ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Saint Jacques s’adresse-t-il à moi ?

 

Le 02 octobre  2009  - (E.S.M.) - Commentaire de l'Évangile du Vingt-septième dimanche du temps ordinaire.

Saint Marc

Saint Jacques s’adresse-t-il à moi ?

Le 02 octobre 2009  - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - En lisant ou en écoutant l’extrait de la lettre de Saint Jacques pour ce dimanche, peut-être ne nous sentons-nous pas concernés, soit parce que nous ne sommes pas riches, soit parce que nous pensons que notre richesse, fruit d’un travail méritoire, est facilement au service des plus pauvres. Saint Jacques s’adresse aux « riches » qui mettent toute l’importance et le but de leur vie dans leur richesse. Pourtant, si nous pensons que cette lecture n’est pas pour nous, nous pouvons nous demander pourquoi, de par un choix de lecture universelle dans notre Église, elle est aussi bien lue sur la Côte d’Azur qu’au fin fond de certaines campagnes françaises où, en ce dimanche, les paroissiens vont plus se retrouver dans les revendications des moissonneurs que dans ceux qui ne les ont pas payés. Saint Jacques s’adresse à chacun d’entre nous, parce que la richesse est très relative. Si l’avarice est un péché capital, ce n’est pas seulement le péché des riches. L’avaricieux est pécheur non parce qu’il aime un bien de ce monde, mais parce que son amour pour ce bien est démesuré. Selon Saint Maxime le Confesseur, le péché commence non avec la possession de l’argent, mais avec son mauvais usage.

Si cette lecture nous concerne, c’est parce qu’il y a plusieurs sortes d’avarice : La première est une avarice matérielle, qui s’enracine d’abord dans l’amour de l’argent sans quoi aucun bien ne serait accessible. Les Pères de l’Église distinguent trois faces dans cette avarice : l’attachement du cœur à l’argent, c’est-à-dire l’avarice au sens propre ; le désir d’acquérir sans cesse de nouveaux biens, c’est-à-dire la cupidité ou l’avidité ; enfin, l’opiniâtreté dans la possession, c’est-à-dire l’absence de générosité.

La possessivité ne s’étend pas qu’à l’argent, c’est pourquoi on peut aussi parler d’avarice spirituelle qui peut toucher le temps, les services, la vie spirituelle : Certaines personnes ne supportent pas d’être dérangées sans être prévenues longtemps à l’avance. Il existe une avarice du temps, de l’intelligence, de ses forces. En opposition à cela par exemple, Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus offrait des plages de son temps pour que Dieu en dispose à sa guise. Dans la sphère du bénévolat, il est fréquent de rencontrer des personnes très généreuses qui deviennent propriétaires de leur responsabilité. Cette possessivité démesurée peut s’appeler avarice du service. Même en matière de vie spirituelle, Saint Jean de la Croix dénonçait ceux qui sont « insatiables de direction, de livres qui traitent de spiritualité », soulignant « l’attache de cœur que certains avaient à la façon ou au nombre et à la beauté des objets spirituels, contraire à la pauvreté d’esprit. »

Le Christ dit qu’il ne faut pas remplir nos greniers, ou en soulignant l’attitude de telle ou telle personne. C’est le cas par exemple de cette pauvre veuve qui donne ses deux piécettes face au riche qui donne son superflu. L’Évangile reste d’actualité, dans une société où tout est dû, même le service de l’Église (Il suffit de regarder le nombre de donateurs au denier du culte). L’expression « crise économique » si souvent répétée ces derniers temps, ne nous renforce-t-elle pas dans cette avarice subtile que l’on appelle thésaurisation ?

Peut-être faut-il se rappeler l’origine de la possession des biens. L’argent et les propriétés ne viennent pas de nous et ne sont pas pour nous. Certes, ils sont dus à notre travail, mais, ultimement, ils viennent de Dieu : « L’avare, dit le Curé d’Ars, est comme un pourceau qui mange des glands sans lever la tête pour savoir d’où ils sortent ».

Don Hugues, Vicaire

Extraits du livre de Pascal Ide: "les 7 péchés capitaux ou ce mal qui nous tient tête" éditions MAME EDIFA aux pages 115, 116 et 126

Sources : communauté st martin -  E.S.M.
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 02.10.2009 - T/Méditations

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante