ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

L’ « enfant désiré » et l’ « enfant refusé »

 

Rome, le 16 février 2008 - Entretien avec le Professeur Carlo Valerio Bellini sur l'Euthanasie du néonatale. Le Professeur Carlo Valerio Bellini est le Responsable du Service de Thérapie Intensive Néonatale de la Polyclinique « Le Scotte » de Sienne, et membre de l’Académie Pontificale « Pro Vita ».

L’EUTHANASIE DU NEONATALE

Entretien avec le Professeur Carlo Valerio Bellini

Le Professeur Carlo Valerio Bellini est le Responsable du Service de Thérapie Intensive Néonatale de la Polyclinique « Le Scotte » de Sienne, et membre de l’Académie Pontificale « Pro Vita »

Un nouvel ADN, et donc une nouvelle vie, se forme si un spermatozoïde et une ovule se rencontrent. De ce ‘grumeau de cellule’, de ce ‘produit de la conception’, pour certains on peut faire ce que l’on veut. Même l’usage du langage aide à traiter le futur être à naître, le nouveau-né, et puis ensuite l’enfant, comme un ‘objet’ et non pas comme une personne ?

Je suis convaincu que nous devrions bannir l’usage de la parole “foetus” de notre langage commun. Parce que c’est une parole qui, depuis un siècle seulement, est utilisée pour définir l’enfant non encore né. Les romains disaient « fetus » pour les fruits, pour la progéniture, pour les descendants, et non pas pour celui qui n’était pas encore né qui était seulement un « puer ». Fœtus est aussi une parole intentionnellement neutre, sans masculin et sans féminin : c’est à dire sans la caractéristique sexuelle, qui est le trait fondamental de notre organisme : pourquoi ? Peut-être pour donner au fœtus un sens plus général comme quelque chose qui serait quelque chose d’autre que nous. L’assonance avec des paroles peu heureuses comme « défaut », ou « puanteur » donne de plus au terme une résonance de tristesse, de misère, de désolation ; et cela n’aide pas à comprendre que, dans l’utérus, il y a un enfant qui suce son pouce, qui sent la douleur, qui se rappelle. Tout ce que chaque femme, en revanche, aurait à gagner par la connaissance de cette humanité, soit parle progrès scientifique qui en découle, soit par la capacité de compagnie qu’elle retirerait de la rencontre prénatale avec ce nouveau membre de la famille.

Est-il correct d’affirmer que le diagnostic prénatal se transforme en une pratique eugénique, en instrument pour éliminer les enfants malades, imparfaits ? Existe-t-il des données, à votre connaissance, au plan européen ou international, qui puissent confirmer cette affirmation ?

Cette approche provocatrice est l’œuvre du président très laïc du Comité Consultatif de Bioéthique de la République Française. Il faut distinguer entre diagnostic prénatal « non génétique » et « génétique » : le premier, habituellement recherche les maladies fœtales soignables ; un exemple pour le deuxième, est la recherche des anomalies chromosomiques, comme le syndrome Down, et d’autres pour lesquelles il n’existe pas de thérapie prénatale. Le diagnostic génétique prénatal est réalisé avec des moyens directs (amniocentèse ou villocentèse), ou avec des moyens indirects (mesure de la nuque fœtale ou analyse du sang de la maman). En France et en Italien nous assistons à une augmentation continue du taux des amniocentèses : en France, on est préoccupé, par ce qu’on en est arrivé à 15% des femmes). Dans certaines régions d’Italie, ce taux est supérieur. Une étude récente faite par des bioéthiciens laïcs anglais, conclut en majorité pour le caractère non éthique de la procédure de sélection (« screening ») de la masse prénatale pour le syndrome de Down ; mais le diagnostic prénatal indirect s’étend à une majorité de la population. Le problème n’est pas l’eugénisme, mais c’est l’usage inquiétant de la procédure de sélection du diagnostic génétique prénatal, comme si l’on voulait attribuer à tous les futurs enfants à naître un « ticket » de conformité.

Pratiques d’euthanasie active et passive néonatales. Vie « juste », vie « non juste ». « Qualité de la vie. La souffrance, la douleur. Du point de vue médicale et scientifique, comment doit-on aborder ces problèmes ?

L’euthanasie est la pointe de l’iceberg ; mais le problème, c’est que, dans la population, est en train de passer le concept que la vie doit avoir certaines qualités pour mériter d’être vécue. Cela naît d’une vision étroite de sa propre vie, dictée, je crois, par une solitude personnelle. Et, à la base de la demande d’introduire l’euthanasie dans la législation, il n’y a rien de romantique (« la mort douce »), mais précisément une grande peur de ne pas être acceptés, d’être seuls… et, face à l’abandon possible qui nous attend si nous devenons non autosuffisants, préparer pour soi et pour les autres l’unique sortie que nous savons concevoir, si nous n’avons pas une bonne espérance liée aux personnes, aux expériences, à la certitude d’un dieu Bon qui nous aime même quand nous ne valons plus, quand nous produisons plus. La science ne peut appuyer ces raccourcis, qui, en plus de tout, bloquent la recherche…, mais elle doit vaincre la dépression, dans le domaine clinique, et la solitude dans le domaine social.

Quelle est la définition correcte d’euthanasie néonatale ?

C’est un acte qui, en l’absence souvent de certitudes, suppose que la mort est préférable à une vie handicapée. Je dis « suppose », parce que différentes études montrent que le niveau de satisfaction pour la vie ne change pas, par exemple, chez les enfants atteints d’épine bifide, ou qui sont nés extrêmement prématurés, par rapport à la population générale. Attention à ne pas concentrer toutes les attentions sur l’euthanasie active, étant donné que même pour l’euthanasie passive (la suspension des soins non en prévention de mort, mais de handicaps) le jugement moral est identique.

Certains affirment que l’un des effets de ce qu’on appelle la modernité, semble toucher la conception même d’être humain. La naissance d’un enfant semble avoir perdu, dans les sociétés avancées, sa fonction de garantir la continuité du groupe humain dans la dimension temporelle. Etes-vous d’accord ?

Dans le cœur des Mamans, il y a encore tout entière la conscience de cette fonction. Mais il flotte dans l’air une imposition sociale selon laquelle l’enfant doit être vécu comme un « droit », comme un « produit ». Et les femmes qui, dans leur cœur, vivraient non pas une mais plusieurs grossesses, très tôt quant à l’âge, en jouissant de la présence de l’enfant avant même qu’il naisse, en l’aimant même s’il est malade, sont contraintes par une pression sociale à avoir un seul enfant, à un âge avancé, en l’acceptant seulement s’il est « parfait ». Il s’agit de ramener à la lumière ce cœur étouffé par les moyens d’information et par la convention

Dossier complet en format Word : L’EUTHANASIE DU NEONATALE

Sommaire de ce dossier :
- L’ « enfant désiré » et l’ « enfant refusé »
- Le diagnostic prénatal
- La définition de l’euthanasie du nouveau-né
- Il protocole de Groningen
- L’épine bifide
- Ce qui se passe en Belgique, en Suisse, en France en Grande Bretagne, en Italie
- La “qualité de la vie”

Dossier disponible également sur le site de l’Agence Fides : www.fides.org
 

Sources: www.vatican.va - Fides - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 16.02.2008 - BENOÎT XVI - T/Famille

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante