ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI baptise 20 nouveau-nés et rappelle le sens d'une éducation chrétienne

Le 13 janvier 2013 - (E.S.M.) - Comme chaque année, une semaine après le dimanche de l’Epiphanie, Benoît XVI a présidée une messe dans la chapelle Sixtine.

Le pape Benoît XVI 

Benoît XVI baptise 20 nouveau-nés et rappelle le sens d'une éducation chrétienne

Synthèse

Le 13 janvier 2013 - E. S. M. - Comme chaque année, une semaine après le dimanche de l’Epiphanie, Benoît XVI a présidée une messe dans la chapelle Sixtine. Une célébration au cours de laquelle 20 nouveau-nés ont reçu le baptême, 11 filles et 9 garçons. Ce matin, en la Chapelle Sixtine, le Saint-Père a baptisé 20 enfants nés ces derniers mois, tous fils ou fille d'employés de l'Etat de la Cité du Vatican. Dans son homélie, il a rappelé qu'une fois adulte, dès le début de son ministère public, Jésus se rendit au Jourdain pour recevoir de Jean un baptême de pénitence et de conversion. "Jésus a-t-il besoin de pénitence et de conversion? Certainement non. Et cependant, il veut se mettre du côté des pécheurs en exprimant la proximité de Dieu. Il se montre solidaire avec nous, avec notre difficulté de nous convertir, de laisser nos égoïsmes, de nous détacher de nos péchés, pour nous dire que si nous l'acceptons dans notre vie, il peut nous soulager et nous conduire jusqu'à Dieu le Père. Jésus s'est réellement immergé dans notre condition humaine...et est en mesure d'en comprendre la faiblesse et la fragilité. C'est pourquoi il compatit, choisit de souffrir avec les hommes, de se faire pénitent avec nous. Voilà l’œuvre de Dieu que Jésus veut accomplir: la mission divine de soigner qui est blessé ou malade, de prendre sur lui le péché du monde".

Benoît XVI a ensuite expliqué qu'au moment où Jésus se fait baptiser par Jean, "les cieux s'ouvrent et l'Esprit Saint se manifeste sous la forme d'une colombe, alors qu'une voix venue d'en-haut exprime la complaisance du Père qui reconnaît son Fils unique, le Bien-aimé. C'est ainsi que se réalise la prophétie d'Isaïe : le Seigneur Dieu vient avec puissance pour détruire les œuvres du péché et son bras exerce sa domination pour désarmer le Malin. Mais n'oublions pas que ce bras est le bras étendu sur la croix et que la puissance du Christ est la puissance de celui qui souffre pour nous; voilà quel est le pouvoir de Dieu, différent du pouvoir du monde; ainsi Dieu vient avec puissance pour détruire le péché".

A travers le baptême, les enfants baptisés aujourd'hui "seront unis de façon profonde et pour toujours avec Jésus, immergés dans le mystère de sa puissance dans le mystère de sa mort qui est source de vie, pour participer à sa résurrection, pour renaître à une vie nouvelle. Sur vos enfants aussi le ciel est ouvert et Dieu dit: voici mes enfants, les enfants de ma complaisance. Insérés dans cette relation et libérés du péché originel, ils deviennent membres vivants de l'unique corps qu'est l'Eglise et sont mis à même de pouvoir vivre en plénitude leur vocation à la sainteté, afin de pouvoir hériter de la vie éternelle qui nous est obtenue de la résurrection de Jésus".

S'adressant ensuite aux parents ayant demandé le baptême pour leurs enfants, le Saint-Père a souligné qu'ils manifestaient "la foi, la joie d'être chrétiens et leur appartenance à l'Eglise. C'est la joie qui émane de la conscience d'avoir reçu un grand don de Dieu, la foi, un don qu'aucun de nous n'a pu mériter, mais qui nous a été donné gratuitement et auquel nous avons répondu par notre oui. Le chemin de foi qui commence aujourd'hui pour ces enfants se fonde ainsi sur une certitude, sur l'expérience qui ne connaît rien de plus grand que de connaître le Christ et de communiquer aux autres notre amitié avec lui. C'est seulement dans cette grande amitié que s'entrouvrent réellement le grand potentiel de la condition humaine et que nous pouvons expérimenter ce qui est beau et ce qui libère".

Benoît XVI a aussi rappelé aux parrains et marraines leur "important devoir de soutenir et d'aider les parents dans leur devoir éducatif. Sachez toujours leur offrir votre bon exemple, à travers l'exercice des vertus chrétiennes. Il n'est pas facile de manifester ouvertement et sans compromis ce en quoi l'on croit, en particulier dans le contexte dans lequel nous vivons, face à une société qui considère souvent comme démodés et en dehors du temps ceux qui vivent de la foi en Jésus. En suivant cette mentalité, il peut y avoir parmi les chrétiens le risque de vivre la relation avec Jésus comme une limite, comme quelque chose qui mortifie la réalisation personnelle. Mais il n'en est pas ainsi! car justement, à mesure que l'on avance dans le chemin de foi, on comprend comment Jésus exerce sur nous l'action libératrice de l'amour de Dieu, qui nous fait sortir de notre égoïsme pour nous conduire à une vie pleine, en communion avec Dieu et ouverte aux autres. Dieu est amour; qui demeure dans l'amour demeure avec Dieu et Dieu demeure en lui. Ces paroles de la première lettre de Jean expriment avec une particulière clarté ce qui fait le centre de la foi chrétienne: l'image chrétienne de Dieu ainsi que l'image de l'homme et de son chemin, qui en découle".

"L'eau avec laquelle ces enfants seront signés au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, les immergera dans cette source de vie qu'est Dieu lui-même et qui les fera devenir ses enfants. Et cette graine de vertu théologale, infusée par Dieu, la foi, l'espérance et la charité, graine qui aujourd'hui est mise dans leur cœur par la puissance de l'Esprit Saint, devra toujours être nourrie par la Parole de Dieu et les sacrements, pour que ces vertus chrétiennes puissent grandir et atteindre une pleine maturité, en vue de faire de chacun d'eux un vrai témoin du Seigneur", a conclu le Saint-Père.

Texte original du discours du Saint Père Italien - Vidéo

Angélus de Benoît XVI : plus de solidarité envers les migrants

A l'angélus, Benoît XVI a d'abord rappelé que ce ce dimanche d'après l'Epiphanie concluait le temps de Noël: "Nous fêtons aujourd'hui le baptême de Jésus. Devenu adulte, l'enfant dont nous avons célébré le mystère de la naissance s'est plongé dans le Jourdain, sanctifiant ainsi toutes les eaux et le cosmos entier comme le déclare la tradition orientale. Pour quelle raison, alors qu'il n'y a pas en lui ombre de péché, Jésus est il allé se faire baptiser par Jean? Pourquoi, parmi tant de personnes qui voulaient ainsi se préparer à la venue du Messie, a-t-il voulu accomplir ce geste de pénitence et de conversion? Ce geste qui marque le début de sa vie publique, se place dans la ligne de l'Incarnation, de la descente de Dieu du plus haut des cieux jusqu'aux abysses infernaux. Cet abaissement divin se résume dans la parole amour, le nom même de Dieu". Jésus recevant le baptême au Jourdain "est l'homme nouveau qui veut vivre en fils de Dieu, c'est à dire dans l'amour, et qui face au mal du monde choisit l'humilité et la responsabilité, de ne pas se sauver lui même mais d'offrir sa vie pour la vérité et la justice. Etre chrétien signifie vivre ainsi, selon un mode de vie qui implique une renaissance, de renaître par le haut, de Dieu et de sa grâce. C'est la renaissance du baptême que le Christ a offert à l'Eglise pour régénérer l'homme dans une vie nouvelle".

Le Saint-Père a ensuite rappelé avoir administré le baptême à vingt nouveau-nés en la Chapelle Sixtine, désirant étendre sa prière à tous les nouveau-nés, mais aussi "inviter chacun à repenser à son propre baptême, à cette renaissance spirituelle qui nous a ouvert le chemin vers la vie éternelle. Durant cette Année de la foi, puisse tout chrétien redécouvrir la beauté qu'il y a à renaître du haut, c'est à dire de l'amour de Dieu, et de vivre à l'enseigne de son Fils".

Plus de solidarité pour les migrants et les réfugiés

Après la prière mariale, le Pape a rappelé qu'aujourd'hui, on célèbre la Journée mondiale des migrants et des réfugiés et que, dans son Message  annuel, il avait comparé les migrations à "un pèlerinage de foi et d'espérance". "Ceux qui quittent leur terre le font dans l'espérance d'un avenir meilleur, mais ils le font aussi parce qu'ils ont confiance en Dieu qui guide les pas de l'homme, comme pour Abraham. C'est ainsi que les migrants sont porteurs de foi et d'espérance dans le monde. J'adresse aujourd'hui à chacun d'eux mon salut, avec une prière spéciale et ma bénédiction". Toujours à ce propos, le Pape a manifesté le souhait "que partout, ces personnes puissent être accueillies et aidées pour qu'elles aient chacune, ainsi que leur famille, une existence digne. Comme Jésus, soyons proches de ceux qui souffrent et n'ont pas de voix pour se faire entendre".

Benoît XVI aux pèlerins francophones :

Chers pèlerins francophones, la fête du Baptême de Jésus nous fait souvenir de notre baptême. Ce jour-là, nous sommes devenus enfants de Dieu, appelés à être dans le monde des témoins de l’amour de Dieu pour chaque personne. Cette mission est importante alors que nous célébrons la Journée internationale des migrants et des réfugiés. Que partout, ces personnes puissent être accueillies et aidées pour qu’elles aient chacune, ainsi que leur famille, une existence digne. Comme Jésus, soyons proches de ceux qui souffrent et n’ont pas de voix pour se faire entendre. Il bénira chaque geste de charité. Bon dimanche à tous !

Sources : Radio Vatican -  E.S.M.
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 13.01.2013- T/Benoît XVI

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante