ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Le card. Ricard rassure sur les projets de Benoît XVI

Lourdes, le 04 novembre 2006 - (E.S.M.) - "L'Eglise ne change pas de cap": la main tendue par le pape Benoît XVI aux catholiques intégristes n'est pas une remise en cause du concile Vatican II et de la messe en français, a assuré samedi matin le cardinal Jean-Pierre Ricard en ouvrant à Lourdes la 43e assemblée plénière de la Conférence des évêques de France.

Le cardinal Ricard à l'Assemblée plénière des Evêque de France - 04.11.2006

Le card. Ricard rassure sur les projets de Benoît XVI

LE "MOTU PROPRIO" N'EST PAS ENCORE SIGNÉ

Dans le discours d'ouverture qu'il a prononcé devant l'Assemblée plénière des Evêque de France, le samedi 4 novembre 2006, le Cardinal Ricard est revenu sur l'actualité récente. Il a tenu à préciser que:

"1. la décision de libéraliser pour les prêtres la possibilité de dire la messe selon le missel de 1962 n'a pas encore été prise. Le Motu proprio annoncé n'a pas été signé. Son projet va faire l'objet de consultations diverses. Nous pouvons faire part, dès maintenant, de nos craintes et de nos souhaits.

2. Ce projet ne s'inscrit pas dans une volonté de critiquer le missel dit de "Paul VI" ni de procéder à une réforme de la réforme liturgique. Les livres liturgiques rédigés et promulgués à la suite du Concile sont la forme ordinaire et donc habituelle du rite romain. Ce projet s'origine plutôt dans le désir de Benoît XVI de faire tout ce qui est en son pouvoir pour mettre fin au schisme lefevbriste. Il sait que plus les années passent, plus les relations se distendent et les positions se durcissent. Devant l'histoire des grands schismes, on peut toujours se demander s'il n'y a pas eu des occasions manquées de rapprochement. Le Pape souhaite faire son possible pour que la main soit tendue et qu'un accueil soit manifesté, au moins à ceux qui sont de bonne volonté et qui manifestent un profond désir de communion. C'est dans cet esprit qu'il faut comprendre ce projet de Motu proprio.

3. L'accueil de quelques-uns dans la communion ecclésiale ne saurait remettre en question le travail pastoral de l'ensemble. Non, l'Eglise ne change pas de cap. Contrairement aux intentions que certains lui prêtent, le pape Benoît XVI n'entend pas revenir sur le cap que le Concile Vatican II a donné à l'Eglise. Il s'y est engagé solennellement. Dès son élection, il affirmait: "A juste titre, le Pape Jean-Paul II a indiqué le Concile Vatican II comme une "boussole" selon laquelle nous pouvons nous orienter dans le vaste océan du troisième Millénaire (cf. Lettre apostolique
Novo Millennio ineunte, 57-58). Et il notait aussi dans son Testament spirituel: "Je suis convaincu que longtemps encore il sera donné aux nouvelles générations de puiser dans les richesses que ce Concile du XXe siècle nous a prodiguées" (17 mars 2000). Par conséquent, moi aussi, tandis que je me prépare à accomplir le service qui est celui du Successeur de Pierre, je veux affirmer avec force ma très ferme volonté de poursuivre la tâche de la mise en oeuvre du Concile Vatican II, sur la trace de mes Prédécesseurs et dans une fidèle continuité avec la Tradition bimillénaire de l'Eglise" (Premier message de Sa Sainteté Benoît XVI à l'issue de la messe à la chapelle Sixtine, 20 avril 2005). Dans son discours à la Curie romaine où il critique un faux "esprit du Concile", le Pape Benoît XVI déclare: "Quarante ans après le Concile, nous pouvons souligner que le positif est plus grand et plus vivant que ce qu'il paraissait dans l'agitation des années 1968. Nous voyons aujourd'hui que la bonne semence, tout en se développant lentement, grandit cependant, et ainsi grandit aussi notre profonde gratitude pour l'oeuvre accomplie par le Concile" (Allocution du pape Benoît XVI, analyse 2005, orientations 2006). Ces paroles méritent d'être entendues. Je crois qu'il ne faut pas être habité aujourd'hui par la crainte et la peur. Là aussi, vivons la confiance. Pourquoi les événements récents ne seraient-ils pas l'occasion, pour nous en France, de faire une relecture paisible de notre réception du Concile, d'en relire les grands textes fondateurs, d'en saisir à nouveaux frais les grandes intuitions et d'en repérer les points qui méritent encore d'être pris en compte? Ce n'est pas à une lecture idéologique de Vatican II que nous sommes appelés mais bien à une relecture spirituelle, dans l'action de grâce de ce que le Seigneur nous a donné de vivre et dans une disponibilité renouvelée pour la mission. (...)"

Texte intégral du discours du cardinal Ricard (format pdf):
discours du Cardinal Ricard

« L'horizontalisme, qui conduit le peuple à se célébrer lui-même au lieu de célébrer les Mystères du Christ, a des conséquences néfastes pour la foi catholique et le culte » Le pape Benoît XVI veut il mettre fin aux abus?
 

Sources: CEF - E.S.M.

Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 04.11.2006 - BENOÎT XVI - Eglise

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante