ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Chronique du cardinal Ricard : en ce Temps de Carême, allons au désert avec le Christ

 

Le 09 mars 2009 - (E.S.M.) - Le désert, "cet espace où se vit la rencontre la plus intime avec Dieu et le combat spirituel le plus résolu.", éditorial de Mgr Ricard

Avec toi nous irons au désert

Chronique du cardinal Ricard : en ce Temps de Carême, allons au désert avec le Christ

Avec toi nous irons au désert

Le 09 mars 2009 -  Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Pendant ce temps du Carême nous sommes invités à aller au désert avec le Christ. Mais qu’est-ce que le désert ? Dans nos esprits, le mot « désert » évoque spontanément ces dunes de sable ou cet univers très minéral que l’on trouve dans le sud algérien. Dans la Bible, ce mot, évoquant plus largement tout lieu retiré, a pris au cours des siècles un sens plus symbolique, une signification d’ailleurs ambivalente. Il désigne cet espace où se vit la rencontre la plus intime avec Dieu et le combat spirituel le plus résolu.

Le désert est ce lieu où Dieu attend l’homme, veut le rencontrer, nouer avec lui une histoire d’alliance. Celui-ci est invité à quitter son environnement habituel, son univers familier pour vivre ce moment fort d’intimité avec Dieu. Moïse ne demande-t-il pas à Pharaon : « Le Dieu des Hébreux est venu à notre rencontre. Accorde-nous d’aller à trois jours de marche dans le désert pour sacrifier au Seigneur notre Dieu. »
(Ex 5, 3) ? Le désert est le lieu des fiançailles de Dieu avec son peuple. Chez le prophète Osée, Dieu nous dit qu’il ne répudie pas son épouse infidèle mais qu’il va de nouveau la reprendre et l’amener au désert : « C’est pourquoi je vais la séduire, je la conduirai au désert et je parlerai à son cœur. » (Os. 2, 16) Pris par un ministère harassant, Jésus aime pourtant s’arrêter et rejoindre des endroits déserts : « Mais lui, dit Saint Luc, se tenait retiré dans les déserts et priait. » (Lc 5, 16). Dans cette solitude, Jésus se remet devant son Père, vit son intimité profonde de Fils, reçoit de Lui son être et sa mission. Il lui rend grâce. Jésus invite ses disciples à entrer dans l’intimité de sa prière et de son cœur à cœur avec le Père. On comprend que certains aient voulu, dans la vie monastique ou érémitique, donner à tous un signe permanent de cet appel du Seigneur. Pendant le Carême, nous sommes, nous aussi, invités à offrir à Dieu, au cœur de notre vie quotidienne, un espace plus large de prière, de rencontre avec Dieu, de disponibilité à sa présence, d’écoute de sa Parole. Allons au désert avec le Christ !

Mais le désert peut être aussi ce lieu de la tentation, ce lieu de la confrontation avec l’Esprit du Mal, avec le Père du mensonge, comme le désigne Jésus
(cf. Jn 8, 44). Dans sa marche au désert, confronté à la faim et à la soif, le peuple d’Israël est tenté de douter de Dieu, de ne plus croire à son Alliance, de se forger d’autres représentations de Dieu qui lui paraissent plus immédiatement comblantes que celle du Dieu de Moïse, d’Abraham et de Jacob. Dans le désert Jésus refuse le mirage de puissance universelle que lui fait miroiter le Tentateur. Là où le peuple a cédé, Jésus est victorieux. La tentation fait partie de nos vies. Quand on y succombe, elle ne nous mène pas forcément à un athéisme déclaré. On peut continuer à se dire « croyant » et à donner à Dieu une petite place dans sa vie. Mais, alors, nous sentons bien que notre vraie vie est ailleurs, que notre cœur a d’autres trésors, que les absolus auxquels nous sacrifions tout (nos idoles, dirait la Bible et comme l'a rappelé le pape Benoît XVI dans son Homélie aux Invalides lors de son voyage en France) peuvent s’appeler la volonté de réussite à tout prix, l’amour de l’argent, la passion sans état d’âme de la recherche ou de la politique, le narcissisme sentimental ou sexuel… Le Christ nous invite au contraire à être fidèles à Dieu et à vivre en conformité avec l’Évangile. Il y a là une lutte, un combat spirituel à mener. Le temps du Carême ouvre un espace pour faire la vérité de nos vies, être au clair sur les choix qui nous guident en profondeur, nous convertir de nouveau aux exigences de l’Évangile. Ce combat spirituel, nous ne le menons pas tout seuls, mais avec le Christ et la force de son Esprit.

Alors n’hésitons pas à aller au désert avec le Christ ! Bon Carême !

Jean-Pierre cardinal RICARD
 


 

Nouveau  : S'inscrire à la newsletter ! Voir menu à gauche.


Sources  : Diocèse de Gironde (France) -  (E.S.M.)
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M. sur Google actualité)  09.03.2009 - T/Méditations

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante