ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Le Père Lombardi rend hommage au geste du Pape Benoît XVI

Le 17 février 2013 - (E.S.M.) - Dans son éditorial pour Radio Vatican, le directeur de la Salle de Presse du Saint-Siège, le Père Federico Lombardi, revient avec ces paroles sur la renonciation de Benoît XVI au ministère pétrinien.

Le pape Benoît XVI 

Le Père Lombardi rend hommage au geste du Pape Benoît XVI

Le 17 février 2013 - E. S. M. - "Un grand acte de gouvernement de l'Eglise" accompli avec "une admirable sagesse humaine et chrétienne". Dans son éditorial pour Radio Vatican, le directeur de la Salle de Presse du Saint-Siège, le Père Federico Lombardi, revient avec ces paroles sur la renonciation de Benoît XVI au ministère pétrinien.

« Nous sommes tous profondément touchés et nous sommes encore en train de chercher à comprendre la portée et la signification de cet acte» , écrit le père Lombardi qui exprime ainsi les sentiments qu’ont éprouvés tant de personnes à travers le monde lundi dernier. Mais pour le directeur de la salle de presse, qui connaît le Pape de manière plus personnelle que beaucoup, de par ses fonctions, la surprise ne fut peut-être pas aussi grande. Et de rappeler que Benoît XVI avait clairement parlé de cette éventualité dans le livre-entretien « Lumière du monde ».

Aucune « fausse modestie » chez Benoît XVI, « toujours attentif à utiliser avec sagesse ses forces physiques non exubérantes pour pouvoir accomplir au mieux la tâche immense qui lui a été confiée ». Le père Lombardi voit dans la décision du Pape « un grand acte de gouvernement de l’Eglise parce qu’affronter aujourd’hui les grands problèmes de l’Eglise et du monde demande une grande force et réclame d’avoir du temps devant soi comme l’exige une mission pastorale de longue durée. »

"Benoît XVI ne nous abandonne pas au milieu des difficultés ", précise le père Lombardi. "Il invite l’Eglise à se confier avec confiance à l’Esprit Saint et au nouveau successeur de Pierre. " L'hommage d’un homme qui aura travailler aux côtés de Benoît XVI pendant son pontificat.

L'hypothèse d'un conclave anticipé

Six jours après l'annonce de la renonciation du Pape, à compter du 28 février à 20 heures, une question est revenue tous les jours : vu la situation inédite, quand débutera le conclave ? La Constitution apostolique indique une période de 15 à 20 jours entre le début de la vacance du Siège apostolique et le début du vote. Pour la première fois samedi, le Vatican n'a pas exclu un conclave anticipé, avant donc la mi-mars.

La date du début de la vacance du Siège apostolique étant connu à l’avance, les cardinaux peuvent donc s’organiser pour venir à Rome en avance. Ce qui ne serait pas possible en cas de décès du pape. Si tous les cardinaux sont présents dans la capitale italienne dès le 1er mars, un vote pour un conclave anticipé n’est alors pas à exclure. Mais rien n'est acquis pour l'heure. C'est une hypothèse qui circulait depuis vendredi déjà.

Certains points de la constitution encore à interpréter

Toute la semaine, le Vatican a rappelé la Constitution apostolique : 15 à 20 jours sont prévus dès la vacance du Siège apostolique jusqu’au début du conclave. Cette période permet en fait aux cardinaux du monde entier de s’organiser pour se rendre à Rome. Une période qui n’a plus de sens s'ils sont déjà arrivés. Le père Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège, précise par contre que tous les cardinaux ont le droit d’être attendus.

L’organisation même du conclave maintenant, en amont : tout est question d’interprétation de la Constitution du Vatican. Des interprétations dans lesquelles Benoît XVI n’intervient pas. Le pape intervient seulement quand il s’agit de modifier la loi.

Le calendrier reste donc toujours à fixer. Mais il se précise quand même un peu plus tous les jours : une fois parti, le 28 février en fin d’après-midi, Benoît XVI devrait rester à Castel Gandolfo pendant deux mois. Il résidera dans ses appartements habituels, le temps que son nouveau logement, dans un monastère situé au coeur des jardins du Vatican, ait fait peau neuve.
 

Sources :Radio Vatican -  E.S.M.
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 17.02.2013 - T/Benoît XVI

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante