ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Éternelle évangélisation

 

Rome, le 13 janvier 2008 - (E.S.M.) - Si Jésus-Christ est l’unique sauveur, il est du devoir de tout disciple du Christ de le faire connaître au plus grand nombre. Si l’Église catholique est l’Église voulue par le Christ pour nous sauver, il est du devoir de tout catholique de la faire connaître à tous.

Bruno Nougayrède, Journaliste, directeur du Forum Diffusion

Éternelle évangélisation

Évangélisation qui place Dieu au cœur de l’homme

Le 14 décembre dernier, était présentée à Rome une Note doctrinale de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, sur l’évangélisation. Ce texte, rendu public solennellement lors d’une conférence de presse tenue par trois cardinaux, William Joseph Levada, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, Francis Arinze, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements et Ivan Dias, préfet de la Congrégation pour l’Évangélisation des peuples, vient rappeler le droit et le devoir de tout catholique à évangéliser. On notera au passage l’importance médiatique – trois cardinaux – donnée à cette simple « note doctrinale » de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, voulue en son temps par le préfet de l’époque, le cardinal Ratzinger.

Mais sans doute ce texte est-il particulièrement nécessaire aujourd’hui tant la notion d’évangélisation est décriée, parfois au sein même du collège apostolique qui pourtant a reçu du Seigneur cette injonction d’aller enseigner toutes les nations. La mentalité relativiste de l’époque contemporaine a imprégné jusqu’à la pensée religieuse de beaucoup de catholiques. Tant et si bien que pour la première fois de l’histoire de l’Église, le Magistère est obligé de rappeler la vérité essentielle du christianisme : c’est Jésus-Christ, et Jésus-Christ seulement qui peut nous sauver. Et cette vérité de foi, cette réalité primordiale est rejetée à la sortie de la messe dominicale par beaucoup de ceux qui se disent catholiques. Ce nouveau texte procède bien évidemment de la même logique : si Jésus-Christ est l’unique sauveur, il est du devoir de tout disciple du Christ de le faire connaître au plus grand nombre. Si l’Église catholique est l’Église voulue par le Christ pour nous sauver, il est du devoir de tout catholique de la faire connaître à tous.

Et quelques jours après le 11 septembre 2001, le cardinal Biffi, alors archevêque de Bologne, n’avait pas dit autre chose : « Le Seigneur nous a donné un ordre précis et qui n’admet aucune exception. Il ne nous a pas dit : Annoncez l’Évangile à toutes les créatures, sauf aux musulmans, aux juifs et au Dalaï-lama ». Et ce n’est sans doute pas faire injure à la liberté de l’homme que de lui proposer celui qui est la voie, la vérité et la vie ! Il s’agirait plutôt de lui permettre de pouvoir exercer cette liberté en lui donnant les armes pour pouvoir l’exercer réellement. Jamais les catholiques n’ont entendu la liberté comme une capacité à faire ce que l’on voulait, mais bien évidemment comme une capacité à choisir le mieux possible. Et ce « mieux possible » porte un nom : Jésus-Christ.

Malheureusement ces vérités doivent être rappelées tant elles sont oubliées par les catholiques. Mgr Amato, secrétaire de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, évoquait au micro de Radio Vatican au mois de décembre, une « confusion croissante » à propos du devoir qu’a l’Église d’annoncer Jésus au monde, « une confusion qui a atteint même les instituts missionnaires ». Et de rajouter : « Plus aucune annonce du Christ, plus aucune invitation à la conversion, plus rien sur le baptême ni sur l’Église. Uniquement du social ». Cela est bien triste, mais cela n’est ni la logique de l’Église catholique ni la volonté du pape Benoît XVI et de beaucoup d’évêques, prêtres et laïcs qui n’oublient pas que le premier devoir de charité à rendre à l’homme est le devoir d’évangélisation, telle que l’Église l’entend. Évangélisation qui place Dieu au cœur de l’homme.

Bruno Nougayrède
Journaliste, directeur du Forum Diffusion


Articles divers concernant le sujet : Note doctrinale de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi
 

Sources: Source : La Nef n°189 de janvier 2008

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 13.01.2008 - BENOÎT XVI - T/Note doctrinale

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante