ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

L'authentique liturgie sacrée, l'élévation par la célébration

 

Le  14 juin 2009  - (E.S.M.) - Suite de la Conférence donnée par Dom Karl Joseph Wallner le 4 mai 2009 au Congrès "Liturgie et vie psychique" qui s'est tenu à l'abbaye cistercienne d'Heiligenkreuz  cum permissio.

Le pape Benoît XVI en Terre Sainte - Pour agrandir l'image Cliquer

L'authentique liturgie sacrée, l'élévation par la célébration

Beauté de la liturgie - Beauté de l'âme

Le 14 juin 2009  - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Suite de la Conférence donnée par Dom Karl Joseph Wallner le 4 mai 2009 au Congrès "Liturgie et vie psychique" qui s'est tenu à l'abbaye cistercienne d'Heiligenkreuz  cum permissio : Pour lire les pages précédentes
Pour Benoît XVI, la liturgie est la clé pour l'avenir de la foi chrétienne - 24.05.09 (1)
Benoît XVI et Urs von Balthasar, une amitié qui n'est pas due au hasard - 26.05.09 (2)
Benoît XVI et la dimension esthétique de la liturgie (3)

SUITE

2. L'élévation par la "célébration".

Nous vivons aujourd'hui le retour de l'irrationnel. On remarque un grand engouement pour tout ce qui relève de la mystique, des sciences occultes, du mystère. On observe aussi une certaine fascination pour les cultes et les rituels. Dans le langage courant des années 70, le terme "culte" était complètement "out", démodé: aujourd'hui il désigne une réalité à nouveau "in", presque un "must"...

Mais on constate surtout une redécouverte euphorique de l'événement festif. Le show-business adore les fêtes glamour. On peut penser que si notre civilisation des loisirs a un tel besoin presque maniaque de "faire la fête", c'est parce qu'elle a perdu un aspect essentiel de la vie qu'il conviendrait de célébrer.

Dans son ouvrage bien connu intitulé "Kult und Muße" (qu'on peut traduire par "Culte et loisir"), Josef Pieper fait remarquer que le terme "travail" au sens d' "activité économique" est en latin l'exact contraire de "oisiveté", au sens de "loisir". Le "loisir" se dit en effet "otium" en latin, et le travail "negotium", c'est-à-dire la négation de "loisir". Si le besoin d'ambiances festives se fait tant sentir aujourd'hui, c'est peut-être parce que l'on se sent oppressé de tous les côtés: par l' "otium" aussi bien que par le "negotium".

En effet, s'il manque à l'homme le sens ultime de sa vie, s'il ne donne aucune chance à une possible transcendance, alors le stress omniprésent dans le "negotium" - le travail - peut submerger aussi le "otium" - le loisir -. Durant les temps de loisir, il faudra en effet obligatoirement s'épuiser à se procurer tout le plaisir, toute l'ivresse, toute la satisfaction dont nous prive apparemment le temps du "negotium".

Jamais sans doute notre travail et nos loisirs - et notre mode de vie en général - ne nous auront autant aliéné qu'aujourd'hui. Quoi de plus naturel alors de rechercher ailleurs le stimulus nécessaire, dans la fête, dans le show, dans l'extase du plaisir qui nous prescrivent - nous imposent! - d'oublier nos pauvres misères. Les évènements festifs de toutes sortes - fête de la bière, méga concerts, matchs de foot ou nuit du cinéma... - font tout pour nous impressionner; et pour cela déploient toute leur perfection technique.

J'ai moi-même vécu de l'intérieur un certain nombre de ces mises en scènes séculières. Leur préparation est parfaite, aucune erreur de timing, tout est maquillé, calibré, câblé, fin prêt. Sur une chorégraphie parfaitement minutée, le présentateur entre en scène... Et pendant ce temps-là, je me suis souvent demandé: "Si seulement, pour louer notre Dieu, nous pouvions déployer une petite fraction de cet empressement et de cette volonté de perfection! Et que produisent ces mises en scènes séculières? Rien d'autre que de la "festivité préfabriquée": une bulle qui nous éclatera bien vite au nez!"

Sans compter que, - et cela me fait froid dans le dos - de nombreux éléments utilisés aujourd'hui lors de ces "célébrations" séculières ne sont autres que des éléments volés à notre propre liturgie. Volés et aplatis, vidés de leur sens et ainsi pervertis.

(Dom Wallner ajoute en note: On sait que les divertissements modernes induisent un certain nombre d'effets psychologiques. Ainsi au concert, au cinéma, au théâtre, il est possible de provoquer volontairement tristesse ou joie, colère ou peur, simple émotion ou enthousiasme, voire transe... etc. Faites donc l'expérience amusante - qui peut tourner au cauchemar - de visionner sur YouTube ce qu'on appelle le "Körperzellen-Rock" (littéralement le "rock des cellules du corps"). On y voit une assemblée de personnes d'un âge certain se trémoussant sur l'air d'une comptine idiote disant: "Chaque cellule de mon corps est heureuse, oui, dans tout mon corps, chaque cellule se sent bien...". Tant et si bien que ces personnes finissent par entrer dans une transe telle qu'un agent de police passant par là les coffrerait sans même avoir l'idée d'un contrôle alcoolémique. C'est dire le pouvoir de suggestion de la dynamique de groupe! Or notre conception d'une vraie liturgie est à l'opposé d'une telle démagogie, d'une telle transe délibérément provoquée. Notre liturgie n'est pas une mise scène truquée dont on pourrait ensuite s'autocongratuler en sacristie: "Nous avons été super aujourd'hui!" Ce qui ferait d'ailleurs aussitôt tomber les masques: ils n'ont fait que se célébrer eux-mêmes, et non pas ce Dieu qui, par amour pour nous est venu planter sa "Skene", sa "tente" au milieu de nous.)

J'affirme ici que l'un des effets de la beauté d'une liturgie est l'élévation de l'âme qui est induite par le degré de solennité de la célébration. L'élévation de l'âme nous est d'ailleurs commandée au cours de la messe. "Commandée": le mot n'est pas trop fort, tant le "Sursum corda" possède des accents quasi-militaires: "Hauts les cœurs!"

Il ne nous est pas demandé une réponse superficielle, distraite, mais un acte substantiel. Les sources auxquelles s'abreuve notre liturgie, celles dont elle tire sa solennité et son pouvoir émotionnel, sont plus profondes que les sources de la perfection musicale, de l'élégance éprouvée et de la qualité rhétorique des liturges. Car ici, le but n'est pas l'impression esthétique, ni l'impression émotionnelle, mais la relation au Dieu invisible.

C'est de cela que voulait parler S. Paul dans la Lettre aux Romains, lorsqu'il utilise la célèbre formule: "leiturgia logike" qu'on peut rendre par "liturgie raisonnable". La liturgie catholique ne s'appuie pas sur des notions comme la transe, l'autosuggestion ou l'hypnose. Elle ne consiste pas à marmonner des mantras incompréhensibles, ou à invoquer des formules magiques et ésotériques. Dans tous les cas elle doit être "raisonnable".

Le but premier de la liturgie ne sera jamais de museler le "Logos", à savoir la pensée discursive et critique, comme cela se fait explicitement dans les formes de méditation orientale. Dans ce type de méditation, le but à atteindre est le sentiment intuitif de l'union avec le Tout. L'idéal pour un esprit religieux qui ne connaît pas de Dieu personnel, sera en toute logique cette immersion dans le grand Tout. Et le chemin conduisant à ce résultat passera par une libération de toute pensée conceptuelle. D'ailleurs, le terme "mantra" se compose du mot "man" signifiant "penser", et "tra" signifiant "libérer". La répétition des mantras est ainsi censée faire grandir ce sentiment intuitif de l'union avec le Tout.

Quelle différence avec la prière chrétienne! Comme nous ne croyons pas à des mythes intemporels, mais à un Dieu qui agit dans l'Histoire du Salut, notre idéal à nous, chrétiens, c'est la contemplation. S. Ignace de Loyola dit "meditar" dans ses "Exercices", et entend par là: laisser les événements du Salut par le Christ imprégner nos pensées et le fond de notre cœur, en usant consciemment de toute notre clairvoyance et de toute notre fantaisie. S. Ignace dit aussi "contemplar": le moi profond devient un "temple" dans lequel le Salut de Dieu est présent. "Gustar", dit-il encore, car le Dieu qui s'est rendu présent en nous demeure alors en nous pour se laisser apprécier.

(Dom Wallner ajoute en note: On remarquera la différence entre les méditations orientales et leurs mantras qui se proposent de chasser toute pensée et toute représentation conceptuelle de l'esprit, et le rosaire chrétien. Le but du rosaire est certes de détacher les pensées des formules verbales, mais pas pour les faire disparaître dans un nuage d'inconnaissance: il s'agit plutôt de contempler les mystères du Salut, et de les rendre présents par la pensée. Ou, exprimé autrement: lorsqu'on prie le rosaire, il est certes possible de se libérer de ses pensées, et cela peut être constructif, mais à condition de pouvoir revenir à tout moment au Logos)

Dans son ouvrage intitulé "L'esprit de la Liturgie", qui en 1921 l'a brusquement catapulté au sommet de la notoriété, Romano Guardini écrivait: "C'est la vérité qui donne toute sa force à la prière, qui lui procure cette énergie à la fois brute, protectrice et vivifiante sans laquelle elle se fanerait... La pensée dogmatique libère de l'esclavage des sens, de l'imprécision et de l'indolence des sentiments."

Il est toujours possible de produire une ambiance, que ce soit dans le monde du show-business, à grand renfort d'artifices, ou dans une célébration religieuse dotée d'une bonne mise en scène créative. Comprenez-moi bien: la qualité d'élévation de l'âme dépend aussi, bien sûr, de la façon dont la liturgie a été préparée, du soin et de l'attention qu'on aura porté à sa réalisation. La liturgie doit être préparée aussi bien que possible; le déroulement des offices doit être prévu avec minutie; la musique doit être travaillée et répétée; les servants d'autel doivent être choisis, formés, et surveillés avec toute la sollicitude pastorale due à leur rôle de principaux assistants du célébrant... Mais ni la parfaite mise en scène, ni le succès d'un show sacré ne sont le véritable but de la liturgie: car telles des bulles de savon, les émotions produites au cours d'une célébration disparaissent très vite. Elles sont un moyen "ad hoc", mais elles ne sont que cela.

Dans l'authentique liturgie sacrée, Dieu vient à nous "sur la pointe des pieds", mais il atteint en nous une profondeur et une intimité bien supérieure à ce que laisserait espérer la plus belle des mises en scène. Le Logos divin vient élever non seulement nos émotions présentes, mais surtout toute notre vie.

Pour lire la suite prochainement : Cliquez

 

Sources : Pro Liturgia
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 14.06.09 - T/Liturgie

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante