ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI nous présente Cyrille et Méthode

 

Le  17 juin 2009  - (E.S.M.) - Cyrille et Méthode, apôtres des slaves et co-patrons de l'Europe, ont été évoqués par Benoît XVI à l'occasion de l'audience générale tenue Place St Pierre.

Le pape Benoît XVI

Benoît XVI nous présente Cyrille et Méthode

Synthèse de la catéchèse du Saint-Père

Le 17 juin 2009  - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Cyrille et Méthode, apôtres des slaves et co-patrons de l'Europe, ont été évoqués par Benoît XVI à l'occasion de l'audience générale tenue Place St Pierre. Dressant la biographie des deux frères, le Pape a rappelé que Cyrille naquit vers 827 à Salonique où il reçut une bonne formation avant de recevoir jeune le sacerdoce. Son frère Méthode, né vers 815, abandonna une carrière de fonctionnaire pour se faire moine. Cyrille le rejoint dans son monastère sur l'Olympe. Quelques années plus tard, le gouvernement impérial chargea Cyrille d'une mission auprès des populations vivant au bord de la mer d'Azov qui réclamaient un lettré en mesure de dialoguer avec juifs et musulmans. Après son retour à Constantinople, l'empereur décida l'envoi de Cyrille accompagné cette fois de Méthode en Moravie, dont le prince Ratislaw désirait qu'on lui explique la foi chrétienne dans sa langue.

Cette mission, a souligné le Pape, eut un succès inespéré. Traduisant la liturgie en slavon les deux frères se gagnèrent les faveurs du peuple "mais eurent à subir l'hostilité du clergé franc présent en Moravie qu'il considérait territoire de sa juridiction ecclésiastique. En voyage vers Rome, Cyrille et Méthode eurent à Venise une vive discussion où ils s'opposèrent aux tenants de l'hérésie des trois langues qui affirmaient que seuls l'hébreux, le grec et le latin pouvaient être utilisés pour louer Dieu. Venus se justifier devant Adrien II, les frères furent bien accueilli par le Pape qui avait entendu vanter la valeur de leur mission. Ce dernier avait "compris que les peuples slaves allaient constituer un pont entre l'orient et l'occident et garantir l'unité des chrétiens de part et d'autre de l'empire. Il approuva vivement le travail des frères en Moravie et accepta l'utilisation du slavon comme langue liturgique". Gravement malade, Cyrille mourut à Rome le 14 février 869, tandis que son frère reprit le chemin de la Moravie et de la Pannonie l'année suivante, œuvrant à la constitution d'une Eglise particulière grâce à l'appui de ses disciples. Méthode mourut le 6 avril 885. "Le profil spirituel des frères de Salonique se révèle surtout dans l'attrait de Cyrille pour les écrits de Grégoire de Naziance, dont il apprit la valeur du langage pour la transmission de la Révélation. Cyrille et Méthode avaient travaillé au projet de traduire en slavon les dogmes chrétiens d'où la nécessité d'utiliser des lettres plus conforme que le grec à la langue parlée. C'est ainsi que naquit l'alphabet glagolitique, plus tard appelé cyrillique en l'honneur de saint Cyrille. Cyrille et Méthode avaient compris qu'un peuple ne peut considérer avoir reçu pleinement la Révélation avant de l'avoir entendue et lue dans sa langue. Tous deux sont la référence de ce qu'on nomme inculturation, en vertu de laquelle les peuples doivent imprimer dans leur culture propre le message révélé et exprimer la vérité du salut dans sa langue. En cela l'Eglise voit en eux une source d'inspiration et d'action toujours valable".

DIALOGUE RELIGIEUX ET EGLISES ORIENTALES

Après la catéchèse, Benoît XVI a salué en particulier une délégation de participants à la Conférence internationale de dialogue inter-religieux en cours à Rome. Je soutiens cette initiative de la Conférence épiscopale italienne et du Ministères des affaires étrangères italien, a-t-il dit, "qui s'efforce de sensibiliser les responsables internationaux du rôle des religions dans tout tissu social, et de les engager à des décisions politiques en faveur du bien commun". Puis il a salué la délégation syro-catholique, conduite par SB Mar Ignace Youssef III Younan, qui accompagne pour sa première visite officielle par ses prédécesseurs, des évêques et des fidèles venus du proche orient et des autres régions du monde où résident des communautés orientales liées à l'Evêque de Rome. "Je salue le nouveau Patriarche auquel j'ai confirmé la communion ecclésiale qui s'exprimera publiquement durant la cérémonie de demain en la Basilique Ste.Marie-Majeure. M'y représentera le Cardinal Sandri, Préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales. Je tiens à assurer de ma prière le Patriarche et tous ceux qui l'accompagnent, exprimant aussi ma sollicitude et ma grande considération pour toutes les Eglises orientales catholiques, que j'encourage à poursuivre leur mission malgré les difficultés, afin de bâtir partout où elles sont l'unité et la paix".

Texte intégral Audience Générale

Texte original du discours du Saint Père UDIENZA GENERALE

  Regarder la vidéo en
 Italien ou en Français

 

Sources : www.vatican.va 090617 (500) -  E.S.M.
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 17.06.09 - T/Benoît XVI

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante