ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

LA FAMILLE

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

TEXTES DU VATICAN

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Cause de béatification de dom Guéranger

 

 abbaye de Solesmes

ROME, Mercredi 18 janvier 2006 – Mgr Jacques Faivre, évêque du Mans, a ouvert, mercredi 21 décembre, le procès diocésain de béatification et canonisation du Serviteur de Dieu, Dom Prosper Guéranger (1805-1875), restaurateur de l’ordre de Saint Benoît, et grand liturgiste.

 
Ouverture de la cause de béatification de dom Guéranger, osb

ROME, Mercredi 18 janvier 2006   – Mgr Jacques Faivre, évêque du Mans, a ouvert, mercredi 21 décembre, le procès diocésain de béatification et canonisation du Serviteur de Dieu, Dom Prosper Guéranger (1805-1875), restaurateur de l’ordre des Bénédictins en France, et grand liturgiste, annonce le P. Jacques-Marie Guilmard dans l’hebdomadaire français « France Catholique » (n. 3008, du 20 janvier, www.france-catholique.fr.)

Il y a une vingtaine d’années, des moines de la Congrégation de Solesmes ont demandé à leur chapitre général d’entreprendre les démarches préparatoires à l’ouverture de cette cause.

Un siècle d’articles et d’ouvrages ont été publiés, et les documents d’archives inventoriés, précise le P. Guilmard.

Dom Guéranger est fameux pour ses travaux sur la liturgie, en particulier « l’Année liturgique ».

« Les polémiques théologiques, philosophiques, canoniques (avec son évêque Mgr Bouvier) et liturgiques ( retour des diocèses de France à la liturgie romaine ) auxquels Dom Guéranger a participé ne sont plus actuelles, (?) mais cela n’enlève rien à sa grandeur même dans l’ordre spirituel. Par contre, il est permis de penser que c’est la future manifestation de sa sainteté qui obligera de retrouver le bien-fondé de ses combats, et de leur rendre leur vraie portée doctrinale et spirituelle », explique le P. Jacques-Marie Guilmard.

Et de préciser : « Les travaux préparatoires à l’ouverture du procès de béatification ont été l’occasion de découvrir – non sans un certain étonnement – des aspects de sa personnalité qui jusque-là avaient été occultés, à savoir : sa vie mystique, sa paternité spirituelle et sa souffrance ».

« La vie mystique de Dom Guéranger se caractérise, explique l’auteur, par un profond équilibre, lui venant sans doute d’une grâce qui lui a fait se référer en tout à l’Incarnation où se rencontrent la Divinité et l’humanité la plus commune. Il en résulte que sa vision du monde (naturel et surnaturel) est pleinement équilibrée, comme le sont ses rapports avec les personnes. Dom Guéranger passera sans effort de la prière liturgique la plus solennelle aux problèmes concrets de la vie courante de son monastère avec les mille faits divers d’une communauté à diriger ».

Il révèle que dom Guéranger « reçut tout jeune la dévotion au Sacré-Cœur par une grâce particulière au monastère de la Visitation du Mans ».

« Peu après, au même endroit, ajoute le P. Guilmard, c’est la foi en la Conception Immaculée de Marie qui s’impose à lui ».

« En tout, insiste-t-il, il veut servir l’Église qu’il connaît à travers son histoire et sa liturgie et dans des colloques intimes avec Dieu : il saura parler avec profondeur et onction de l’amour de l’Église ; il saura faire comprendre et aimer la liturgie comme prière de l’Église-Épouse avec son Époux divin ».

Et d’ajouter : « Sa patience était telle que ses épreuves n’ont pas été sues de son entourage. N’est-ce pas le fruit d’une vertu héroïque ? Santé délabrée à la suite du choléra contracté à Rome en 1837. Inquiétudes d’argent qui le rongèrent depuis le début jusqu’à la fin de sa vie monastique. Trahisons et défections tragiques. Surtout souci de l’Église universelle, tant pour la foi que pour la discipline ».

C’est en 1999, révèle le P. Jacques-Marie Guilmard qu’un postulateur - chargé canoniquement de promouvoir la cause - a été nommé. Et le 21 décembre dernier, l’évêque du Mans a accueilli comme "légitime" la demande du Père Jacques de Préville, le postulateur. Il nomma le chanoine Olivier Le Jariel Juge d’instruction, et le Chanoine Jean Lusseau Promoteur de justice (souvent appelé jadis Avocat du diable) ; il désigna aussi deux notaires. Ainsi était constitué le tribunal dont les membres ont prêté un serment de loyauté et de discrétion.

Le tribunal « a la mission d’entendre les témoins appelés à parler de Dom Guéranger, homme de Dieu, homme de foi et saint, en particulier déclarant le recours habituel qu’ils font à l’intercession du Serviteur de Dieu, et les faveurs éventuelles reçues », précise-t-il.

Mais en même temps, ajoute l’auteur, ce tribunal « doit faire aussi l’examen des vertus de Dom Guéranger, de ses épreuves, de sa réputation de sainteté (« fama sanctitatis ») », et une commission historique « se penchera sur ses textes privés et portera un jugement critique sur ce qui ferait problème dans sa vie ».

Il précise encore : « Dès que la procédure aura été menée à son terme, et si l’évêque l’estime bon, le dossier sera transmis au Saint-Siège pour un procès dans le cadre de la congrégation romaine pour les Causes des saints, au terme duquel le Saint-Père – s’il le juge opportun – prononcera l’héroïcité des vertus ».

Pour qu’il y ait béatification, rappelons qu’il faudrait un miracle authentifié comme dû à son intercession. Enfin, si un deuxième miracle se produisait après la béatification, dom Guéranger pourrait être proclamé saint.

ZF06011809(ZENIT.org)

 

 

Dom Prosper Guéranger

 (1805-1875)

« Les travaux préparatoires à l’ouverture du procès de béatification ont été l’occasion de découvrir – non sans un certain étonnement – des aspects de sa personnalité qui jusque-là avaient été occultés, à savoir : sa vie mystique, sa paternité spirituelle et sa souffrance »

 

www.culture.gouv.fr/.../ sable/fr/soles1.htm .

 

Dom Prosper Guéranger, né à Sablé (Sarthe) le 4 avril 1805, décédé à Solesmes le 30 janvier 1875, était un religieux français, restaurateur de l’ordre de saint Benoît, en France.


Il entre au petit séminaire en 1822. Durant ses études, il lit les Pères de l’Église, et s’intéresse en particulier à l’histoire de l’Eglise et à celle de la vie monastique.

Il est ordonné prêtre le 7 octobre 1827 à Tours, et rapidement nommé chanoine de la cathédrale. Là, il entreprend d’utiliser le missel romain pour les offices, contrairement aux missels français traditionnellement employés par le clergé gallican.

C’est dans cette idée de renouveau de la liturgie qu’il décide de restaurer en France l’ordre de saint Benoît, supprimé à la Révolution française. A cette fin, il acquiert un ancien prieuré bénédictin, à Solesmes, en décembre 1832. Pour la mise au point des constitutions de son ordre, il s’inspire principalement de celles des mauristes français, bénédictins réformés au XVIIe siècle, en insistant notamment sur l’importance des études et de la vie intellectuelle des moines. Le 11 juillet 1833 la vie monastique reprend officiellement à Solesmes. Enfin, la restauration de l’ordre est approuvée par le pape Grégoire XVI le 14 juillet 1837. Solesmes est alors érigée en abbaye bénédictine dont dom Guéranger est le premier abbé, et supérieur d'une congrégation qui prend le nom de congrégation de Solesmes, ou "Congrégation française de l'ordre de saint Benoît".

 

L’influence de Dom Prosper Guéranger fut considérable : sur l’ordre bénédictin en France, où d’autres abbayes et prieurés se rattachent à cette congrégation (Saint-Martin de Ligugé, monastère de Ganagobie, Sainte-Cécile de Solesmes), et surtout, sur la réflexion, poursuivie jusqu'au concile Vatican II à propos du nécessaire renouveau d’une liturgie tridentine qui semblait parfois sclérosée. À cette fin, il entreprit notamment la restauration du chant grégorien médiéval, et, à travers la publication de l'Année liturgique, chercha à mieux expliquer la liturgie catholique aux fidèles.
 

En sa Préface générale " l'Année liturgique ", Dom Guéranger a écrit ces mots en or que comprendront les psalmodiants : « Ces saints docteurs des premiers siècles, ces divins Patriarches de la solitude, où puisaient-ils la lumière et la chaleur qui étaient en eux, et qu'ils ont laissées si vivement empreintes dans leurs écrits et dans leurs œuvres, si ce n'est dans ces longues heures de la Psalmodie, durant lesquelles la vérité simple et multiforme passait sans cesse devant les yeux de leur âme, la remplissant, à grands flots, de lumière et d'amour ? »

 

Eucharistie, Sacrement de la Miséricorde.19.01.2006 - LITURGIE

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante