ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI, une méthode fascinante et constructive

Le 06 mars 2013 - (E.S.M.) - Les chercheurs qui aiment poser des questions et qui désirent élargir la raison ont toujours reconnu dans le témoignage de Benoît XVI, professeur et pasteur, une méthode fascinante et constructive essentielle dans le domaine de la recherche scientifique.

Le pape Benoît XVI 

Benoît XVI, une méthode fascinante et constructive

Pèlerin de la foi et de la raison

Le 06 mars 2013 - E. S. M. - Au moment où Benoît XVI est devenu, comme il s’est défini lui-même, « un simple pèlerin qui entame la dernière étape de son pèlerinage sur cette terre » il a été impossible de ne pas se rappeler de son homélie du 16 avril 2012 (jour de son 85e anniversaire) : « Je me trouve face à la dernière partie de ma vie et je ne sais pas ce qui m’attend. Je sais cependant qu’Il est ressuscité, que sa lumière est plus forte que toute obscurité ; que la bonté de Dieu est plus forte que tout mal de ce monde. Cela m’aide à avancer avec assurance ».

Ce qui frappe toujours chez lui est le sens du caractère dramatique de la vie, vécu entre émerveillement et réalisme. Ce regard, si profondément humain et réaliste face au mystère de la vie, toujours accompagné par une forme d’optimisme radical, car fondé sur l’expérience d’un bien présent.

Les chercheurs qui aiment poser des questions et qui désirent élargir la raison ont toujours reconnu dans le témoignage de Benoît XVI, professeur et pasteur, une méthode fascinante et constructive essentielle dans le domaine de la recherche scientifique. Depuis l’époque de ses leçons en Carinthie, il corrigeait les positions nihilistes et sans espérance par un puissant témoignage de positivité : « Le monde n’est pas un produit de l’obscur et de l’absurde. Il vient de la compréhension, il vient de la liberté et il vient d’une beauté qui est amour. Et voir cela nous donne le courage qui nous fait vivre ».

Dans son discours à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fondation de la faculté de médecine de l’Université catholique du Sacré-Cœur, en mai 2012, se référant à son intervention au Collège des Bernardins de 2008, il soulignait que « la recherche scientifique et la question du sens jaillissent d'une unique source, le Logos qui préside à l'œuvre de la création et qui guide l'intelligence de l'histoire […] Vécue dans son intégralité, la recherche est illuminée par la science et la foi et tire de ces deux ‘ailes’ une impulsion et un élan ». Dans tout son enseignement, jusqu’à ses encycliques, il a regardé et demandé aux chercheurs de regarder toujours la réalité de l’homme dans sa totalité. D’une manière non « spiritualiste », mais également attentive à ses aspects biologiques. « La vie biologique en soi est un don, et pourtant elle est entourée par une profonde question. Elle ne devient un vrai don que si, avec celle-ci, on peut donner une promesse qui est plus forte que toute mésaventure ».

Bien qu’il n’ait pas pu parler à l’université « La Sapienza » de Rome, dans le texte diffusé par la suite (où il cite la réciprocité entre scientia et tristitia chez saint Augustin) nous avons pu lire que « le simple savoir rend tristes, car le savoir doit chercher la vérité dont la connaissance a pour but la connaissance du bien […] tel est l’optimisme de la foi chrétienne, car à celle-ci a été accordée la vision du Logos qui dans l’incarnation de Dieu s’est révélée comme le Bien, comme la Bonté même ».

Telle est la racine de l’optimisme et du choix que Benoît XVI a voulu faire pour ce Bien dont il fait l’expérience et il nous demande à tous d’apprendre à aimer : le Christ ressuscité et son Eglise. Comme l’a écrit Isaac le Syrien : « Il n’existe qu’un seul péché, ne pas croire au Christ ressuscité. Tous les autres péchés ne sont rien, car Dieu nous a donné le repentir pour les expier ».

Augusto Pessina
 

Sources : L’Osservatore Romano -  E.S.M.
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 06.03.2013 - T/Benoît XVI

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante