ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Motu Proprio de Benoît XVI, point de vue d'un "conciliaire"

 

Le 11 septembre 2007 - (E.S.M.) -  Le Père Michel Gitton nous dit qu'il a été comme tout le monde le témoin navré des déformations, abâtardissements, dérives en tout genre dont a souffert la liturgie catholique depuis le concile. Il espère qu'on va pouvoir commencer un travail sérieux.

Retrouver la richesse complexe de la tradition de l'Église -  Pour agrandir l'image: C'est ici

Motu Proprio de Benoît XVI, point de vue d'un "conciliaire" (1)

En second titre : L'erreur que font les évêques de France (2)

II faut que je le dise pour ceux qui ne me connaissent pas : je ne suis pas un inconditionnel du missel de 1962; depuis mon ordination (en 1974), j'ai toujours célébré la messe selon l'Ordo Missae promulgué par le pape Paul VI et je ne l'ai jamais regretté, même si j'ai été comme tout le monde le témoin navré des déformations, abâtardissements, dérives en tout genre dont a souffert la liturgie catholique depuis le concile. Je crois connaître assez bien le rite en vigueur jusque-là et l'estimer pour ses valeurs propres, sans me croire obligé de l'adopter.

L'annonce du Motu proprio de notre Saint-Père Benoît XVI facilitant la célébration de la messe selon le précédent missel n'aurait donc pas de raison de me concerner et je pourrais même craindre que la généralisation de ce rite rende problématiques les tentatives faites par moi et d'autres depuis vingt ans et plus pour faire goûter la liturgie selon le rite « restauré », mais en pleine continuité avec la tradition liturgique antérieure. Là où il existera la possibilité de célébrer en toute légitimité le culte selon le rite tridentin, quel besoin aura-t-on d'une messe de Paul VI même solennelle, même respectueuse des règles ?

C'est peut-être là qu'on va pouvoir commencer un travail sérieux et voir, d'une part, ce qu'a réellement apporté la réforme liturgique et, d'autre part, ce qui reste à faire pour l'intégrer pleinement dans le développement multiséculaire du rite latin. Tant qu'on en est resté à une perspective de rupture, où il s'agissait de déprécier ce qui s'était fait jusque-là pour marquer les avancées, souvent très illusoires, qu'on attribuait à la dite réforme, rien ne pouvait avancer et on en restait à un dialogue de sourds. Aujourd'hui, il devient possible de comprendre les inflexions voulues par l'Église, tout en reconnaissant la valeur des manières de faire antérieures. En fait il s'agit le plus souvent de retrouver la richesse complexe de la tradition de l'Église qui est loin d'aller dans un seul sens. Si on a mis en valeur, dans la foulée de la déclaration conciliaire sur la Sainte Liturgie, certains aspects, un peu méconnus jusque-là, ce n'était pas pour nier les autres, qui restent souvent à l'horizon et qu'il faudra quelque part réintégrer.

Prenons un exemple, qui pourrait être d'actualité dans les mois à venir, la question du lectionnaire. Les tenants de la réforme liturgique claironnent souvent en disant que le grand bénéfice du nouveau lectionnaire de la messe est d'avoir permis un accès beaucoup plus large au texte de la Sainte Écriture, puisqu'il existe maintenant une lecture presque continue de certains livres bibliques, grâce au fait que les péricopes bibliques se renouvellent sur un cycle de deux ans (en semaine) et de trois (les dimanches et fêtes). Mais les partisans du rite antérieur ont beau jeu de montrer que cette diversité n'entraîne pas forcément un approfondissement chez les fidèles, qui ne peuvent plus rien mémoriser et qui se noient souvent dans des explications exégétiques auxquelles ils ne comprennent pas grand-chose. Les lectures indéfiniment ressassées finissaient par entrer dans les esprits les plus obtus, ruminées à travers les chants de la liturgie, elles se frayaient un chemin dans les cœurs, là où l'amas indigeste des lectures forme une masse que très peu peuvent maîtriser. Qui pourrait douter néanmoins du bienfait d'un accès plus large à la Parole de Dieu ? Disons que nous commençons seulement à en mesurer les exigences et que l'ancien rite peut être précisément une aide pour comprendre par quelles voies on peut passer de la lecture à son assimilation croyante et priante: la convergence du texte et du chant, la fixation sur une fête ou sur un dimanche de lectures qui en deviennent en quelque sorte emblématiques (comme les Béatitudes à la Toussaint), tout cela demandera sans doute de lents et patients ajustements, mais c'est dans ce sens qu'il faut marcher.

On comprendra pourquoi je me réjouis sans réserve de la nouvelle disposition. Loin de tout intérêt partisan, j'y vois le signe qu'on est sorti d'un temps de violence et d'ignorance mutuelle. J'espère que ce réajustement ne s'arrêtera pas à la liturgie, car c'est tout notre héritage théologique et spirituel qu'il s'agit de libérer de l'illusion d'une rupture: nous n'avons pas réinventé la foi et la vie chrétienne au XXe siècle. Mais tout ce qui a été redécouvert et approfondi doit contribuer à l'intelligence de ce que nous portons et qui, seulement à cette condition, pourra convertir le monde.

Père Michel Gitton *

* Recteur de la basilique Saint-Quiriace de Provins, directeur de la revue Résurrection, fondateur de Aïn Karim et auteur de Initiation à la liturgie romaine, préfacé par le cardinal Joseph Ratzinger, Ad Solem, 2003.


(2) L'ERREUR QUE FONT LES ÉVÊQUES DE FRANCE

A la suite de la publication du Motu proprio Summorum pontificum par Benoît XVI, et pour répondre aux demandes des fidèles qui préfèrent la liturgie d'avant Vatican II, les évêques de France sont en train d'indiquer les paroisses où pourront être célébrées des messes selon la forme "extraordinaire" du rite romain.

C'est très généreux de leur part et il faut les remercier.

Ce faisant, ils commettent cependant une erreur: cette erreur consiste à présupposer que partout où la messe ne sera pas célébrée selon la forme "extraordinaire", elle sera célébrée selon la forme "ordinaire".

Voilà donc les évêques de France en train d'ouvrir des sanctuaires à la forme "extraordinaire" du rite romain, sans chercher, en même temps, à corriger les innombrables liturgies paroissiales qui ne respectent pas la forme "ordinaire" de ce même rite. C'est à croire que nos évêques n'ont pas bien lu ou n'ont pas bien compris la Lettre que le Saint-Père leur a adressée. (ndlr : ou n'ont pas envie !) Dans cette Lettre, en effet, Benoît XVI leur explique très clairement que le refus de la liturgie romaine restaurée à la suite de Vatican II "s'est produit avant tout parce qu'en de nombreux endroits on ne célébrait pas fidèlement selon les prescriptions du nouveau Missel, [mais qu'] au contraire, celui-ci finissait par être interprété comme une autorisation, voire même une obligation de créativité [qui] a souvent porté à des déformations de la Liturgie à la limite du supportable."

Certains de nos évêques donnent l'impression d'avoir "zappé" ce passage de la Lettre su Souverain Pontife. comme ils semblent avoir "zappé" cet autre passage où il est dit que "la meilleure garantie pour que le Missel de Paul VI puisse unir les communautés paroissiales et être aimé de leur part, est de célébrer avec beaucoup de révérence et en conformité avec les prescriptions [car] c'est ce qui rend visible la richesse spirituelle et la profondeur théologique de ce Missel."

Donner de pouvoir célébrer le rite romain sous sa forme "extraordinaire" sans chercher à corriger, en même temps, ce qui doit être corrigé dans la façon de mettre en œuvre la forme "ordinaire" de ce rite, est une grave erreur que sont en train de commettre les évêques lorsqu'ils ne prennent en compte qu'une moitié - la question de la forme "ordinaire" - du problème liturgique.

Tant que les évêques de France refuseront d'admettre que ce qu'ils imaginent être la forme "ordinaire" du rite romain célébré dans les paroisses, n'est en réalité qu'un patchwork de formes "anormales" qui n'ont pas lieu d'être, les données du problème liturgique seront faussées et les solutions proposées seront vouées à un échec qui décevra tous les fidèles. Nous disons bien: tous les fidèles. Autant ceux qui sont attachés à la forme "extraordinaire" dans le respect du Motu proprio, que ceux qui sont attachés à la forme "ordinaire" du rite romain dans le respect de Vatican II. Le Motu proprio ne pouvant pas, bien sûr, être compris correctement - de façon authentiquement "catholique" - si on le détache de l'enseignement conciliaire.

Denis CROUAN docteur en théologie, Pdt de Pro Liturgia

Table : Motu Proprio
 

Sources:  PRO LITURGIA - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 11.09.2007 - BENOÎT XVI - T/Motu Proprio

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante