ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Encyclique Laudato sii - critiques à l'encontre de ses inspirateurs

Le 05 juin 2015 - (E.S.M.) - A propos d'un présumé inspirateur de l'encyclique "Laudato sii", Jeff Sachs, Mgr Marcelo Sánchez Sorondo, argentin, réputé proche du Pape, interrogé par un influent blogueur "conservateur" américain, répond avec une agressivité qui en dit long sur son "ouverture" et sa conception toute "franciscaine" de la miséricorde!

Mgr Sorondo avec Ban-Ki-moon et le Pape

Encyclique Laudato sii - critiques à l'encontre de ses inspirateurs

Le 05 juin 2015 - E. S. M. - Le dernier billet de Sandro Magister sur son blog en italien Settimo Cielo est consacré non pas à l'encyclique, ce qui serait prématuré, sa publication n'étant attendue que pour le 16 juin, mais aux critiques à l'encontre de ses inspirateurs. Il met en lien un article d'un blog américain conservateur, Turtle bay and beyond qui tire son nom du quartier de Turtle Bay , à New York où se trouve le Siège des Nations Unies).
Voici pour information la traduction de benoit-et-moi de ces deux textes très édifiants.

Sandro Magister - Contre les inspirateurs présumés de "Laudato sii"

1er juin 2015- magister.blogautore.espresso.repubblica.it

De l'Encyclique écologique imminente du pape François, on ne connaît que le titre: "Laudato sii" Mais le bombardement préventif a déjà commencé depuis un moment.
Ce n'est pas l'encyclique en tant que telle, encore à découvrir, qui est sous le tir mais plutôt ceux qui s'agitent autour. En premier lieu un gourou du monde du «développement durable» accueilli à plusieurs reprises avec les honneurs au Vatican et considéré par certains comme l'un des inspirateurs du texte papal.
Son nom est Jeffrey Sachs. Il dirige l’Earth Institute de la Columbia University de New York et dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, il s'est signalé par le «thérapie de choc» qu'il a appliquée à plusieurs pays d'Amérique latine et d'Europe de l'Est pour une transition rapide vers l'économie libre de marché, sans se soucier des répercussions sociales.
Mais avant tout, il se distingue pour le soutien drastique qu'il a toujours apporté à la réduction des naissances, surtout dans les pays pauvres, grâce à la contraception et à l'avortement promus à grande échelle en particulier par l'ONU, Sachs étant “special advisor” de son actuel Secrétaire général Ban Ki-moon.
Et c'est le point qui soulève les principales critiques de nombreux catholiques, y compris des experts en économiqu.

L'un d'eux, l'ancien président de l'IOR Ettore Gotti Tedeschi, a récemment écrit une lettre ouverte au pape François, où il ne cite jamais le nom de Sachs, mais attaque frontalement ses théories (ndt: texte en italien ici; mes lecteurs doivent bien connaître les théories de M. Gotti Tedeschi à ce sujet, la seule nouveauté était que cette fois, il s'adressait directement au Pape)
Gotti Tedeschi, en effet, soutient que la crise économique mondiale actuelle a son origine précisément «dans l'application des théories néo-malthusienne qui ont inspiré et forcé l'effondrement des naissances».

Néanmoins, Sachs est souvent invité au Vatican, depuis que Jorge Mario Bergoglio est pape. Durant l'été 2013 et à nouveau en Avril de cette année, cette fois avec Ban Ki-moon, il a dicté ses orientations à des manifestations internationales organisées par l'Académie pontificale des Sciences , sur des questions telles que «les dimensions morales du changement climatique et de l'humanité durable».
Celui qui a organisé ces événements au Vatican, et déroulé le tapis rouge pour Sachs, est le très actif chancelier de l'Académie pontificale des Sciences, l'évêque argentin Marcelo Sánchez Sorondo, très proche du Pape François.
Il n'est donc pas surprenant que Sorondo ait lui aussi fini sous le feu des critiques.
Le plus implacable, Stefano Gennarini, l'envoie dans les cordes, dans un interrogatoire de troisième degré publié à la fois en anglais et en italien le 18 mai sur son blog “Turtle Bay and Beyond...”.

Stefano Gennarini n'est pas n'importe qui. Né en Italie, il s'est d'abord orienté vers le sacerdoce avec le Chemin Néocatéchuménal, fondé par Francisco "Kiko" Argüello;, il est diplômé en théologie à Londres et s'est spécialisé dans le droit aux États-Unis, à l'Université Notre Dame. Il a épousé une américaine et vit à Maywood, New Jersey. Il dirige un institut d'études pour la famille et les droits humains et coordonne le C-Fam’s Edmund Burke Fellowship Program https://c-fam.org/. Il a passé quelques années de sa vie comme missionnaire au Nigeria et dans les Antilles.

La lecture de l'interview est édifiante, avec Sorondo qui, pressé par Gennarini, perd son sang-froid et appelle le Pape au secours (ndt: et même LES Papes, puisqu'il ose se réclamer de Benoît XVI).

Stefano Gennarini - Un Prélat du Vatican répond aux détracteurs de la conférence sur le climat, blâme le Tea Party et le business du pétrole

18 mai 2015 - c-fam.org/turtle_bay/vatican-prelate-blasts-critics-of-climate-conference/

A la suite de l'apparition, le mois dernier, de Jeffrey Sachs et Ban Ki-moon à une conférence du Vatican sur le changement climatique, plusieurs intellectuels catholiques, ainsi que des sites pro-vie se sont trouvés perplexes face à la plate-forme offerte par le Vatican aux principaux promoteurs mondiaux de l'avortement et du contrôle des naissanced. J'ai pensé qu'il pourrait être utile de savoir ce que les organisateurs de la conférence pensaient de ces préoccupations, et je me suis donc adressé à eux.

Voici les réponses de l'Archevêque Marcelo Sánchez Sorondo, Chancelier des Académies Ponitificales des Sciences et des Sciences sociales, qui a accueilli au Vatican le mois dernier la conférence «Protéger la Terre, dignifier l'humanité».
Sánchez Sorondo a d'abord présenté ses excuses pour la réponse tardive, - car j'avais écrit la semaine dernière que le prélat n'avait pas répondu à ma requête - et a ensuite répondu assez longuement à mes questions. Les questions et réponses originales étaient en italien.

* * *

Q. Etiez-vous au courant, avant votre collaboration avec Sachs au Vatican, de sa position publique sur l'avortement dans le livre «Commonwealth», où il dit que l'avortement est une intervention "low-cost" et "à faible risque" pour réduire la fécondité dans le cas où les contraceptifs échouent?

Sánchez Sorondo (SS): Je reviens d'Argentine, où je participais à une conférence pour lutter contre les nouvelles formes d'esclavage, comme le trafic humain, le travail forcé, la prostitution et le trafic d'organes, que je considère, avec le pape François et le pape Benoît (!!), comme un crime contre l'humanité. Malheureusement, il n'y a pas que le drame de l'avortement, mais il y a aussi tous ces autres drames, auxquels vous devriez également vous intéresser, car ils sont étroitement liés. La crise climatique conduit à la pauvreté (ndt: explication bien simpliste, les pauvres existent et existeront toujours, comme l'a dit Jésus lui-même, bien avant l'existence d'un quelconque réchauffement climatique) et la pauvreté conduit à de nouvelles formes d'esclavage, à l'émigration forcée, et à la drogue, et tout cela peut aussi conduire à l'avortement.

Q. Plusieurs intellectuels et médias catholiques ont critiqué votre décision de collaborer avec Ban Ki-moon et Jeffrey Sachs sur le changement climatique, en raison de leurs positions sur l'avortement et le contrôle des naissances. Avez-vous une réponse à ces préoccupations?

SS: Le Tea Party et tous ceux dont les revenus proviennent du pétrole (ndt: l'argument-massue censé discréditer les "négationnistes"!!) nous ont critiqué, mais pas mes supérieurs, qui au contraire m'ont donné l'autorisation, et plusieurs d'entre eux ont participé (ndt: le cardinal Turkson, et peut-être le Pape qui est venu saluer Ban-Ki-moon, cf. L'Eglise se convertit à l'idéologie mondialiste).

Q. Vous avez sans doute parlé de la position de Ban Ki-moon et de Jeffrey Sachs sur l'avortement et le contrôle des naissances en préparant la conférence. Comment toutes ces questions ont-elles été résolues?

SS Oui. Nous avons eu ces discussions, et comme vous pouvez le voir, dans l'ébauche (draft, dans le texte en italien) des ODD (objectifs de développement durable) on ne parle pas d'avortement ou de contrôle des naissances, mais on parle d'accès au planning familial, de santé sexuelle et reproductive et les droits en matière de reproduction (access to family planning, sexual and reproductive health and reproductive rights, en anglais dans le texte en italien). L'interprétation et l'application de tout cela dépend des gouvernements. Certains peuvent même l'interpréter dans le sens de Paul VI, en termes de paternité et de maternité responsable (ndt: et les autres??? On est donc en plein relativisme!!). Au lieu de nous attaquer, pourquoi n'entrez-vous pas en dialogue avec ces «démons», pour améliorer, peut-être, la formulation, comme nous l'avons fait sur les questions de l'inclusion sociale et des nouvelles formes d'esclavage?

Q. Les détracteurs de cette collaboration déplorent que, tandis que Ban Ki-moon et Jeffrey Sachs ont tiré grand profit de leur participation, confirmée par la couverture médiatique enthousiaste de la conférence, et que cela peut susciter un grand intérêt pour l'encyclique pape de François sur l'environnement, dans le même temps, à la fois les croyants et les non-catholiques peuvent se trouver désorientés par la participation, même de loin, aux graves erreurs morales promues par Ban Ki-moon et Jeffrey Sachs .

SS: Nous sommes contents que Ban Ki-moon, et Jeffrey Sachs aient accepté la théorie sur le climat que l'Académie a maintenue depuis trente ans, à savoir que l'activité humaine basée sur l'utilisation des combustibles fossiles détermine le climat, qualifié justement de «climat anthropique» ou «anthropocène» par les membres de notre Académie, au premier rang desquels les lauréats du prix Nobel Paul Crutzen et Mario Molina. Vous devriez vous aussi être contents, parce que les conséquences du changement climatique retombent en particulier sur les pauvres, ce qui les met dans des conditions où ils acceptent aussi l'avortement. En outre, nous sommes contents que Ban Ki-moon et Jeffrey Sachs aient accepté de modifier les propositions concernant l'inclusion sociale en y ajoutant les nouvelles formes d'esclavage telles que la traite des personnes, le travail forcé, la prostitution et le trafic d'organes, qui ne sont même pas présents dans la dernière ébauche. Vous devriez être content à ce sujet aussi, parce que s'il y a quelque chose qui menace la famille, dont vous vous dites le soutien, c'est de la prostitution, qui, comme le dit le pape Benoît (ndt: et voilà! on en appelle à Benoît XVI, pour une fois, pour réduire l'adversaire au silence, et on l'oublie soigneusement la plupart du temps!) est un mal absolu, précisément parce qu'elle détruit la cellule de l'ordre social.

Q. La Déclaration sur le changement climatique qui a été publiée après la conférence attribue sans équivoque la responsabilité du changement climatique à l'activité humaine. Est-ce une position qui est partagée par le pape François?

SS: Cela, je ne le sais pas. Mais je suppose que oui, parce qu'il n'écrirait pas une encyclique juste pour dire que l'homme est responsable de la Terre, et que tout va bien! Peut-être pensez-vous, comme tous ceux qui vivent du pétrole, que tout va bien? L'Académie dit le contraire, comme du reste toutes les académies scientifiques dans le monde. Seuls quelques scientifiques payés par les lobbies ont une opinion différente.

Q. Que répondez-vous à ceux qu'on appelle "les climato-sceptiques", qui soulignent l'absence de changement dans les températures au cours des 18 dernières années et la difficulté pour les modèles scientifiques de trouver une corrélation définitive entre l'activité humaine et les changements climatiques à grande échelle?

SS Aux sceptiques (et j'espère vous n'êtes pas l'un d'eux, parce qu'alors, on découvrirait le vrai motif de ces fausses accusations contre nous!) nous répondons qu'ils devraient lire nos documents de ces dernières années, qui sont librement accessibles à tous sur le site www.pas.va, (de l'Académie Pontificale des Sciences... en anglais!) et qui suivent la foi et de la raison, comme l'Église l'a toujours fait, au moins depuis saint Thomas d'Aquin, qui reprend Saint-Paul et Saint Jean, comme le dit Fides et ratio. En l'occurrence, non seulement la raison philosophique, mais la raison scientifique. Voilà pourquoi les papes maintiennent une Académie des sciences depuis 400 ans.
Je ne vois aucun inconvénient à à ce que vous publiiez ces réponses, pour démentir ce que vous dites, que je ne vous réponds pas. Si je n'ai pas répondu avant, c'est parce que j'ai beaucoup de travail et j'en ai eu à répondre à plusieurs autres comme vous, qui nous accusent de choses qui ne sont pas vraies. Vous pouvez être sûrs que les deux académies dont je suis le chancelier sont contre l'avortement et contre le contrôle des naissances, tout simplement parce que nous suivons le Magistère des Papes, dont nous dépendons directement. Je souhaite que vous aussi suivez cet enseignement, quand vous parlez de la gravité de la situation économique, qui est toute orientée vers le profit, et quand vous parlerez de la gravité de la responsabilité humaine dans les changements climatiques, comme je l'espère la prochaine encyclique le dira.
 

Sources : benoit-et-moi
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 05.06.2015

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante