ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Qu'a vraiment dit Benoît XVI dans son Motu Proprio ?

 

Le 09 janvier 2008 - (E.S.M.) - Le Motu proprio du pape Benoît XVI a inquiété certains fidèles et en a réjoui d'autres. Il a inquiété les fidèles qui imaginaient que le pape allait obliger à revenir à la forme de la liturgie en usage avant Vatican II ou allait imposer le latin comme unique langue liturgique. Il a réjoui les fidèles qui étaient attachés à la messe "de S. Pie V".

Le pape Benoît XVI Pour agrandir l'image C'est ici

Qu'a vraiment dit Benoît XVI dans son Motu Proprio ?

Le Motu proprio Summorum pontificum de Benoît XVI a inquiété certains fidèles et en a réjoui d'autres.

Il a inquiété les fidèles qui imaginaient - bien avant d'avoir lu le document pontifical - que le pape allait obliger à revenir à la forme de la liturgie en usage avant Vatican II ou allait imposer le latin comme unique langue liturgique. Il a réjoui les fidèles qui étaient attachés à la messe "de S. Pie V" et qui ont obtenu une reconnaissance de leurs requêtes.

Mais les déçus comme les réjouis semblent avoir trop vite oublié un passage important de la Lettre que le Saint-Père a adressée aux évêques du monde entier pour leur expliquer le sens et la portée de son Motu Proprio. Dans ce passage, Benoît XVI précise en des termes très clairs que "le nouveau Missel restera certainement la forme ordinaire du Rite romain, non seulement en raison des normes juridiques, mais aussi à cause de la situation réelle dans lesquelles se trouvent les communautés de fidèles."

Qu'est-ce que cela signifie ? Remarquons que le pape parle de "normes juridiques" d'une part et, d'autre part, de la "situation réelle" des communautés de fidèles. Il faut donc bien comprendre que le Motu proprio ne vise pas à favoriser l'établissement de l'ancienne forme du rite romain, comme l'ont déjà fait remarquer plusieurs commentateurs autorisés: la forme "extraordinaire" du rite romain ne peut que demeurer inhabituelle, dérogatoire, exceptionnelle, liée à des cas légitimes et bien précis. Tel est ce qu'enseigne le droit auquel Benoît XVI fait allusion.

Mais d'autre part, le Souverain Pontife rappelle que c'est le "nouveau Missel" qui doit déterminer la forme "ordinaire", c'est-à-dire "normale" et "habituelle" de notre liturgie. Entendons bien: le "nouveau Missel"... c'est-à-dire pas les inventions de l'équipe liturgique locale, pas les suggestions des "Feuilles liturgiques du diocèse de Saint-Brieuc", pas la revue "Signes d'Aujourd'hui", pas les fantaisies du célébrant ou les habitudes de la communauté paroissiale. Non, rien de tout cela. Mais le "nouveau Missel", rien que lui.

Pourquoi faut-il s'en tenir, à la demande du Souverain Pontife, au seul(s) Missel(s) reconnu par l'Église?

Simplement parce que "(...) dans la célébration eucharistique, les normes liturgiques [doivent être] observées avec une grande fidélité. Elles sont une expression concrète du caractère ecclésial authentique de l'Eucharistie; tel est leur sens le plus profond." Parce que "la liturgie n'est jamais la propriété privée de quelqu'un, ni du célébrant, ni de la communauté dans laquelle les Mystères sont célébrés. L'Apôtre Paul dut adresser des paroles virulentes à la communauté de Corinthe pour dénoncer les manquements graves à la célébration eucharistique, manquements qui avaient conduit à des divisions (schísmata) et à la formation de factions (airéseis) (cf. 1 Co 11, 17-34)." Parce qu' "à notre époque aussi, l'obéissance aux normes liturgiques devrait être redécouverte et mise en valeur comme un reflet et un témoignage de l'Église une et universelle, qui est rendue présente en toute célébration de l'Eucharistie." Parce que "le prêtre qui célèbre fidèlement la Messe selon les normes liturgiques et la communauté qui s'y conforme manifestent, de manière silencieuse mais éloquente, leur amour pour l'Église." Et enfin parce qu' "il n'est permis à personne de sous-évaluer le Mystère remis entre nos mains: il est trop grand pour que quelqu'un puisse se permettre de le traiter à sa guise, ne respectant ni son caractère sacré ni sa dimension universelle. (cf. Jean-Paul II, Lettre Ecclesia De Eucharistia )

Denis CROUAN docteur en théologie
 

Sources: PRO LITURGIA

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 09.01.2008 - BENOÎT XVI - T/Motu Proprio

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante