ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Notre manque d'amour a conduit Jésus à Ia Croix

 

Le 28 mars 2009  - (E.S.M.) - Le prêtre de notre paroisse nous a donné cette petite catéchèse à méditer : comment 'Penser à la Passion de Jésus Christ' et nous voulions la partager avec nos amis lecteurs.

Le Christ en Croix- Pour agrandir l'image Cliquer

Notre manque d'amour a conduit Jésus à Ia Croix

Petite catéchèse: « Penser à la Passion de Jésus Christ, c'est Ia consolation de mon esprit » (Marguerite de Navarre) 

Le 28 mars 2009  - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Nous sommes maintenant au 5e Dimanche de Carême et nous allons suivre pas à pas Jésus en sa passion. Jésus n'est pas à plaindre, mais à imiter, nous avons deux semaines pour mettre nos pas dans les siens.

La Passion : « ce qu'on ressent » un sentiment ou une souffrance. Le Christ a souffert (1 P 2,21) est à comprendre, non pas comme un moment malheureux, mais comme la source de la Vie Nouvelle (Rm 6,4) et comme un "modèle" à suivre.

La logique de la Passion n'est pas celle de la souffrance, mais celle de l'Amour « l'homme s'est rendu cruel à lui-même; or, Je continue à prendre soin de lui ». Notre manque d'amour a conduit Jésus à Ia Croix, par Amour pour l'homme.

Toujours dans la logique, la venue du Fils de Pieu dans I'humanité, comportait aussi qu'il devait connaître, la vie et la mort.

On ne dira jamais trop que cette histoire est vraie, Jésus n'était pas un surhomme, mais Dieu fait homme, comme vous, comme moi, plus homme que vous et moi, car bien plus sensible, plus fragile. Les larmes de Jésus, la faim, la fatigue, les douleurs de Jésus sont réelles. Aujourd'hui, la Passion de Jésus se déroule partout sous nos yeux, partout où l'homme pleure, connaît la faim, la fatigue, les douleurs. Saint Léon dit: « C'est dans notre humble condition (d'homme), qu'il a été méprisé, dans notre tristesse, qu'il a été affligé, dans la douleur qu'il a été crucifié ». Pour nous convaincre (si besoin est) de la véracité des faits, nous pouvons relire les récits de la Passion dans les 4 Evangiles, tous concordants malgré quelques divergences dans les détails.

Alors même si nous ne pleurons pas en relisant la Passion, nous ne sommes pas forcément des mauvais chrétiens. Mais nous devons penser qu' « il a vécu cela, pour nous ! »

Alors sommes-nous heureux, ou peinés ? Heureux d'être aimés à ce point et dans la peine de l'avoir si peu aimé.

La vie chrétienne, et la vie tout simplement, est un long apprentissage de l'Amour. « Il reste beaucoup à apprendre ». Alors, continue à donner, pardonner, supporter sans autre raison que l'amour divin ; la vie de Jésus en témoigne.
 

 

Sources :  E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 28.03.09 - T/Méditation

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante