ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI demande de prier pour la famille chrétienne, fidèle au sacrement du mariage

 

Cité du Vatican, le 03 septembre 2008  - (E.S.M.) - Le mariage est sans aucun doute une des réalités les plus attaquées dans notre société. Dans le consortium sur la famille, le pape Jean Paul II pointaient les signes d’une décadence préoccupante des valeurs fondamentales de la famille:  commentaire de l’intention missionnaire donné par Benoît XVI pour le mois de septembre 2008.

La famille, fidèle au sacrement du mariage

Benoît XVI demande de prier pour la famille chrétienne, fidèle au sacrement du mariage

Intention missionnaire

Le 03 septembre 2008 - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde -  « Pour que chaque famille chrétienne, fidèle au sacrement du mariage, cultive les valeurs de l’amour et de la communion, afin qu’elle puisse être une petite communauté évangélisante, ouverte et sensible aux besoins matériels et spirituels de ses frères ».

Voici le commentaire de l’intention missionnaire donné par le Saint Père Benoît XVI pour le mois de septembre 2008.
Le mariage est sans aucun doute une des réalités les plus attaquées dans notre société. Dans une culture relativiste et vidée de l’idée du Créateur, l’homme tend à devenir le centre et la mesure de toute chose. Il ne se reconnaît plus comme créature, il pense que sa vie et son corps lui appartiennent comme un don absolu. Il ne cherche pas une finalité ultime à son existence, un but qui transcende ce qui est immédiat, tangible et agréable.

Dans le Consortium sur la famille, le pape Jean Paul II pointaient les signes d’une décadence préoccupante des valeurs fondamentales de la famille : « une conception erronée de l’indépendance des époux dans la théorie et dans la pratique ; de graves ambigüités sur le lien d’autorité entre parents et enfants ; souvent des difficultés concrètes dans la transmissions des valeurs ; un nombre croissant de divorces ; le fléau de l’avortement ; le recours toujours plus fréquent à la stérilisation et l’instauration d’une véritable mentalité contraceptive » (FC, 6)

Une fausse idée de la liberté s’est répandue, elle présente les engagements pris pour toute la vie comme quelque chose qui, loin de réaliser pleinement la liberté dans le don de soi, se transforme en une charge non désirée.

Chaque homme a une vocation à l’amour par le fait même d’être homme, créé à l’image et à la ressemblance de Dieu. Pour la majorité des hommes et des femmes, cette vocation à l’amour trouve sa plénitude dans le mariage. Les autres sont appelés à la plénitude de l’amour dans le célibat ou la virginité.

Les époux doivent vivre leur don réciproque en donnant leur vie pour l’autre, à l’image du Christ qui aime son Église et se livre pour elle (Cf Eph 5, 25) La charité conjugale est la façon dont les époux vivent la charité du Christ lui-même qui se donne sur la croix.

La vie véritable ne peut germer que là où il y a l’amour. De l’amour mutuel des époux, naissent des enfants. Ils ne désirent pas que leur père et que leur mère les aiment séparément mais ils veulent appartenir à cet amour unique qui fait des époux « une seule chair », une seule réalité. « L’expérience d’être accueilli et aimé par Dieu et par nos parents est le fondement solide qui favorise toujours la croissance et le développement authentique de l’homme, qui nous aide à mûrir au long du chemin vers la vérité et vers l’amour et qui nous fait sortir de nous-mêmes pour entrer en communion avec les autres et avec Dieu ». (Benoît XVI, Homélie  du 9 juillet 2006, Valence).

Seul le véritable amour peut être exclusif, unique et pour toute la vie. C’est seulement sous cette forme que l’amour est digne de la personne humaine, c’est ainsi qu’il réalise cette relation spécifique inscrite dans le dessein du Créateur : « homme et femme, Il les créa ». (Gen 1, 27).

A travers le sacrement de mariage, Dieu bénit et élève l’amour humain en renforçant et en assainissant la volonté des époux afin qu’ils puissent s’aimer, vaincre la menace de l’égoïsme, de l’usure et du manque de pardon. Cet amour vrai, élevé par la grâce du sacrement, se transforme en source de communion pour tous les membres de la famille et les rend sensibles à la nécessité de chacun d’entre eux.

Une véritable communion reste toujours ouverte, elle sait créer des liens et élargir toujours ses dimensions. Chaque famille doit être accueillante, attentive aux besoins de ceux que Dieu met sur notre route. L’amour est toujours dynamique, il ne reste jamais à part. Chaque famille doit devenir une communauté missionnaire où on vit et transmet l’amour du Christ qui est à la base de la relation réciproque. Déjà animée de l’esprit missionnaire en son sein propre, l’Église domestique est appelée à devenir un signe lumineux de la présence du Christ et de son amour pour les personnes qui se sont éloignées de la foi, pour les familles qui ne croient pas encore et même pour les familles chrétiennes qui ne vivent plus en cohérence avec la foi reçue : « par son exemple et par son témoignage » elle est appelée à illuminer « ceux qui cherchent la vérité ». »

La famille fondée sur le mariage

Nouveau: conseils aux personnes qui désirent recevoir les actualités ou consulter le site régulièrement:  ICI


 

Sources : www.vatican.va -  E.S.M.
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M. sur Google actualité) - 03.09.2008 - T/Famille

 

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante