ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

LA FAMILLE

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

TEXTES DU VATICAN

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI et la question du préservatif : Communiqué officiel du Saint-Siège

 

Le 21 novembre 2010 - (E.S.M.) - Communiqué officiel du P. Lombardi, porte parole du Saint Siège sur les paroles du Pape Benoît XVI sur la question du préservatif

Benoît XVI et la question du préservatif : Communiqué officiel du Saint-Siège du père Lombardi

Le 21 novembre 2010 - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - À la fin du chapitre 10 du livre "Lumière du monde", le Pape Benoît XVI répond à deux questions au sujet de la lutte contre le sida et l'utilisation des préservatifs, questions qui se rattachent à la discussion suivie de quelques mots prononcés par le Pape sur ce sujet au cours de son voyage en Afrique en 2009.

Le Pape réaffirme clairement qu'alors, il n'avait pas voulu prendre position sur la question du préservatif en général, mais voulait affirmer avec force que le problème du Sida ne peut pas être résolu par une seule distribution de préservatifs, parce qu'il faut faire beaucoup plus: prévenir, éduquer, aider, conseiller, rester proches des personnes, soit afin qu'elles ne tombent pas malades, soit quand elles sont malades.

Le Pape rappelle que même dans les milieux non ecclésiaux, une conscience analogue s'est développée, comme il en ressort de la théorie dite ABC (Abstinence - Be Faithful - Condom), dans lequel les deux premiers éléments (l'abstinence et la fidélité) sont beaucoup plus déterminants et fondamentaux pour la lutte le sida, tandis que le préservatif apparait en dernier lieu  comme un échappatoire, quand les deux autres font défauts. Il doit donc être clair que le préservatif n'est pas la solution au problème.

Le Pape élargit ensuite son regard et insiste sur le fait que se concentrer uniquement sur le préservatif revient à banaliser la sexualité, qui perd son sens en tant qu'expression de l'amour entre les personnes et devient comme une «drogue». La lutte contre la banalisation de la sexualité fait partie du "grand effort pour que la sexualité soit perçue de façon positive et puisse exercer son effet positif sur l'être humain dans sa totalité."

À la lumière de cette vaste et profonde  vision de la sexualité humaine et de sa problématique aujourd'hui, le Pape réaffirme que "naturellement l'Eglise ne considère pas le préservatif comme la solution authentique et morale" du problème du sida.

De cette façon, le pape ne réforme ni ne change l'enseignement de l'Eglise, mais il le réaffirme, se mettant dans la perspective de la valeur et de la dignité de la sexualité humaine comme expression d'amour et de responsabilité.

Dans le même temps, le pape considère une situation exceptionnelle dans laquelle l'exercice de la sexualité représente un véritable risque pour la vie de l'autre. Dans ce cas, le Pape ne justifie pas moralement l'exercice désordonné de la sexualité, mais estime que l'utilisation du préservatif pour réduire le danger de contamination est un "premier acte de responsabilité", un "premier pas sur la voie d'une sexualité plus humaine" plutôt que de ne pas l'utiliser en exposant l'autre au risque de sa vie.

En cela, le raisonnement du pape ne peut certes pas être défini comme un volte-face révolutionnaire.

De nombreux théologiens moraux et personnalités ecclésiastiques influentes ont soutenu et soutiennent des positions similaires; il est vrai cependant, que nous ne les avions pas encore entendues avec tant de clarté de la bouche d'un pape, même sur un ton familier, et non pas magistral.

Benoît XVI nous donne donc avec courage une contribution importante de clarification et d'approfondissement d'une question longuement débattue. C'est une contribution originale, parce que d'un côté, elle tient à la fidélité, aux principes moraux et témoigne de lucidité en refusant un chemin aussi illusoire que "la confiance dans le préservatif"; d'un autre, elle manifeste cependant une vision compréhensive et clairvoyante, attentive à découvrir les petits pas - même s'ils n'en sont qu'à leurs débuts et encore confus - d'une humanité souvent très pauvre sur le plan spirituel et culturel, vers un exercice plus humain et responsable de la sexualité.

Benoît XVI : la lumière du monde - Le Pape, l'Eglise et les signes des temps
Benoît XVI a dit oui ... !!!

 

Sources : www.vatican.va -   © traduction E.S.M.
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 21.11.2010 - T/Eglise

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante