ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Spe Salvi de Benoît XVI par Mgr Pican

 

Le 21 décembre 2007 - (E.S.M.) - Benoît XVI nous invite à reconnaître que la Bible est traversée, nourrie et habitée par le témoignage sur l’Espérance. Il n’hésite pas à déclarer, dès le début, que l’Espérance est un mot central de la foi biblique, au point que, dans certains passages, les mots « foi » et « espérance » semblent interchangeables. Par Mgr Pierre Pican, Évêque de Bayeux et Lisieux.

Mgr Pierre PICAN

Spe Salvi de Benoît XVI par Mgr Pican

Spe Salvi - Sauvés par l’Espérance

Par + Pierre PICAN, Évêque de Bayeux et Lisieux

Le Pape Benoît XVI vient de signer sa seconde encyclique sur l’Espérance, en la fête de Saint André. Pour accueillir cette réflexion biblique, théologique et spirituelle sur l’Espérance, enracinons notre démarche dans la Parole de Dieu. Appuyons notre démarche sur les premières communautés chrétiennes. Elles ont accueilli la Parole, elles l’ont célébrée, partagée et transmise. Leur démarche nous atteint aujourd’hui.

Benoît XVI nous invite à reconnaître que la Bible est traversée, nourrie et habitée par le témoignage sur l’Espérance. Il n’hésite pas à déclarer, dès le début, que l’Espérance est un mot central de la foi biblique, au point que, dans certains passages, les mots « foi » et « espérance » semblent interchangeables (n° 2) et de citer (Hb 10, 22-23). 1 Pi 3, 15.

Benoît XVI nous invite à nous laisser transformer par la Parole
pour devenir des serviteurs, des porteurs et des signes permanents de l’Espérance évangélique. Nous ne puisons pas dans l’Écriture des éléments d’information de nature à élargir seulement notre culture, à nourrir principalement notre rapport à la vérité, mais des appels à vivre dans l’Esprit du Christ. Il vient à notre rencontre, habite notre condition pour nous faire partager sa vie dès aujourd’hui et pour demain. L’illustration de ce processus repose sur le témoignage très fort et toujours actuel de Joséphine Bakhita, cette petite esclave africaine vendue à plusieurs reprises et témoin paisible de l’amour manifesté en Jésus-christ et perceptible dans l’agir de certains de ses maîtres. Elle s’accomplit et s’épanouit dans la vie religieuse, jusqu’à rejoindre « beaucoup de personnes », en fait « tout le monde » (n° 3).

La réflexion du Pape, dans la seconde partie de sa lettre, dialogue avec des philosophes influents des temps modernes. Tous ceux qu’il retient, présentés et avec lesquels il dialogue, restreignent le champ d’accomplissement de l’homme à l’univers humain et cosmique dans lequel les individus et les groupes vivent leurs expériences, réalisent leurs projets, s’interrogent sur leur destinée individuelle et collective. Il met en évidence la nécessité de dialoguer avec ces penseurs et leurs disciples, afin de rendre compte de l’Espérance qui habite les croyants et notamment les membres des communautés chrétiennes. Benoît XVI s’emploie souvent à suggérer des dépassements qui ne relèvent pas de la dialectique d’un système de pensée, mais d’une démarche éclairée par l’intelligence de la foi. Il invite toujours à réconcilier foi et raison, déterminisme et liberté, science et foi, espérance et progrès. Cette exigence permet au croyant, destinataire de sa réflexion, de vivre en contemporain éclairé de tous les hommes de bonne volonté qu’il est appelé à côtoyer.

La troisième partie de la lettre présente trois lieux ordinaires d’apprentissage et de mise en œuvre de l’Espérance : la prière, l’action et les souffrances qu’elle comporte, avant de conclure sur la perspective du jugement impliquant la relation de chaque être au Dieu d’amour révélé en Jésus-Christ.

La réponse de Marie suggère l’attitude de service de l’Espérance que tout croyant peut faire sienne, au prix de la perception qu’il peut développer de se reconnaître, dans le dessein de Dieu, un serviteur de l’alliance d’amour avec l’humanité. À chacun d’y consentir. Le point de passage scintille, brille et jaillit en Jésus-Christ. Que la grâce de Noël renouvelle notre Espérance à chacun.

L'Encyclique "Spe Salvi" du pape Benoît XVI
 

Sources: Bayeux et Lisieux

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 21.12.2007 - BENOÎT XVI - T/Sp.S.

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante