ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI condamne sans appel l'esprit de rupture

 

Rome, le 19 septembre 2007 - (E.S.M.) - Dans un discours inoubliable, le pape Benoît XVI condamne sans appel l'esprit de rupture et lui écrase la tête en en dénonçant les principes et les principaux agents que sont les médias et les théologiens modernistes.

La Sainte Liturgie -  Pour agrandir l'image: C'est ici

Benoît XVI condamne sans appel l'esprit de rupture

MOTU PROPRIO DE BENOÎT XVI: LE POINT DE VUE DU T.R. PÈRE ABBE DU BARROUX

La dernière livraison des "Amis du Monastère", de l'abbaye Sainte-Madeleine du Barroux, nous livre une très belle réflexion signée du T. R. Père Abbé, sur le Motu proprio Summorum pontificum. Le texte est daté du 14 septembre, jour de la mise en œuvre du document magistériel. En voici de larges extraits:

"Merci Très Saint Père !

C'est dans un esprit filial que nous recevons le Motu proprio Summorum pontificum cura. Nous ne sommes pas habilités, ni les évêques ni personne d'ailleurs, à donner de bonnes ou de mauvaises notes aux documents émanant du Souverain Pontife. Nous sommes en revanche dans le devoir de recevoir ce document et d'essayer d'en comprendre les enjeux. Il serait simpliste de croire que la décision du pape fût une pure séduction vis-à-vis de la Fraternité Saint Pie X, même si son cœur (et le nôtre tout autant) désire ardemment des accords. Mais l'enjeu est plus vaste. Il s'agit avant tout de chasser l'esprit de rupture qui, tel une fumée de Satan, a investi une partie non négligeable de l'Eglise. On pourrait comparer - non sans quelques exagérations, bien sûr - l'action du Saint-Père à un grand exorcisme fait de prières et de gestes. Cet esprit mauvais qu'il faut chasser est celui de rupture. C'est la théorie selon laquelle il y a une discontinuité entre l'Eglise anté-conciliaire et l'Eglise post-conciliaire. Le bon esprit est celui de la continuité ou plutôt, pour reprendre les termes de Benoît XVI, celui de la réforme, c'est à dire de la fidélité à la Tradition dans le dynamisme dont le principe à été donné par Jean XXIII: "Il est nécessaire que cette doctrine certaine et immuable, qui doit être fidèlement respectée, soit approfondie et présentée d'une façon qui corresponde aux exigences de notre temps" (Discours d'ouverture du Concile, 11 octobre 1962).

La Saint-Père s'attaque donc à cet esprit mauvais. D'abord par des discours qui sont comme des prières rituelles. Nous avons tous en mémoire l'Allocution de Benoît XVI à la Curie romaine le 22 décembre 2005, et dans lequel il décrit la situation de l'Eglise, situation qui ressemble à celle d'un possédé. "Le cri rauque de ceux qui, en, raison de la discorde, se dressent les uns contre les autres, les bavardages incompréhensibles, le bruit confus des clameurs ininterrompues a désormais rempli presque toute l'Eglise en faussant, par excès ou par défaut, la juste doctrine de la foi": cette description est celle que S. Basile faisait de l'Eglise en 341, après le concile de Nicée. Rien de nouveau sous le soleil. Dans ce discours, Benoît XVI condamne sans appel l'esprit de rupture et lui écrase la tête en en dénonçant les principes et les principaux agents que sont les médias et les théologiens modernistes.

(...) Songeons enfin à un autre texte très vigoureux: la conférence du cardinal Arinze, Préfet de la Congrégation pour le Culte divin et la discipline des Sacrements, pour les 50 ans de l'Institut supérieur de Liturgie de Paris. Ce discours est un grave avertissement contre l'entreprise d'innovation perpétuelle et d'abus qui a pénétré le fonctionnement de cet Institut officiel de l'Eglise. Il est évident que l'esprit de rupture s'est introduit dans l'Eglise d'autant plus facilement que les bouleversements de la liturgie ont laissé croire que l'on changeait la foi. Ce qui, dans le culte, était sacro-saint et obligatoire, est devenu progressivement interdit. Et ce qui était interdit est devenu obligatoire.

Après les discours vient le tour des gestes, comme dans un exorcisme. Le Motu proprio redonnant à tous les prêtres et aux groupes stables de fidèles l'usage de l'édition typique de 1962 du missel romain est la preuve qu'il n'y a pas de rupture dans l'histoire de l'Eglise. Le Saint-Père va loin dans cette continuité puisqu'il affirme qu'il n'y a qu'un seul rite sous deux formes. (position qui a toujours été celle tenue par Pro Liturgia et qui a valu à l'Association, durant 20 ans, les critiques acerbes tant de groupes "traditionalistes" que d'évêques de France - n.d.l.r.) Benoît XVI colmate la brèche.

Pour finir, il faut se poser la question de l'intérêt de garder le missel de 1962 si vraiment il y a continuité. Pourquoi ne pourrait-on pas vivre des valeurs du missel de 62 dans celui de 69 ? C'est la question que nous ont posé des évêques. La réponse est assez simple. Sans toucher à la question grave des abus dont souffrent encore trop de fidèles ni à celle de la réforme de la réforme qui devrait redonner au culte une plus grande sacralité et des signes plus fort de foi envers la Présence réelle, il est indéniable qu'il y a une différence d'approche théologique entre les deux missels. le Père Cassingena-Trévedy, dans son livre "Te igitur" (éd. Ad Solem, 2007), résume de façon positive cette différence: l'un, de tradition grégorienne, est la liturgie du "ciel sur la terre", "ciel qui s'impose à la terre dans sa radicale et somptueuse altérité"; l'autre, de tradition plus augustinienne, est la liturgie du "ciel pour la terre" avec le souci, parfois exagéré dit-il, de l'adaptation au monde. L'un exprime plus la hiérarchie de l'Eglise; l'autre exprime davantage son caractère de communion fraternelle. C'est pourquoi nous préférons le missel de 62, préférence motivée par des aspects théologiques et inscrite dans nos Déclarations. (Ce choix du missel de 62 peut parfaitement se comprendre et se justifier dans un contexte monastique; il nous semble plus hasardeux dans le contexte paroissial - n.d.l.r.)

Maintenant que la continuité de l'Eglise avec son passé est plus claire, prions pour que l'unité au sein de l'Eglise puisse se faire dans la charité. Ainsi soit-il!"

Notons tout de même - pour simple complément d'information méritant réflexion et approfondissement - que dans l'introduction générale du missel romain, approuvée par le pape Jean-Paul II en 2000, il est écrit que "les normes liturgiques héritées du Concile de Trente ont été sur bien des points complétées et parachevées par les normes du concile Vatican II; ce dernier a conduit à son terme les efforts visant à rapprocher les fidèles de la liturgie, efforts entrepris durant quatre siècles, et surtout à l'époque contemporaine grâce au zèle liturgique déployé tant par S. Pie X que par ses successeurs" (cf. n.15).

Le Motu Proprio Le texte officiel et tous les commentaires
 

Sources:  PRO LITURGIA

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 19.09.2007 - BENOÎT XVI - T/Motu proprio

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante