ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Message de l’Evêque de Sion pour le Dimanche des malades

 

Le 23 février 2009  - (E.S.M.) - "Chers frères et sœurs malades, isolés et handicapés, si vous vous trouvez sur ce chemin, ou si vous avez déjà atteint le bout du chemin en retrouvant l’espoir et la confiance, remerciez Dieu. S’il vous paraît difficile d’avancer sur ce chemin, je vous invite à continuer à avancer avec force et courage", Message de l’Evêque de Sion pour le Dimanche des malades.

+Norbert Brunner, Évêque de Sion - Pour agrandir l'image Cliquer

Message de l’Evêque de Sion pour le Dimanche des malades

« Mon enfant ! Je suis là ! » - (Texte biblique : Mc 1, 12-15)

Le 23 février 2009  - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Le dimanche des malades tombe cette année sur le 1er dimanche de Carême. En dépit de cette coïncidence, nous pensons aujourd’hui tout particulièrement à vous, frères et sœurs malades, âgés, handicapés et isolés. Nous sommes présents en pensée auprès de vous, auprès de votre lit d’hôpital, dans l’isolement de votre chambre, dans le home que vous ne pouvez plus quitter. Aussi et surtout, nous vous accompagnons de notre prière.

L’évangéliste saint Marc rapporte que Jésus après son baptême « a été poussé par l’Esprit dans le désert », qu’il a été « tenté par Satan » et que « les anges le servaient ». À quoi pensons-nous, quand nous prononçons le mot « désert » ? Tout d’abord, à une certaine insécurité et crainte devant ce qui nous attend dans le désert. Puis, peut-être, à la chaleur du jour et à la froideur des nuits, aux tempêtes de sable, au manque d’eau, aux oasis. Nous pensons certainement aussi à une vie dure et pénible dans une contrée aride et inhospitalière. Une contrée où il y a peu de vie et une rare végétation. Nous pensons aux personnes qui souhaiteraient, comme nous, quitter le désert le plus rapidement possible.

Et vous, frères et sœurs malades, isolés, âgés ou handicapés, qu’entendez-vous par « désert » ? Pensez-vous peut-être à la peur que vous avez éprouvée lorsqu’on vous a annoncé une maladie grave ? Pensez-vous à l’incertitude qui vous habite quant aux chances de guérison ou au difficile chemin vers la guérison ? Ou alors, sentez-vous le froid de la solitude ? La chaleur de la déception ? La vie dure et pénible du handicap ? Peut-être que le fait d’avoir quitté votre foyer pour la maison de retraite est pour vous comme « une traversée du désert » ? Peut-être avez-vous même éprouvé la tentation du découragement, de la désespérance, de la résignation ou du désespoir ?

Je peux comprendre que, dans les moments de grande souffrance, de peur panique, de douleur lancinante, il vous paraisse impensable que votre maladie, votre solitude, votre handicap ou votre âge puissent apporter un nouvel élan à votre vie. C’est tout aussi difficile à croire que « des anges servaient Jésus dans le désert » comme le rapporte saint Marc. Il faut cependant bien savoir que ce ne sont pas les tentations qui ont été au point de départ de la vie nouvelle de Jésus dans l’Esprit, mais bien son union intime avec son Père des cieux qui lui a donné un nouvel élan.

Il en est de même avec la maladie, la solitude et le handicap. Ce n’est pas la souffrance en soi qui peut nous donner un nouvel élan, de nouvelles espérances, une nouvelle assurance, mais bien notre attitude face à la maladie ou au handicap, et la rencontre avec les proches qui nous accompagnent. Pourquoi dans ce cas n’aurions-nous pas aussi, dans la maladie, dans la solitude ou le handicap, dans les difficultés de l’âge, des « anges » auprès de nous qui nous servent ? Je pense ici aux médecins, aux infirmières, aux collaborateurs et collaboratrices des hôpitaux et des cabinets médicaux de nos villes et villages. Je pense aussi aux membres de la direction et au personnel soignant des homes pour personnes âgées. Je pense aux prêtres et à leurs collaboratrices et collaborateurs qui vous rendent visite à la maison, à l’hôpital ou au home. Est-ce que ce ne sont pas là des anges, des serviteurs à travers lesquels Jésus-Christ veut vous rencontrer, veut nous rencontrer ?

Il peut arriver que des souffrances soient si fortes, des douleurs si insupportables, une solitude si cruelle et un handicap si absurde que vous ne voyez pas d’issue possible. Essayez, dans ces moments-là, d’écouter ce que Jésus vous dit dans le silence de votre cœur. Une française qui a survécu aux camps de concentration, relate que, dans les pires moments de sa vie, elle a entendu Jésus lui souffler : « Non, tu n’es pas seule. J’ai souffert, moi aussi. Je te comprends. Je souffre avec toi. » Et cette personne d’avouer : « Sans Jésus, cela n’aurait aucun sens ; avec Jésus cela sauve le monde. J’ai fini par accepter ma place qui est de demeurer près de la Mère des Douleurs, au pied de la croix. »

C’est là un témoignage magnifique d’une femme qui a souffert. D’une femme pour laquelle les souffrances ont été l’occasion d’un nouvel élan. Oui, une femme que les souffrances ont conduite vers une grâce nouvelle. Pour cette femme, l’expérience des camps a sans doute été un long chemin parsemé de doute et de désespoir, mais, ce qui compte, c’est qu’il a fini par renouveler son espérance.

Chers frères et sœurs malades, isolés et handicapés, si vous vous trouvez sur ce chemin, ou si vous avez déjà atteint le bout du chemin en retrouvant l’espoir et la confiance, remerciez Dieu. S’il vous paraît difficile d’avancer sur ce chemin, je vous invite à continuer à avancer avec force et courage.

Un prêtre français a exprimé la proximité du Christ dans les difficultés de la vie dans une prière. C’est une belle prière à répéter chaque jour pour retrouver l’espoir. Une parole que Dieu nous adresse.

« Mon enfant ! Je suis là !

Remets-toi entre mes mains.

Accepte de n’être pas assez grand,

de n’être pas assez fort.

Laisse-toi guider

comme un enfant, comme mon cher, mon tout petit.

Viens, donne-moi la main et ne crains rien.

S’il y a de la boue, je te porterai dans mes bras.

Il faut juste que tu sois petit.

Car le Père des cieux ne porte que les petits enfants. »

La promesse de Jésus demande de notre part une grande humilité et une confiance inébranlable. En ce dimanche des malades 2009, je souhaite que tous, que nous soyons bien portants ou malades, isolés ou socialement actifs, jeunes ou vieux, handicapés ou en bonne santé, nous puissions être assez humbles pour rencontrer le Christ. Il renouvellera notre espérance et nous comblera de grâce.

Que Dieu vous bénisse !

Sion, le 1er mars 2009

+Norbert Brunner
Évêque de Sion

 

Sources : kath.ch

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 23.02.2009 - T/Méditation

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante