ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Un cas de conscience. Les confesseurs et la contraception

 

Rome, le 15 septembre  2010  - (E.S.M.) - Les plus récentes instructions du Vatican quant à la manière de traiter les époux qui, de bonne foi, accomplissent des actes contraceptifs atténuent la sévérité précédente. La doctrine reste intacte, mais, au confessionnal, la conscience du fidèle doit être respectée.

Un cas de conscience. Les confesseurs et la contraception

par Sandro Magister

Le 15 septembre 2010 - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - On cite souvent la formule du bienheureux John Henry Newman, que Benoît XVI élèvera sur les autels dimanche 19 septembre à Birmingham : "Je porterais un toast d’abord à la conscience et ensuite au pape".

Interprétée correctement, cette formule de Newman n’a rien d’hétérodoxe. Le concile Vatican II, au paragraphe 16 de "Gaudium et Spes", a défini la conscience comme "le centre le plus secret de l’homme, le sanctuaire où il est seul avec Dieu et où la voix de celui-ci se fait entendre".

Mais c’est un fait que, dans la vie de beaucoup de fidèles, la voix de leur conscience est parfois en opposition objective avec l'enseignement de l’Église. Une opposition qui n’est pas nécessairement coupable.

Des cas où la conscience se trompe sans être coupable se présentent fréquemment dans la vie conjugale, quand les époux ont recours à la contraception sans avoir conscience de commettre un péché.

À propos de ces cas, un article de www.chiesa paru il y a quelques jours a montré que les prêtres ayant charge d’âmes sont souvent très compréhensifs et indulgents   Ego te absolvo. La voie catholique du contrôle des naissances

Comme l’a prouvé une récente étude du professeur Gianpiero Dalla Zuanna, cette attitude a certainement été celle des prêtres de paroisses, encouragés par la hiérarchie de l’Église, pendant la première moitié du XXe siècle dans une des régions les plus catholiques d'Italie, la Vénétie, vis-à-vis des époux qui accomplissaient "de bonne foi" des actes contraceptifs.

D’ailleurs beaucoup d’autres indicateurs montrent que c’était l’attitude dominante dans toute l’Église à cette époque.

Mais, par la suite, les indications données par la hiérarchie sont devenues plus sévères. À partir de l'encyclique "Casti Connubii" publiée par Pie XI en 1931, on a commencé à dire aux confesseurs de ne plus faire confiance à la "bonne foi", mais d’instruire les pénitents de la gravité du péché qu’ils commettaient.

Cette sévérité est entrée dans les manuels de théologie morale utilisés dans les séminaires, du Vermeersch au Merkelbach, du Noldin au Prummer, du Cappello au Palazzini-De Jorio, comme on les appelait, d’après le nom de leur auteur.

Dans la pratique courante, toutefois, beaucoup de prêtres ont continué à absoudre les époux sans trop enquêter sur leurs comportements, en supposant qu’ils étaient de "bonne foi".

Après l'encyclique "Humanæ vitæ" de Paul VI (1968) l’écart entre l'enseignement de l’Église en matière de contraception et les comportements d’une grande partie des époux, même catholiques pratiquants, est devenu encore plus évident.

Les prêtres ayant charge d’âmes se sont alors trouvés dans un état d’incertitude encore plus grande. Une incertitude accentuée par les vives contestations dont "Humanæ vitæ" a été l’objet, y compris de la part de membres de la hiérarchie.

Parmi les prêtres il y avait des "rigoristes" et des "laxistes", mais les plus nombreux étaient ceux qui, en entrant dans le confessionnal, n’étaient pas en mesure de donner une réponse sûre à la question : comment faut-il se comporter vis-à-vis des fidèles qui recourent à des pratiques contraceptives ?

*

Et bien il y a un document du Vatican qui a redonné une certaine unité d’orientation aux prêtres chargés d’âmes qui doivent affronter les dilemmes de la contraception.

Ce document est daté du 12 février 1997. Il a donc été publié près de trente ans après "Humanae Vitae".

Il émane du conseil pontifical pour la famille, présidé à l’époque par le cardinal Alfonso López Trujillo et aujourd’hui par le cardinal Ennio Antonelli.

Il est intitulé : "Vade-mecum pour les confesseurs sur certains sujets de morale liés à la vie conjugale".

Avant tout, il synthétise de la manière suivante la doctrine de l’Église en matière de contraception :

"L'Église a toujours enseigné la malice intrinsèque de la contraception, c'est-à-dire de chacun des actes conjugaux rendus intentionnellement inféconds. Cet enseignement doit être considéré comme doctrine définitive et irréformable. La contraception s'oppose de manière grave à la chasteté matrimoniale, elle est contraire au bien de la transmission de la vie (aspect de procréation du mariage) et contraire au don réciproque des conjoints (aspect d'union du mariage). Elle blesse l'amour véritable et nie le rôle souverain de Dieu dans la transmission de la vie humaine. [...]

"Le comportement des conjoints, toujours fondamentalement ouverts à la vie, qui ne vivent leur intimité que dans les périodes infécondes, s'ils sont guidés par des motifs sérieux de paternité et maternité responsables, est profondément différent de toute pratique contraceptive, tant du point de vue anthropologique que moral, parce qu'il s'enracine dans une conception différente de la personne et de la sexualité. Le témoignage des couples qui, depuis des années, vivent en harmonie avec le plan du Créateur et qui utilisent d'une manière licite, lorsqu'il y a une raison proportionnellement sérieuse, les méthodes dites « naturelles » à juste titre, confirme que les époux peuvent vivre intégralement, d'un commun accord et dans une totale donation, les exigences de la chasteté et de la vie conjugale".

Mais lorsque, plus loin, le document donne des indications pratiques aux confesseurs, il les encourage explicitement à faire confiance à la "bonne foi", tout en leur conseillant de procéder par étapes graduelles pour réveiller dans la conscience du pénitent la conscience des fautes qu’il a commises :

"Sur le plan de la chasteté conjugale aussi, on doit considérer le principe toujours valable selon lequel il est préférable de laisser les pénitents dans leur bonne foi pour les cas où l'erreur est due à une ignorance subjectivement invincible, quand on prévoit que le pénitent, même s'il entend vivre de sa foi, ne changerait pas de conduite et en viendrait même à pécher formellement. Toutefois, dans ces cas aussi, le confesseur doit encourager ces pénitents, par la prière, par l'exhortation à la formation de la conscience, par le rappel de l'enseignement de l'Église, pour qu'ils accueillent dans leur vie le plan de Dieu, y compris dans ces exigences concrètes".

Une autre indication "rigoriste" que le document abandonne est celle qui interdisait de donner l’absolution à ceux qui seraient retombés plusieurs fois dans des pratiques contraceptives :

"On ne refusera pas l'absolution sacramentelle à celui qui, après avoir péché gravement contre la chasteté conjugale, s'est repenti et, malgré les rechutes, montre qu'il veut lutter pour s'abstenir de pécher de nouveau. Le confesseur évitera toute méfiance vis-à-vis de la grâce de Dieu ou des dispositions du pénitent : il n'exigera pas de garanties absolues d'une conduite irrépréhensible à l'avenir que le pénitent ne peut humainement pas donner. Ceci est établi selon la doctrine reconnue et la pratique suivie par les Saints Docteurs et les confesseurs à propos des pénitents habituels".

Ce document n’est pas à proprement parler un acte du magistère hiérarchique, mais c’est en tout cas la plus récente indication émanant d’un organe consultatif du Saint-Siège quant à la manière d’aborder, au confessionnal, la question de la contraception.

*

Présentant ce document dans "Vita Pastorale" – une revue très lue par les prêtres en Italie – le théologien dominicain Giordano Muraro, professeur de morale à l'Angelicum de Rome, a écrit que c’était "un document courageux, qui a ramené la paix et la sérénité dans le cœur de beaucoup de confesseurs mais aussi dans celui de beaucoup de fidèles".

Mais il a également objecté que le document présentait une lacune : il introduisait des nouveautés par rapport à la ligne "rigoriste" précédente mais n’expliquait pas la raison de ces changements.

Et cette raison fondatrice – d’après le père Muraro – était justement "une nouvelle et grande importance donnée à la conscience du fidèle, le mot conscience signifiant ici la capacité qu’a l’individu d’évaluer et de déterminer le comportement qu’il doit choisir et vivre".

"La nouveauté du document – concluait le père Muraro – consiste à admettre que la conscience puisse formuler de manière non coupable un jugement différent de celui du magistère hiérarchique et qu’elle puisse appliquer ce jugement à sa vie personnelle, en tenant compte des circonstances particulières dans lesquelles elle est amenée à vivre.

"De là naît la nécessité pour le confesseur de réfléchir à deux points. Le premier concerne la conscience et la place qu’elle occupe dans la vie morale de l’individu. Le second concerne la possibilité d’exprimer sur la contraception une opinion différente de celle du magistère. Le confesseur doit reconstituer le cheminement qui conduit le fidèle à cette différence d’opinion : parce que ce n’est qu’en connaissant ce cheminement qu’il peut intervenir de manière respectueuse et convaincante dans la vie du fidèle pour l’aider à dépasser son opinion erroné
e".

***

Le texte intégral du document du conseil pontifical pour la famille Vade-mecum pour les confesseurs sur certains sujets de morale liés à la vie conjugale

Le commentaire du père Giordano Muraro dans "Vita Pastorale" Contraccezione - un vademecum per i confessori

 Traduction française par Charles de Pechpeyrou, Paris, France.


 

Source: Sandro Magister
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 15.09.2010 - T/International

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante