ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Le père Boulad célèbre "l'heureuse faute" de Benoît XVI sur l'islam

Le Caire, le 02 octobre 2006 - (E.S.M.) - Le père Boulad célèbre "l'heureuse faute" de Benoît XVI sur l'islam. Recteur des collèges jésuites du Caire, le père Henri Boulad, estime le temps venu de "la clarté, de la sortie de l'ambiguité" avec l'islam "face à la poussée de l'intégrisme musulman".

Le père Henri Boulad, Recteur des collèges jésuites du Caire

Le père Boulad célèbre "l'heureuse faute" de Benoît XVI sur l'islam

Recteur des collèges jésuites du Caire, le père Henri Boulad, estime le temps venu de "la clarté, de la sortie de l'ambiguité" avec l'islam "face à la poussée de l'intégrisme musulman".

Ce catholique égyptien, né à Alexandrie en 1931, considère que le propos de Benoît XVI sur l'islam pour "malheureux et regrettable" qu'il soit, n'était pas "pur hasard" et pourrait inaugurer "un dialogue plus vrai et franc".

"Si faute il y a eu de la part du Pape Benoît XVI, elle pourrait être heureuse: c'est une felix culpa", dit le père Boulad à l'AFP, en reprenant l'expression de Saint Augustin sur le caractère salvateur du péché originel.

Dans son modeste bureau du collège de la Sainte Famille, dans le quartier de Fagallah, creuset de l'élite cairote depuis plus d'un siècle, il estime aujourd'hui que "nous ne sommes qu'au commencement de l'épreuve".

Pour lui, l'islamisme "reflète l'essence même d'un islam figé, comme un poussin dans un oeuf. C'est un type de totalitarisme de la pensée".

Le souverain pontife, citant un empereur byzantin du XIVème siècle, avait dans un discours le 12 septembre évoqué un lien entre islam et violence, et soulevé le problème du rapport entre foi musulmane et raison. (
►Tous les articles concernant la "controverse" de Ratisbonne)

"Il n'avait pas besoin de cette référence, mais elle reflète bien sa volonté de clarifier ce qui sépare l'islam et le christianisme sur ces questions fondamentales", a-t-il dit le père Boulad.

Benoît XVI, enchaîne-t-il, "connaît assez bien" la théologie musulmane "pour dire que l'islam est indissociable de la politique et d'un projet global de société".

Quant aux réactions virulentes dans les pays musulmans, le père Boulad les estime "compréhensibles bien que souvent irraisonnées et parfois violentes". "le propos du Pape obligera chacun à sortir ce qu'il a sur le coeur, sans faux-semblants", dit-il.

Et ainsi, affirme-t-il, "quand on dit que l'islam est une religion de tolérance, j'en attends les preuves, et constate surtout que dans les 57 pays à majorité musulmane, il n'y a pas de liberté religieuse".

Un musulman ne peut pas devenir librement chrétien en Egypte, pays de 72 millions d'habitants, où la minorité chrétienne est de 10 %, (6 millions de coptes orthodoxes, 200.000 catholiques et 200.000 protestants).

"Si c'est le cas, l'alternative est la clandestinité totale ou l'exil, alors qu'un chrétien qui épouse une musulmane est forcée de se convertir à l'islam", souligne-t-il.

"Cela le pape Benoît XVI le sait : il est très lucide, et sans illusions sur la réciprocité religieuse, ou plutôt son absence", affirme ce catholique égyptien, ancien vice-président de l'organisation Caritas dans le monde arabe.

Pour le père Boulad, le "courant massif est celui de l'islamisation de la société". "On voile les filles de plus en plus jeunes, et la poussée de l'intégrisme se poursuit, avec une radicalisation des esprits", dit-il, notant que la chariah, la loi islamique, est considérée source de la loi dans la constitution.

Il y a, dit-il, une "schizophrénie musulmane", à l'égard de la femme, "objet de convoitise et d'interdit". "La sexualité est un problème central", pense ce prêtre qui a étudié au Liban, en France et aux Etats-Unis.

En Egypte, estime ce spécialiste de Teilhard de Chardin, "on retrouve chez les musulmans, comme chez les chrétiens (coptes orthodoxes) une absence de pensée de critique, et l'attirance pour le fondamentalisme".

Le père Boulad ne se dit pas sans espoir. "L'Islam est-il réformable ? c'est toute la question, et je souhaite de tout coeur qu'il s'adapte à une époque pluraliste dans des Etats où le temporel et le spirituel sont séparés".

"Aujourd'hui", d'après lui, "le monde arabe s'est emparé du modernisme, c'est-à-dire l'écorce de la modernité, avec ses techniques et produits, mais il ne pourra indéfiniment résister à la modernité, qui passe par la pensée critique".


REPERES:
Ce n’est point un défi politique qu’a lancé Benoît XVI, et pas davantage une provocation gratuite. C’est une réflexion sérieuse et fraternelle, qui, accueillie avec calme et sérénité, peut nous aider à voir plus clair dans les causes de notre enlisement:
Le projet proposé par Benoît XVI
 

Sources: La Croix

Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 02.10.2006 - BENOÎT XVI

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante