ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Quelques principes essentiels de  "Sacramentum Caritatis" de Benoît XVI

 

Rome, le 29 avril 2008 - (E.S.M.) - Dans l'Exhortation apostolique post-synodale "Sacramentum Caritatis", le pape Benoît XVI rappelait à tous les fidèles - clercs et laïcs - quelques principes essentiels qui semblent déjà oubliés aujourd'hui.

Quelques principes essentiels de "Sacramentum Caritatis" de Benoît XVI

L'ARS CELEBRANDI EN FRANCE

Dans l'Exhortation apostolique post-synodale "Sacramentum Caritatis", le pape Benoît XVI rappelait à tous les fidèles - clercs et laïcs - quelques principes essentiels qui semblent déjà oubliés aujourd'hui.

Le Saint-Père soulignait que la participation fructueuse des fidèles à la liturgie ne pouvait pas et ne devait pas être séparée du fait de bien célébrer le rite liturgique dans sa totalité et conformément aux normes légitimées par le Siège apostolique.

Pour cela, il était demandé que, dans tous les diocèses, les évêques apparaissent véritablement comme les gardiens de la liturgie, veillant à ce "que les prêtres, les diacres et les fidèles comprennent toujours plus le sens authentique des rites et des textes liturgiques et qu'ils soient ainsi conduits à une célébration de l'Eucharistie active et fructueuse".

Benoît XVI soulignait aussi que ce respect de la liturgie par l'art de la célébrer correctement devait essentiellement porter sur deux points: d'abord sur l'harmonie du rite lui-même avec ce qui sert à son accomplissement (vêtements des ministres, ameublement des sanctuaires, mise en valeur des richesses contenues dans le Missel romain... etc.) Ensuite sur les formes du langage employé au cours des célébrations: langage parlé et chanté, et aussi langage des gestes et des mouvements. L'insistance portait ici sur la nécessaire sobriété portant à éviter les gestes grandiloquents et les chants néo-triomphalistes, afin que soit favorisée l'intériorité de la prière et la contemplation du Mystère célébré.

Pour ce qui concerne le chant liturgique plus précisément, l'Exhortation Sacramentum Caritatis insistait pour que l'usage des cantiques "passe-partout" soit évités, car vouloir faire chanter à tout prix les assistances ne conduit pas à ouvrir les fidèles à la liturgie, mais plutôt à aliéner la liturgie par des éléments extérieurs que les fidèles y introduisent.

En outre, il était expressément demandé que le chant grégorien soit valorisé et qu'au cours des grands rassemblements - ce qui est le cas dans les lieux de pèlerinages - les célébrations soient en langue latine avec une réelle valorisation du chant grégorien.

Il suffit de se rendre dans nos grands sanctuaires et dans nos cathédrales de France pour constater, souvent avec amertume, que les messes en latin et grégorien demeurent rarissimes et que rien ne semble entrepris, de façon générale, pour que les choses aillent en s'améliorant, comme le souhaite de Saint-Père Benoît XVI.

IL FAUT SE MEFIER...

Il faut se méfier de ce que des adultes inventent pour rendre une idée, un concept, à la portée des enfants. Il faut donc se méfier quand des adultes font tout pour mettre la liturgie à ce qu'ils imaginent être le niveau des enfants; il faut se méfier de ce qu'ils croient devoir faire pour rendre la messe abordables aux enfants... sans vraiment avoir demandé l'avis des enfants, lesquels ont ce sens inné du sacré qui fait défaut à bien des catéchistes.

Il faut se méfier ces célébrations soi-disant adaptées aux jeunes: elles ne plaisent généralement qu'à la poignée d'adultes qui les ont imaginées et laissent les jeunes dans une totale indifférence.

Il faut se méfier de ce qui se pratique quand on veut faire "pour le peuple". Il faut se méfier des manières de faire qui se veulent "populaire", de tout ce qu'on impose au peuple en prétendant lui plaire, de tout ce qu'on croit devoir faire pour se rendre proche du peuple... sans jamais demander l'avis du peuple. Il faut donc se méfier de bien des cantiques populaires actuels qui laissent entendre que le simple fidèle n'aura jamais droit à autre chose qu'à de la mauvaise musique mises dans de mauvaises messes imaginées par des gens qui ne savent plus ni ce qu'est la liturgie de l'Église ni ce qu'est la beauté due aux humbles.

Il faut se méfier de ce que les commissions liturgiques ont imaginé pour faire correspondre les célébrations à ce qu'elles croyaient être l'attente des non-pratiquants: dans le ridicule et le dévastateur, ces commissions ont parfois fait bien plus que ce qu'auraient pu imaginer les pires ennemis de l'Église.

Il faut se méfier des réunions au cours desquelles on participe à l'élaboration de célébrations du type "on-est-bien-entre-nous" qui mettent les fidèles bien loin de la présence du Christ célébrée dans le mystère de sa passion et de sa résurrection.
 

Sources :  PRO LITURGIA

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 29.04.08 -T/ Sacramentum Caritatis

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante