ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Le phénomène Bergoglio ou l'effet François...

Le 25 novembre 2014 - (E.S.M.) - Le pape Bergoglio coïncide avec un projet très clair: introduire l'Eglise dans la réalité de ce que l'on nomme le nouvel ordre mondial". Une interview de Francesco Colafemmina.

Francesco Colafemmina

Le phénomène Bergoglio ou l'effet François...

Entretien avec Francesco Colafemmina sur "l'effet François"

Le 25 novembre 2014 - E. S. M. - Francesco Colafemmina, philologue, essayiste et écrivain, avec une passion pour l'art et l'architecture sacrée est originaire des Pouilles. Il anime le blog Fides et Forma.

Question: Partons du phénomène / effet Bergoglio: ses paroles, ses actes, représentent une contradiction vivante: à côté de déclarations à teneur décidément catholique (bien que beaucoup d'entre elles devraient paraître relativement évidentes, puisque c'est un pontife de la Sainte Eglise romaine qui les prononce), d'autres suivent, imprégnées d'ambiguïté et de confusion, de sorte que l'on semble assister au classique «un pas en avant et deux pas en arrière». Résultat: une Eglise en proie à la confusion et à la désorientation, avec l'effet de détruire tout ce qui a été construit au cours des siècles. Qu'en pensez-vous?

Francesco Colafemmina: Franchement, je pense que le pape Bergoglio coïncide avec un projet très clair: introduire l'Eglise dans la réalité de ce que l'on nomme le nouvel ordre mondial. Je ne veux pas dire, de façon paranoïaque qu'il y a une sorte de «conspiration», mais plutôt une nécessité politique, ou géopolitique. Nous vivons dans un monde de plus en plus dominé par l'élite financière et la puissance de la technologie. Dans ce monde qui a effacé la culture classique, qui ne repose plus sur les racines culturelles de l'Europe, mais sur les diktats d'un indifférentisme culturel et moral amorphe, l'Eglise a deux possibilités: finir écrasée par la culture dominante ou essayer de survivre, et pour ce faire, elle doit en assumer dans une sorte de mimétisme mortel, les mêmes caractéristiques: contradiction, caractère provisoire, a-historicité, entropie (ndt: à l'origine, terme de thermodynamique, qui revêt de nombreux sens "détournés": dans le contexte, à comprendre au sens de "état de désordre, ou une hypothétique tendance vers un tel état", cf. www.thefreedictionary.com/entropy ). En particulier, cette dernière qui, aux dires d'un grand sociologue tel que Zygmut Bauman, est la clé de voûte de la «culture» des élites financières. L'entropie, le chaos, l'imprévisibilité sont le sel des marchés boursiers, le sel de la politique, le sel des spéculateurs. Voilà, le discours va désormais bien au-delà de la controverse séculaire entre traditionalistes et progressistes au sein de l'Eglise. Croyez-vous vraiment que l'Église catholique, avec toutes ses propriétés, avec ses ambassades, avec la diffusion capillaire de ses ministres à travers le monde, puisse être sous-estimée par les puissances de ce monde? Evidemment pas.
L'Eglise est persécutée quand elle continue à proposer l'éthique et la logique d' «l'ancien ordre du monde», mais elle ne reçoit tout à coup que les applaudissements lorsqu'elle se plie à la logique hégélienne, quand elle se met elle-même en question, ouvrant l'abîme sur son histoire, sur la vérité objective et immuable, sur la nature du bien et du mal. Bergoglio n'est que l'expression d'une vaste frange de cardinaux, évêques et surtout diplomates qui ont compris à la fin du pontificat de Jean-Paul II que, pour survivre, l'Eglise n'avait pas d'autres options que de définir un «compromis raisonnable» avec le monde, selon la définition opportune du controversé mais prophétique jésuite Malachi Martin.


Q: Il semble que le binôme progressistes / conservateurs représente dans les faits quelque chose de dépassé: aujourd'hui, nous sommes dans une nouvelle ère, une ère que certains appellent la période post-conciliaire, d'autres, même, Vatican III. Ce qui est certain, c'est que nous sommes au-delà du progressisime / traditionalisme, à une époque où il y a d'un côté une véritable massification des fidèles et de l'autre un petit groupe de personnes qui souhaitent, quel que soit le coût, rester fidèles à ce que l'Eglise a toujours enseigné. C'est bien cela?

FC: Oui, mais il s'agit d'un processus beaucoup plus vaste. Considérons par exemple le débat surréaliste sur l'école italienne et la survie du lycée classique. Pourquoi le lycée classique est-il attaqué? Parce qu'il représente un résidu de cet ancien ordre mondial de culture et de morale, voire de société. Désormais, l'enseignement des classiques est considéré comme obsolète parce qu'il n'«éduque» pas à une post-société fondée sur le royauté de l'individu, mais au contraire à une societas, une agrégation d'hommes et de femmes qui ont certes leur dignité intrinsèque, mais ont toujours besoin d'un amélioration morale, culturelle, spirituelle. De la même façon, au sein de l'Eglise, le Pape Bergoglio se dépense chaque jour, depuis la chaire de Santa Marta (une structure qui est déjà un signe de l'horizontalité de son message) pour attaquer surtout les catholiques que j'appellerais cohérents. Des catholiques comme mes grands-parents qui ont lutté dans la vie pour rester cohérents avec l'Evangile. Des catholiques comme de nombreux prêtres anonymes qui jour après jour ont accompagné enfants, fiancés, époux, personnes âgées, malades, sur le chemin de Jésus-Christ. Ces catholiques ne sont ni des pharisiens, ni des sépulcres blanchis, et pourtant ils sont chaque jour apostrophés comme tels par Bergoglio qui - satisfait du succès mondain qui l'entoure - se sent au-dessus de tous, et tout en ne jugeant pas ceux qui vivent en état de péché grave, trouve chaque jour de nouveaux mots pour vilipender ceux qui persistent à adhérer à l'Evangile et au Magistère. Tout cela est vraiment inacceptable, mais nous nous faisons une raison, car nous savons quel est le cadre général dans lequel s'insère l'action de François.

Q: Un clergé dans un état évident de confusion quant à la doctrine et à la liturgie contribue au message moderniste funeste: la vie semble s'épuiser sur cette terre, où la grande absente est l'âme: personne n'en parle plus (comme d'autres vérités de foi comme l'Enfer, le Purgatoire, les choses dernières ...) mais tout ramène à une vision strictement horizontale qui prévoit l'exaspération des droits sans les devoirs, la réalisation de ses propres désirs et l'expulsion de ses propres responsabilités, le libertinage considéré comme liberté, le mal y compris ostentatoire et le bien persécuté. Quelle est l'urgence pour un catholique de nos jours?

FC: Comme le répétait mon bien-aimé professeur de littérature chrétienne ancienne, notre objectif aujourd'hui est de «sauver la semence». Peu importe combien de graines nous sauverons, et de quel type, la chose importante est de travailler dur pour les sauver. Chacun a son charisme et son témoignage à offrir. Nous ne savons pas quand et comment germeront de nouvelles pousses à partir des graines dormantes, nous savons seulement que, tôt ou tard elles se réveilleront, parce que la foi et le sacrifice de beaucoup n'ont pas été en vain.
Aujourd'hui, le catholique doit essayer de raisonner avec détachement. Ignorer les proclamations du Vatican et les querelles entre cardinaux et s'occuper de la sanctification de sa propre âme. Et pour ce faire, malheureusement, aujourd'hui, il faut revenir à l'ancien, car il est facile de se perdre en un instant sur la route des idéologies sociales et des utopies new age. Qu'est-ce qui est le plus facile aujourd'hui? Faire don d'un paquet de pâtes à la Caritas ou s'améliorer soi-même, faire preuve de retenue dans ses passions, ses accès d'égoïsme? Tout le monde nous répète qu'il est beau et saint de faire la première chose - une action louable, mais inutile si elle est motivée par la simple auto-satisfaction - on ne nous parle plus de vertu et de vice, de péché et de rédemption,d'«ascèse», un mot noble, l'exercice, la fatigue, la difficulté de renaître hommes nouveaux dans le Christ.


Q: Sur votre site <Fides et Forma>, vous avez écrit: «Aujourd'hui, nous vivons dans une société occidentale convulsive, décadente et sans mémoire. Nous vivons dans un monde où la beauté est un simple sursaut, un moment destiné à disparaître, à être aspiré dans le magma des images, des sensations, des émotions qui estompent le quotidien dans un film déjà vu, ennuyeux et répétitif ». On parle beaucoup de beauté, mais qu'est-ce que la beauté? Et quelle relation existe-t-il entre la beauté et le christianisme? Quel rôle (ou devrait jouer) l'Église catholique dans cette «société occidentale décadente et sans mémoire»?

FC: À une certaine époque l'Église a coïncidé avec la beauté, mais la beauté entendue à la manière de l'ancien ordre mondial: symétrie et perfection. D'où l'art, l'architecture, la musique, la liturgie elle-même qui est un art en soi et qui possède ces caractéristiques nobles parce qu'elle aspire à l'immuable, à la perfection suprême, à ce qui n'est pas blessé par le temps et l'individualité. A cette dynamique verticale s'est substituée une dynamique horizontale et émotionnelle dans laquelle la recherche de la perfection qui rapproche du Créateur a été supplantée par la consommation spasmodique des émotions, des états d'âme. La recherche constante du singulier, la transformation de la liturgie de l'universel au particulier, le personnalisme aujourd'hui incarné même un pape, règnent en maîtres. On comprend bien que l'Eglise ait été tellement affaiblie. En cela, je suis d'accord avec un intellectuel marxiste comme Pasolini qui, en 1974 s'exprimait en ces termes:
* *
«Dans une perspective radicale, peut-être utopique, ou, c'est le cas de le dire, millénariste, ce que l'Église doit faire pour éviter une fin sans gloire est clair. Elle devrait passer à l'opposition (ndt: mais n'est-ce pas ce que Benoît XVI a fait? Et ce qu'on lui a fait payer?). Et, pour passer à l'opposition, elle devrait tout d'abord se renier elle-même. Elle devrait passer dans l'opposition contre un pouvoir qui l'a si cyniquement abandonnée, projetant de la réduire à du pur folklore. Elle devrait se trahir, pour reconquérir les fidèles (ou ceux qui ont un "nouveau" besoin de foi) qui l'ont abandonnée justement pour ce qu'elle est. Reprenant un combat qui est par ailleurs dans ses traditions (la lutte de la papauté contre l'Empire), mais pas pour la conquête du pouvoir, l'Église pourrait être le guide grandiose mais non autoritaire, de tous ceux qui refusent (et c'est un marxiste qui parle) le nouveau pouvoir de la consommation qui est complètement irréligieux; totalitaire; violent; faussement tolérant, et même, plus répressif que jamais; corrupteur; dégradant (jamais plus qu'aujourd'hui l'affirmation de Marx que le capital transforme la dignité
humaine en marchandise n'a eu autant de sens)».
* *
Pasolini avait compris que dans la lutte entre les élites et l'Eglise, celles-ci triompheraient, et pourtant il était conscient de la puissance spirituelle explosive de l'Eglise qui, exprimée avec cohérence, menacerait la survie même de la «société de consommation» qui a éclaté en 1974 et aujourd'hui, 40 ans après, ne cesse de montrer toutes les conséquences de sa dégradation. Toutefois, Pasolini prétendait que l'Eglise passe à l'«opposition» en renonçant précisément à l'élément clé de l'opposition, c'est-à-dire l'auctoritas. Une Église sans auctoritas est l'Église privée de katechon, c'est en fait l'Église de Bergoglio.
Néanmoins, je suis convaincu qu'un certain type de progressistes et de nombreux traditionalistes, mais aussi beaucoup de catholiques simples, qui ne rentrent dans aucune catégorie, se trouvent aujourd'hui confrontés à un ennemi commun, seulement que les uns ne parviennent pas à entrevoir la soumission de l'Eglise au monde et sont satisfaits si Bergoglio voyage en Ford Focus (sans regarder aux 8,6 millions d'euros dépensés l'an dernier en consultants par l'IOR), et les autres continuent de combattre le progressisme social, la propagande des années 60 et 70, sans essayer de comprendre et de faire comprendre à leurs frères que l'ennemi d'aujourd'hui a une nature complètement différente et doit être combattu ensemble. Je me réfère à l'opposition des catholiques traditionalistes contre le Chemin Néocatéchuménal. Je pense au contraire que le Chemin, malgré les dérives de ses «leaders» et tant d'autres choses que j'ai d'abord critiqué, a été une création stratégique de Jean-Paul II dans une tentative de défendre la famille catholique. Une légion de familles nombreuses et prolifiques auxquelles il faudra expliquer les changements que Bergoglio entendait introduire avec le Synode d'Octobre et qu'à mon avis, il réussira certainement à introduire dans le Synode de l'année prochaine. D'autre part, il le dit lui même: «Je suis fourbe». Comment expliquer les deux messages récents - toutefois marginaux - contre l'avortement, l'euthanasie et en faveur des familles avec père et mère autrement que comme la tentative d'un «fourbe» d'endiguer la critique de tout le monde pro-vie pour l'éviction du cardinal Burke?

Q: À une époque où la famille et donc le mariage est l'objet d'attaques, vous avez écrit un livre intitulé «Le mariage dans la Grèce classique» avec un sous-titre piquant: «Rites et traditions au-delà des mystifications contemporaines, pour une éthique matrimoniale partagée entre hellénisme et du christianisme». Quel est l'objectif de cet ouvrage?

FC: L'objectif était de témoigner que la culture classique n'est pas un unicum ou une pièce de musée, et que dans de nombreux cas, il n'y a pas eu une véritable opposition entre le christianisme et la culture greco-romaine. C'est pas un hasard si Jésus est venu au monde précisément dans cette période historique où Auguste inaugurait un empire fondé sur une éthique très convaincante mais néanmoins menacée par des phénomènes incontrôlables de dérive morale. Ce monde a beaucoup à nous offrir parce que, en particulier dans la Grèce classique, la vie se déroulait à mon avis, dans une dimension plus à mesure d'homme, avec une authentique société faite de polites et non d'idiotes.
Quand j'ai écrit cet essai, j'étais sûr que tôt ou tard l'institution du mariage serait étendu à des relations qui n'ont rien à voir avec le mariage. Relations qui nécessitent néanmoins l'imitation de l'institution du mariage afin de se sentir «normal» et d'être perçus comme tels. C'est comme si l'Etat-belle-mère, juste pour satisfaire ses enfants qui se croient adultes, les dotait tous de moustaches.
Mais le discours est trop complexe parce que, dans cette réalité contemporaine nous sommes tous victimes de quelques bourreaux sans scrupules.
Et au lieu d'aider nos frères qui sont dans le péché à reconnaître l'identité de leurs bourreaux et le poids de leurs péchés, nous les encourageons à valoriser leur condition pécheresse. Une façon de dire que le péché n'existe pas.
Et au contraire, moi qui suis un pécheur, le péché, je le sens et je me bats, et justement parce que je sais combien il menace notre âme, je ne demande pas, mais je prétends que l'Eglise m'aide moi et tous mes frères et sœurs à reconnaître nos péchés, à nous améliorer, à vivre dans le Christ et à sauver nos âmes. Mais qui parle encore d'âme?
 

Sources : benoit-et-moi
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 25.11.2014

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante