ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

La France divisée par le Motu Proprio de Benoît XVI

 

Le 08 septembre 2007 - (E.S.M.) - Chacun appréciera en conscience les propos du cardinal Ricard, Président de la Conférence des Évêques de France, sur son analyse de la décision du Saint-Père Benoît XVI relative à la promulgation du Motu Proprio Summorum Pontificum.

Mgr Jean-Pierre Ricard -  Pour agrandir l'image: C'est ici

La France divisée par le Motu Proprio de Benoît XVI

Sortir de l'affrontement

Pour ce dossier spécial sur le Motu Proprio Summorum Pontificum du pape Benoît XVI, nous avons demandé leur analyse à dix-huit autorités ecclésiastiques représentant divers courants dans l'Église de France. Le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux et président de la Conférence des Évêques de France répond à nos questions.

La Nef - Comment recevez-vous et percevez-vous personnellement ce Motu proprio de Benoît XVI ?

Cardinal Jean-Pierre Ricard — J'ai eu l'occasion de parler personnellement de ce projet de Motu proprio avec le pape lui-même. Ce qui m'a frappé chez lui, c'est sa préoccupation de la réconciliation entre catholiques. Bon connaisseur de l'histoire des conciles et des schismes, Benoît XVI s'est plusieurs fois demandé si, à certains moments cruciaux, on avait vraiment tout fait pour éviter la rupture irrémédiable. N'y a-t-il pas eu des occasions manquées, des gestes attendus qui n'ont pas été posés ? Vis-à-vis des fidèles de Mgr Lefebvre, le pape Benoît XVI veut faire un geste pour permettre au dialogue de se poursuivre, même s'il sait bien que les différends avec eux ne sont pas que d'ordre liturgique. Mais au-delà de cet objectif qui est plus lointain, le pape veut aussi faire un geste vis-à-vis de tous ces prêtres et ces fidèles, ralliés à Rome, qui souhaitaient un plus grand usage dans l'Église des livres liturgiques de 1962. Benoît XVI pense qu'un accueil généreux des différences pour une plus grande communion ne peut que contribuer à la paix à l'intérieur de l'Église. On ne peut qu'être sensible à cet appel.

Dans votre conférence de presse du 7 juillet, vous avez repris les propos du pape dans sa lettre aux évêques où il regrette « les omissions dans l'Église (qui) ont eu leur part de culpabilité dans le fait que ces divisions aient réussi à se consolider » : quelles leçons tirez-vous de ce constat ?

Je crois que c'est le durcissement idéologique de part et d'autre qui a contribué à consolider ces divisions. Au lieu de voir la liturgie ancienne et la liturgie née de la volonté de réforme du concile, comme deux richesses de l'unique tradition liturgique de l'Église (pour le rite romain de l'Église latine), on en fait deux formes antagonistes, dont l'une devait chasser automatiquement l'autre. Missel de Paul VI contre Missel de saint Pie V et réciproquement. Il fallait choisir son camp.
Aucun compromis n'était toléré. Cela a certainement contribué à ne pas permettre au Motu proprio de Jean-Paul II, en 1988, de porter tous ses fruits.

Beaucoup de médias, voire même de catholiques, interprètent la reconnaissance de la forme extraordinaire du rite romain codifié par Jean XXIII comme un retour aux temps préconciliaires : n'y a-t-il pas une pédagogie à développer sur la continuité qui existe dans l'Église entre le passé et le présent, en s'appuyant sur le discours fondamental de Benoît XVI à la Curie romaine du 22 décembre 2005 ?

De fait, le pape Benoît XVI est revenu plusieurs fois dans ses écrits, et tout particulièrement dans l'important discours que vous citez, sur ce que doit être la bonne interprétation de l'événement et des textes du concile Vatican II. L'apport de ce concile doit être pensé en termes de croissance, d'éclairage, d'approfondissement et non en termes de rupture. Le concile ne saurait être vu comme un élément de rupture avec la grande Tradition de l'Église. Il ne s'agit donc pas de faire, à partir de lui, table rase du passé ni de revenir aux temps préconciliaires. Ce qui me frappe d'ailleurs dans la Lettre du pape, c'est son regard tourné vers l'avenir. Il ne voit pas dans les deux formes « ordinaire » et « extraordinaire » du rite romain deux objets de musée mais deux formes vivantes, qui pourraient dans le futur s'enrichir mutuellement.

Toujours dans votre conférence de presse, vous avez appelé à finir « la. guerre des rites », en disant qu'« il n'y avait ni perdants, ni gagnants » : pourriez-vous expliquer cela ?

Le pape invite à sortir de l'affrontement idéologique dont je parlais plus haut. Il déplace les positions et demande à chacun d'intégrer dans sa réflexion un point de vue qui ne lui était pas familier. À ceux qui sont très attachés à la réforme liturgique voulue par le concile, le pape Benoît XVI dit: vérifiez que ce que vous mettez en œuvre est bien ce qui a été voulu par la réforme conciliaire et acceptez que la forme liturgique ancienne qui a nourri pendant des siècles la foi des fidèles puisse nourrir encore aujourd'hui ceux qui y sont attachés. À ceux-ci, il dit qu'ils doivent reconnaître l'autorité du concile Vatican II en la matière, admettre que la liturgie issue de la réforme liturgique soit la forme « ordinaire » du rite romain. Il demande aux prêtres de ne pas exclure la célébration selon le missel de Paul VI. Il n'y a ni perdants ni gagnants. Chacun a à parcourir une part du chemin pour découvrir toutes les richesses de la Tradition liturgique de l'Église.

Certains évêques, prêtres et laïcs ont manifesté leur inquiétude face à ce Motu proprio. Cette inquiétude n'est-elle pas surtout révélatrice de la méconnaissance de la mouvance « traditionnelle » ? Dans un but de paix qui est celui de Benoît XVI, l'Assemblée plénière de la Conférence des évêques ne pourrait-elle pas inviter à s'exprimer des supérieurs de communautés attachées à l'ancien Missel ?

Reconnaissons que cette mouvance « traditionnelle » est fort diverse. Il y a ceux qui se réjouissent du Motu proprio. Il y en a d'autres qui ne le voient que comme une première bataille gagnée dans une guerre qui doit être encore remportée. Avouons que ceux-ci sont loin de la pensée du pape Benoît XVI. Par ailleurs, je rencontre moi-même la plupart des supérieurs des communautés attachées à l'ancien Missel. Je n'exclus pas qu'ils puissent un jour être invités à l'Assemblée plénière. Mais, l'urgence première est de voir aujourd'hui dans les diocèses, avec les premiers concernés que sont les curés, comment ce Motu proprio va pouvoir concrètement être mis en œuvre.

Propos recueillis par Christophe Geffroy

Table : Motu Proprio
 

Sources:  La Nef - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 08.09.2007 - BENOÎT XVI - Table Motu Proprio/Ricard

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante