ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Troisième encyclique de Benoît XVI : Espérance et réalisme

 

Le  14 juillet 2009  - (E.S.M.) - Ce qui ressort du texte de la troisième encyclique de Benoît XVI, est, à première vue, l'attention aux phénomènes de la mondialisation et de la technocratie, qui sont en soi neutres, mais sujets à des dégénérescences à cause - "en termes de foi" précise le Pape - du péché originel.

Troisième encyclique de Benoît XVI : Espérance et réalisme

Le 14 juillet 2009  - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Réalisme et espérance, malgré la crise économique mondiale. Voici, de la troisième encyclique de Benoît XVI, un résumé très bref ou, plus exactement, une approximation sommaire vis-à-vis d'un texte aussi important et riche que son élaboration a été longue. Pour poursuivre une tradition de documents pontificaux commencée en 1891 avec la célèbre encyclique Rerum Novarum de Léon XIII, puis développée avec vigueur en 1931 par les deux encycliques de Pie XI après la grande dépression économique et financière qui avait eu lieu deux ans plus tôt: l'encyclique Quadragesimo anno et la très peu connue Nova impendet, sur la gravité de la crise et sur la folie de la course aux armements, qui manifesta déjà à l'époque une perception très incisive d'un problème encore actuel. Jusqu'à arriver aux magistères sociaux de Jean XXIII, Paul VI et Jean-Paul II.

Caritas in Veritate s'inscrit dans cette série en soulignant, dans ce domaine également, la continuité entre la tradition antérieure et la tradition postérieure au concile Vatican II. En se réclamant de manière particulière des encycliques de son prédécesseur et surtout des deux dernières encycliques du Pape Montini, que quarante jours avant de mourir, Paul VI lui-même évoqua comme étant l'expression particulière de son pontificat: Populorum Progressio, point de référence permanent et presque un sous-texte de ce document de Benoît XVI, et Humanae Vitae, dont est également reprise explicitement la lecture sociale, comme ce fut le cas il y a quarante ans en particulier dans le Tiers-monde face aux tempêtes de critiques, même à l'intérieur de l'Eglise, qui dans les riches sociétés occidentales, s'abattirent sur l'encyclique paulinienne et semblèrent près de l'emporter.

Toute la structure de Caritas in Veritate, adressée de manière inhabituelle aux catholiques et "à tous les hommes de bonne volonté", repose sur le rapport entre les deux termes du titre. Reliés de manière si forte que c'est de ce rapport que dépend la possibilité d'un développement intégral de la personne et de l'humanité: qui ne peut être assuré, justement, que par l'"amour dans la vérité", c'est-à-dire par l'amour du Christ. Comme le montre avec clarté l'introduction. A l'intérieur de ce cadre théologique, l'encyclique dessine une summa socialis attentive et informée, qui dément - s'il en était encore besoin - l'image d'un Pape uniquement théologien enfermé dans ses appartements et confirme en revanche combien Benoît XVI est attentif, comme théologien et pasteur, à la réalité contemporaine sous tous ses aspects.

Ce qui ressort du texte, est donc, à première vue, l'attention aux phénomènes de la mondialisation et de la technocratie, qui sont en soi neutres, mais sujets à des dégénérescences à cause - "en termes de foi" précise le Pape - du péché originel. Un regard moins rapide perçoit toutefois la confiance dans la possibilité d'un développement vraiment humain, celui que Paul VI voyait déjà renfermé dans le dessein de la providence divine, et signe, en quelque sorte, du chemin progressif de la cité de l'homme à la cité de Dieu. L'attitude de Benoît XVI ne peut donc pas être qualifiée de pessimiste a priori, comme le voudraient certains, mais elle n'est pas non plus assimilable à des optimismes ingénus et irresponsables, parce qu'elle se fonde plutôt sur la confiance typiquement catholique dans une raison ouverte à la présence du divin.

Ainsi, les domaines économique et technique appartiennent à l'activité humaine et ne doivent pas être diabolisés, pas plus qu'ils ne doivent être abandonnés à eux-mêmes, car ils doivent être orientés vers le bien commun, c'est-à-dire gouvernés du point de vue éthique. Pour se limiter à un seul exemple, le pur phénomène de la mondialisation ne rend pas par lui-même les hommes frères, de sorte qu'il est évident que des règles et des logiques qui l'orientent sont nécessaires.

Alors, si la dimension économique peut - et même doit - être humaine, si le moment historique est propice pour abandonner les idéologies qui, tout particulièrement au siècle dernier, n'ont laissé derrière elles que des ruines, alors le moment est vraiment venu de profiter de l'occasion offerte par la crise mondiale pour en sortir ensemble, les croyants avec les femmes et les hommes de bonne volonté. A tous, en effet, le Pape écrit qu'il faut vivre comme une famille, sous le regard du Créateur.

Giovanni Maria Vian

  Caritas in Veritate, l'encyclique sociale du pape Benoît XVI
     ► Introduction et  Ier chapitre : Le message de Populorum Progressio
     ► IIème chapitre : Le développement humain aujourd'hui
     ► IIIème chapitre : Fraternité, développement économique et société civile
     ► IVème chapitre : Développement des peuples, droits et devoirs, environnement
     ► Vème chapitre : La collaboration de la famille humaine
     ► VIème chapitre et conclusion : Le développement des peuples et la technique

Télécharger l'encyclique au format Pdf Cliquez

Sources : www.vatican.va -  E.S.M.
©L'Osservatore Romano - 14 juillet 2009
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 14.07.09 - T/Benoît XVI

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante