ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

La perte du sens du péché est un résultat de la négation de Dieu

 

Le 09 novembre 2007 - (E.S.M.) - Dans son Message au monde, depuis le balcon de la basilique Saint-Pierre au Vatican, le 25 décembre 2006, Benoît XVI affirmait : « L’homme du 21e siècle se présente comme l’artisan de son destin, sûr de lui et autosuffisant ».  la rupture avec Dieu conduit dramatiquement à la division, à l’éclatement de la famille humaine.

La délivrance Pour agrandir l'image: C'est ici

La perte du sens du péché est un résultat de la négation de Dieu

Lorsque Pie XII dit: «Le péché du siècle est la perte du sens du péché», il ne pouvait probablement pas en imaginer la conséquence ultime, exprimée par les mots de Benoît XVI pendant son pèlerinage en Autriche: «Le relativisme relativise tout et à la fin, on n’arrive plus à distinguer le bien du mal».

C’est pour cela aussi qu’il y a une manière non catholique de répéter la phrase de Bernanos “tout est grâce”, qui ne reconnaît pas la distance infinie entre la grâce et le péché mortel. Jésus dit: «Quiconque commet le péché est esclave du péché» (Jn 8, 34). Du péché ne peut naître le bien. Le péché conduit au vice.

La manière catholique de répéter “tout est grâce” entend simplement suggérer que le Seigneur peut aussi tirer un bien du mal, comme en témoignent les larmes de Pierre après la trahison. Des larmes qui ne jaillissent pas de la trahison, mais du fait que le Seigneur, même après la trahison, regarde Pierre.

Le Seigneur lui-même a donné à son Église le remède contre le relativisme qui ne distingue pas le bien du mal: le sacrement de la confession. Mais à condition qu’on se confesse bien, comme le catéchisme nous l’enseigne. «Parce que Dieu résiste aux orgueilleux, mais c’est aux humbles qu’il donne sa grâce» (1P 5, 5).

Quels torts fait à l’âme le péché mortel ?
Le péché mortel: 1. prive l’âme de la grâce et l’amitié de Dieu; 2. lui fait perdre le paradis; 3. la prive des mérites acquis et la rend incapable d’en acquérir de nouveaux; 4. la rend esclave du démon; 5. lui fait mériter l’enfer et aussi les châtiments de cette vie.

Quelles qualités doit avoir l’accusation des péchés ou confession ?
Les principales qualités que doit avoir l’accusation des péchés sont au nombre de cinq: elle doit être humble, entière, sincère, prudente et brève.

Quelle faute commet celui qui, par honte ou par quelque autre motif coupable, cache volontairement un péché mortel en confession ?
Celui qui, par honte ou pour quelque autre motif coupable, cache volontairement un péché mortel en confession, profane le sacrement et se rend par suite coupable d’un très grave sacrilège.

Les dogmes du Concile de Carthage

«Le Christ est mort pour nos péchés selon les Écritures» (1Cor 15, 3)

Canon 7. Il a été décidé de même [par les évêques]: quiconque dit que, dans la prière du Seigneur, les saints disent: “Remets-nous nos dettes” [Mt 6, 12] non pour eux-mêmes, puisqu'ils n'ont déjà plus besoin de faire cette demande, mais pour les autres du peuple qui sont pécheurs, et que c'est la raison pour laquelle chacun des saints ne dit pas: “Remets-moi mes dettes”, mais “Remets-nous nos dettes” ce qui fait comprendre que le juste demande plus pour autrui que pour lui-même, qu'il soit anathème. Ce saint et ce juste était l'apôtre saint Jacques, quand il disait : “Tous, nous péchons en bien des choses [Jc 3, 2]. Pourquoi ajouter “tous” sinon pour que le mot soit d’accord avec le Psaume où se lit: “N’entre pas en jugement avec ton serviteur, car nul vivant n'est justifié devant toi” [Ps 143, 2] ?; et avec la prière du très sage Salomon: “Il n’y a aucun homme qui n'ait péché[1R 8, 46] et avec le livre du saint homme Job: “Il suspend l'activité des hommes, pour que tout homme reconnaisse sa faiblesse [Jb 37, 7]; également avec le saint et juste Daniel, lorsqu'il disait au pluriel: “Nous avons péché et nous avons commis l'iniquité [Dn 9, 5.15], et d'autres paroles qu'il confesse dans la vérité et l'humilité; pour qu’on ne pense pas, comme certains le croient, qu’il parle alors non pas de ses péchés, mais plutôt de ceux de son peuple, il ajoute: “Quand... je priais et que je confessais mes péchés et les péchés de mon peuple [Dn 9, 20] au Seigneur, mon Dieu, il n’a pas voulu dire “nos péchés” mais il a dit les “péchés de son peuple” et les “siens” car, prophète, il voyait par avance qu’il se trouverait des hommes qui le comprendraient bien mal.

Canon 8. Il a été décidé de même [par les évêques]: ces paroles de la prière du Seigneur où nous disons: “Remets-nous nos dettes [Mt 6, 12], tous ceux qui veulent que les saints les disent par humilité et non en vérité, qu’ils soient anathèmes. Qui donc admettrait que quelqu’un qui prie mente, non seulement aux hommes, mais au Seigneur lui-même, en déclarant de ses lèvres qu’il veut qu’il lui soit pardonné, et qui dit en son cœur qu’il n'a pas de dettes à se faire remettre ?

La Miséricorde divine
«... Le plus grand pécheur qui en appelle simplement à ma pitié désarme mon courroux ; Je le justifie par ma Miséricorde insondable et infinie... Avant de venir comme Juge équitable, j'ouvre toutes grandes les portes de ma Miséricorde : qui ne veut les franchir doit passer par ma Justice. »  (Sainte Faustine, notes du 6, VI, 1937.)
La dévotion au Christ Miséricordieux : Le Christ Miséricordieux
 

Sources: Lecture spirituelle/11

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 09.11.2007 - BENOÎT XVI - T/Méditations

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante