le temps de la pénitence et de la joie,

- que le Royaume, c’est Jésus lui-même au milieu de nous,

- que le Royaume « n’est pas là de par la simple présence physique de Jésus, mais qu’il l’est à travers son action dans l’Esprit Saint. En ce sens, c’est en lui et par lui que le Royaume de Dieu est présent ici et maintenant, qu’il est ‘‘tout proche’’… »

Quand on a saisi cela, explique le pape Benoît XVI, tous les faux problèmes théologiques disparaissent : l’opposition entre la communauté et l’individu, l’opposition entre la grâce et l’agir humain, etc.

Et pour saisir cela, il a suffi de se recentrer sur Jésus le Christ !

En lisant le livre du pape, nous saisissons aussi que la foi (la confiance) en Jésus-Christ est vraiment le « signe de contradiction », aujourd’hui comme il y a deux mille ans. C’est pour la rejeter – consciemment ou inconsciemment – que se sont construites les théories dérapantes du siècle dernier. Pourquoi ce rejet ? C’est une autre histoire.

"En train de lire le livre du pape Benoît XVI sur Jésus de Nazareth !
Cet ouvrage est le plus grand anti-dépresseur (intellectuel et spirituel) que l'on puisse trouver aujourd'hui
"Jésus de Nazareth"de Benoît XVI en vente en France
 

Sources: Patrice de Plunkett  - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 17.05.2007 - BENOÎT XVI - T. Eglise

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante