ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

L'optimisme de Benoît XVI

 

Le 18 mai 2010 - (E.S.M.) - Benoît XVI regarde l'histoire avec des yeux chrétiens. Avec un regard positif et serein qui n'ignore pas les drames et les tragédies de l'histoire, ni les abîmes du mal ouverts par le XXe siècle, la limite et la faute originelle de l'homme, le péché des chrétiens eux-mêmes qui montre la nécessité continue du renouveau de l'Eglise.

Le pape Benoît XVI - Pour agrandir l'image Cliquer

L'optimisme de Benoît XVI

Le 18 mai 2010 - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Dans l'histoire, le mal n'aura pas le dernier mot, malgré les difficultés et la douleur, malgré l'injustice, malgré la mort elle-même. En volant au-dessus de la Méditerranée vers le Portugal, lors de la traditionnelle rencontre avec les journalistes, le Pape a donné la clé de lecture de son nouveau voyage international, avant tout à destination de Fatima, le sanctuaire marial qui est devenu l'un des lieux symboliques les plus évocateurs du catholicisme contemporain: c'est l'optimisme, une clé de lecture qui lui est propre depuis toujours, contrairement à de tenaces préjugés qui depuis des décennies accompagnent désormais la représentation médiatique de Joseph Ratzinger.

Benoît XVI regarde l'histoire avec des yeux chrétiens. Avec un regard positif et serein qui n'ignore pas les drames et les tragédies de l'histoire, ni les abîmes du mal ouverts par le XXe siècle, la limite et la faute originelle de l'homme, le péché des chrétiens eux-mêmes qui montre la nécessité continue du renouveau de l'Eglise (Ecclesia semper reformanda). Son optimisme est donc réaliste parce qu'il sait que le mal est toujours à l'attaque, mais il sait aussi que les forces du bien sont présentes et que le Seigneur est plus fort que le mal. Comme le montre le message de Fatima, dont précisément le cardinal Ratzinger, à la demande de Jean-Paul II, donna une lecture profondément enracinée dans la tradition chrétienne.

Ce même regard optimiste conduit le Pape à lire la crise qui semble à présent se concentrer sur l'Europe, comme un exemple très clair de la nécessité de rouvrir le pragmatisme de l'économie aux raisons de l'éthique. Dans une perspective qui parcourt toute l'encyclique Caritas in Veritate et qui a suscité un intérêt et un consensus bien au-delà des milieux catholiques. Et la dernière confirmation de cet important partage est venue précisément des paroles du président portugais. A celles-ci, Benoît XVI a répondu en rappelant que sa visite dans le pays a lieu lors du centenaire de la proclamation de la République et de la distinction entre Eglise et Etat, occasion d'"un nouvel espace de liberté" pour les catholiques.

Et c'est encore l'optimisme qui a marqué la considération à l'égard du sécularisme faite par le Pape. Un phénomène ancien qui s'est à présent radicalisé. Mais celui-ci - a voulu souligner Benoît XVI de manière significative - constitue dans le même temps un défi et une possibilité: bien qu'ait souvent prévalu la logique du conflit, les personnes qui se sont efforcées de construire des ponts, en effet, n'ont jamais manqué. Ces ponts qui, selon le Souverain Pontife, doivent être aujourd'hui jetés pour rendre possible la compréhension et l'entente entre le rationalisme européen de notre époque qui tend à exclure le transcendant et la raison qui, en tant que telle, est en revanche ouverte au transcendant. Ce n'est que de cette manière que les cultures occidentales, pragmatiques et matérialistes, pourront entrer en dialogue avec les autres cultures. Pour le regard optimiste de Benoît XVI, la présence du sécularisme est en soi normale, tandis que sont anormaux et négatifs le conflit et l'exclusion de Dieu de l'horizon de l'homme.

L'océan et la tradition

Les yeux de Benoît XVI regardent au loin. Comme cela a été le cas à Lisbonne, en célébrant la Messe au bord de l'océan - devant une foule joyeuse et véritablement immense qui, se rassemblant avec affection autour du Pape, a rappelé celle décrite dans la lecture de l'Apocalypse - et en s'adressant au monde de la culture. Un monde qui a su l'accueillir avec une chaleur et un respect impressionnants et exemplaires, exprimés par le doyen des arts du pays, le réalisateur plus que centenaire Manoel de Oliveira, qui a évoqué les anges et la nostalgie pour le paradis perdu. Balayant ainsi, une fois de plus et tout comme le vent qui soufflait sur la mer, les analyses des médias trop souvent marquées par un pessimisme pas totalement objectif.

Le regard fixé sur le Christ et pleinement plongé dans le "fleuve vivant" de la tradition catholique, Benoît XVI a célébré l'histoire du Portugal et a parlé au pays d'aujourd'hui avec sérénité et ouverture. Et la "Lisbonne amie" - comme le Pape l'a définie - a bien compris le sens de la visite, en fêtant son hôte avec enthousiasme, transparent et touchant en particulier dans l'accueil simple d'une multitude d'enfants, même très petits, regroupés avec leurs maîtresses le long des rues et agitant des petits drapeaux rouges et verts, aux couleurs de la nation.

Le Portugal, héritier d'une histoire forte et courageuse, est appelé aujourd'hui aussi à "indiquer de nouveaux mondes au monde" comme le chantait son grand poète Camões, exaltant l'aventure des découvertes et des missions chrétiennes qui ont marqué les cinq continents. De même que, dans le monde contemporain, ses hommes de culture, avec une vocation commune à tous les intellectuels, peuvent parler au cœur de l'humanité. Avec eux, l'Eglise veut parler et dialoguer, consciente du conflit entre sociétés qui rendent absolu le présent et le patrimoine de la tradition.

Dans la crise de la vérité produite précisément par le conflit dramatique entre présent et tradition, l'Eglise, appelée depuis toujours à "une mission de vérité", accomplit dans le même temps "un apprentissage" dans la coexistence respectueuse avec la vérité des autres. Dans le sillage tracé par Vatican ii et par l'entretien amical et jamais épuisé de Paul vi avec le monde: grâce donc à un renouveau catholique conscient de la tradition et qui est en mesure d'assumer les critiques de la modernité, inaugurée par la réforme protestante et par le siècle des Lumières.

Avec cette nouvelle conscience, l'Eglise du Christ (Ecclesiam suam) maintient fermement - et il ne pourrait en être autrement - sa mission: persuader les femmes et les hommes d'aujourd'hui à regarder au loin, "au-delà des avant-dernières choses", pour chercher les dernières. Comme les navigateurs qui traversèrent l'océan sous la protection de sainte Marie de Belém. Et aujourd'hui aussi, il vaut la peine de ne pas arrêter cette recherche et de suivre Jésus, en sachant que malgré la distance des siècles, "une expérience véritable et personnelle du Christ ressuscité" est possible. Sans trop se préoccuper des structures et des programmes, une fois de plus, Benoît XVI l'a répété: le Christ "avance toujours avec son Eglise" qu'aucune puissance adverse ne pourra jamais détruire.

Les photos du voyage

 

Sources : www.vatican.va -  E.S.M.
(©L'Osservatore Romano - 18 mai 2010)
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 18.05.2010 - T/Benoît XVI

 

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante