ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Homme libre ou consommateur ?

 

Le 12 décembre 2008 - (E.S.M.) - Le combat pour le maintien du dimanche comme jour du repos n'est pas fini. Le projet du gouvernement démontre la révolution anthropologique qui s'est opérée, transformant l'homme en un simple « individu consommateur », qui rendrait son culte à la modernité et à la grande consommation. Il nous faut résister à ces nouvelles idoles comme les premiers chrétiens et profiter de cette grâce qui nous est faite de témoigner notre foi.

L'individu-caddie -  "L'hypermarché ou la fête obligatoire"

Homme libre ou consommateur ?

"La modernité a entraîné une révolution anthropologique." Philippe Maxence

Le 12 décembre 2008 -  Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Depuis plusieurs mois, des syndicats dénoncent le projet de loi visant à libéraliser le travail le dimanche. Ici même, nous sommes revenus à plusieurs reprises sur ce sujet, notamment en donnant la parole au père Viot qui, dès l'élection de Nicolas Sarkozy, a attiré notre attention sur cette menace. C'est désormais des députés - une soixantaine (à l'heure où nous écrivons) - qui ont décidé de monter au créneau pour défendre, non pas une faveur, un bénéfice, un avantage, mais un facteur essentiel de notre civilisation. À l'initiative de Marc Le Fur, député des Côtes d'Armor et vice-président de l'Assemblée nationale, ces parlementaires dénoncent cette terrible régression sociale et économique. Ils posent d'ailleurs la question fondamentale à ce sujet : quelle conception de l'homme véhicule cette volonté de libéraliser le travail le dimanche ? « L'homme contemporain - demande la déclaration parlementaire - est-il uniquement un "individu consommateur" ou est-il encore l'animal social que définissait Aristote ? S'il n'est que consommateur, ouvrons les magasins le dimanche et laissons le satisfaire son instinct. Si l'homme se construit par les relations qu 'il tisse avec les autres, posons-nous la question de maintenir chômé un jour dans la semaine durant lequel les relations que nous avons les uns avec les autres peuvent être facilitées et gratuites. » (Ndlr : nouveau rebondissement, l'examen du texte, planifié, puis annulé, serait à nouveau replanifié pour le 16 décembre 2008 !)

Quelle liberté ?

L'autre nœud qui se cache derrière la question du travail du dimanche concerne notre conception de la liberté. Aujourd'hui, la crise aidant, le discours officiel déclare que chacun doit pouvoir disposer de la liberté de choisir ou non de travailler. On affirme d'ailleurs que seules certaines professions seront concernées. Seuls certains secteurs devront mettre en place le dispositif du travail du dimanche. Au final, ce sera donc à la liberté individuelle de trancher. C'est oublier trop vite qu'un mécanisme une fois enclenché tend à produire toujours davantage ses effets. De quelques professions, on passera ainsi à toutes, dans un pays qui vénère l'égalité, comme facteur d'équilibre social. C'est oublier également que le travail n'est jamais un acte uniquement individuel. Il implique une relation avec d'autres. Il nécessite des clients, des collaborateurs, des fournisseurs, etc. Tout un ensemble de relations sociales ! La liberté individuelle de la vendeuse, qui veut gagner plus pour vivre mieux - exemple utilisé par le Président de la République - n'est pas un argument efficace. Car si cette liberté individuelle est effectivement nécessaire pour aller travailler, elle se répercute sur toute la société. S'il n'est qu'un « individu consommateur » ! Ces deux termes résument à eux seuls le résultat profond de la révolution anthropologique opérée par la modernité. Ce qui arrive aujourd'hui - crise financière mondiale, malaise social et individuel, éclatement de la société en autant d'atomes, violence ethnique, etc. - n'est pas le fruit du hasard. Il ne s'agit évidemment pas de dénoncer un vaste complot, avec un maître chanteur tirant les ficelles de ramifications internationales.

Un lent processus

La réalité est à la fois plus simple et plus compliquée. Il s'agit d'un lent processus qui, peu à peu, a transformé et subverti la conception traditionnelle de l'homme pour le considérer au final comme un individu enfermé dans la relation « production-consommation ». Cette mutation anthropologique s'est imposée par le biais des idées, par celui des révolutions, puis à travers le champ clos de l'économie, élevée au rang de science suprême. De ce fait, l'homme contemporain est transformé bien plus par des pratiques quotidiennes, anodines, nécessaires même, que par de grands bouleversements. Nous sommes devenus ainsi des consommateurs, poussant notre chariot, dans la grande cathédrale du monde contemporain qu'est l'hypermarché. Désormais, nous devrons aller « communier » chaque dimanche à ce grand bazar. On pourra être choqué de voir employer un tel vocabulaire. Mais c'est qu'il s'agit bien d'une défiguration du sacré, auquel l'homme moderne ne peut échapper malgré toutes ses tentatives. Ce qui nous est proposé, consiste bien à adorer les nouvelles idoles : l'argent, le marché, la consommation, l'aisance, le mouvement perpétuel, etc. Nous sommes revenus au temps des premiers chrétiens. D'une certaine manière, c'est une grâce immense qui nous est faite. À nous d'y répondre concrètement ( 1 ). Et de chaque jour commencer notre journée en priant selon l'antique formule : « Dieu venez à mon aide ; Seigneur hâtez-vous de me secourir ».

 
(Pour se mettre les idées claires, il est profitable de relire l'homélie du pape Benoît XVI : Redécouvrir la « joie du dimanche chrétien » : Benoît XVI)
1. Sur le travail du dimanche voir notamment : www.afc-france.org - www.travail-dimanche.com

  Téléchargez le Document Épiscopat sur "Le dimanche au risque de la société actuelle"
 

Nouveau : S'inscrire à la newsletter ! Voir menu de gauche.


Sources : Philippe Maxence (HN) -  (E.S.M.)
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M. sur Google actualité)  12.12.2008 - T/Jour du Seigneur

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante