ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Du Motu Proprio de Benoît XVI ou le refus d'obéissance

 

Le 08 janvier 2008 - (E.S.M.) - Monseigneur Albert Malcolm Ranjith, secrétaire de la congrégation pour le Culte divin et la Discipline des Sacrements, dénonce l’attitude de certains évêques qui se croient au-dessus du successeur de Pierre et refusent ou dévoient, le contenu et l’intention du Motu proprio de Benoît XVI au sujet du missel de Jean XXIII.

Bethléem, Noël 2007 Pour agrandir l'image: C'est ici

Du Motu Proprio de Benoît XVI ou le refus d'obéissance

Monseigneur Albert Malcolm Ranjith, secrétaire de la congrégation pour le Culte divin et la Discipline des Sacrements, dénonce l’attitude de certains évêques qui se croient au-dessus du successeur de Pierre et refusent ou dévoient, le contenu et l’intention du Motu proprio de au sujet du missel de Jean XXIII.

L'attitude d'« autonomie » montrée « parmi quelques ecclésiastiques », mais également « dans les plus hauts rangs de l'Église » ne correspond certainement pas « à la noble mission que le Christ a confié à son Vicaire, le Pape », affirme l'archevêque dans un entretien à "Fides", l'agence de presse de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples.

Nous redoutions cette attitude de certains qui, de toute évidence, sont très engagés dans le progressisme ; ce n’est pas qu’ils soient radicalement opposés à cette décision du pape pour elle-même mais bien parce qu’elle induit l’incitation à réformer une pastorale qui flirte bon l’apostasie tranquille.

Il est évident que ce document qui est un acte de charité envers ceux qui ont une sensibilité conservatrice appuyée, introduit un inévitable examen de conscience au cœur même de l’Église. La liturgie est intimement liée à la pastorale.

Le secrétaire de la congrégation pour le Culte divin et la Discipline des sacrements, Mgr Albert Malcolm Ranjith, critique la désobéissance de certains évêques envers le Pape Benoît XVI pour la récente publication du Motu Proprio qui a libéralisé la messe pré-conciliaire (la soi-disant messe en latin) et réaffirme son « non » aux « danses », « instruments musicaux », «chants» mais même « certaines homélies de caractère politico-social ».

Nous avons récemment appris que des instructions liturgiques, sous prétexte d’adaptation aux enfants, se situent radicalement à l’opposées des directives de Rome et de ses interdits. Ces dispositions ne sont pas toujours le fait d’évêques qui sont confrontés à une désobéissance radicale de certains prêtres. Ces prêtres sont, soit très infortunés dans leur formation initiale, soit qu’ils ont été influencés par des détournements idéologiques dans lesquels ils ont noyé leur conscience au point d’avoir perdu le sens même de leur sacerdoce.

D’autres prêtres enfin, par faiblesse de caractère ou par confort, se laissent commandés par des laïcs incompétents, à la prétention enfantine ; parmi ceux-ci, les plus décidés et les plus dangereux veulent demeurer à un poste de responsabilités sans lequel ils n’auraient pas le sentiment d’exister. Ils font porter à l’Église une charge terrible et se mettent eux-mêmes dans la perspective de perdre leur salut. Nous avons vu certains de ces laïcs engagés dans l’Église préférer détruire une activité pastorale qui produisait d’excellents fruits plutôt que de ne plus pouvoir la contrôler, ces faits se sont produits dans mon diocèse.

Le peuple de Dieu ne demande qu’une chose, vivre sa foi selon les lumières du Saint Siège et que l’on cesse dans faire un lieu d’offense à la charité. Il ne veut plus être le témoin impuissant de ces dérives inadmissibles.

« On remarque que dans quelques pays ou diocèses, des règles qui pratiquement annulent ou déforment l'intention du Pape, ont émanées des Évêques. Un tel comportement n'est pas concevable avec la dignité et la noblesse de la vocation des pasteurs de l'Église ».

Qui s’étonne encore de ces attitudes ? On continue d’entretenir des marigots particulièrement nauséeux qui nourrissent un anti-romain puéril et meurtrier. Il faudra attendre que deux générations de prêtres disparaissent pour voir se libérer vraiment les puissances humbles d’une authentique réforme de l’Église. A moins que sa Sainteté, lassée de cette situation mettant en péril le salut de beaucoup, ne finisse par constituer des commissions par zone linguistique ayant les pleins pouvoirs avec rang de légat et règlent les situations les plus urgentes, les plus scandaleuses. Il faudra bien que l’on en termine ; qu’ils se soumettent ou qu’ils s’en aillent !

Il serait injuste de se taire sur les tenants d’une tradition radicale figée sur un christocentrisme dépourvu des saines lumières de la sainte doctrine et rejetant toujours le Saint Concile Vatican II. Ceux-là sont tout aussi coupables que les autres. Ils vivent en vautours et se nourrissent des plaies béantes de l’Église. Leur suffisance est proportionnellement aussi ridicule que leur étonnant manque de culture qu’ils dissimulent sous les inventaires des grandes règles et sous règles… Ils exaltent leur légalisme rassurant !

Les catholiques doivent se réconcilier entre eux ; pour cela ils ont à se souvenir qu’au jugement personnel la balance sera celle de la charité vécue sur cette terre. On n’entre pas au ciel avec un torse blindé, non… Il n’y a de place que pour l’humilité.

L’Église de France doit se prendre en main, elle a le devoir d’opérer un examen de conscience, de reconnaître tous ses manquements, à commencer par les plus graves. Ce n’est qu’en se tenant dans la vérité de l’histoire et dans celle de la charité au pied de la Croix, qu’elle parviendra à se sauver de ses malheurs incessants qui ne font que la blesser sans jamais appliquer réellement de remède. On ne peut continuer de laisser des individus prétendre servir l’Église et constamment lui imposer des entraves. « Rome a parlé ! » saint Augustin ; obéissez ou partez !

Pierre-Charles Aubrit Saint Pol   (site ami : lescatholiques.free.fr)

Le Motu Proprio Le texte officiel et tous les commentaires
Tous les commentaires sur l'Exhortation Sacramentum Caritatis
 

Sources: lescatholiques.free.fr

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 08.01.2008 - BENOÎT XVI - T/M.P.

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante