ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

6ème Marche pour la Vie à Paris

 

Le 16 janvier 2010 - (E.S.M.) - La 6e Marche pour la vie partira dimanche 17 janvier 2010 à 14h30 place de la République à Paris. Elle fait suite aux précédentes marches annuelles, dont la première, en 2005, avait réuni environ dix mille personnes autour de quelques associations de défense de la vie. (francecatholique)

6ème Marche pour la Vie à Paris

Chronique de Tugdual Derville

Le 16 janvier 2010 - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Ce Dimanche 17 janvier des milliers de personnes vont défiler de la place de la République à la place de l’Opéra, lors de la marche nationale annuelle (depuis 2005) contre l’avortement.

Comme chaque année, en janvier, l’avortement revient sur la scène. Sa légalisation est intervenue en France il y a 35 ans. Du côté de ses promoteurs, on use toujours des mêmes ficelles dialectiques. Mais il a fallu déchanter. Simone de Beauvoir avait comparé l’avortement à l’extraction d’une dent. Hormis les anciennes du Planning familial, personne ne prétend plus qu’il s’agit d’une expérience anodine.

On avait promis, en 1975, que l’IVG deviendrait « marginale lorsque la contraception aura fait ses preuves ». Mais la France connaît un taux record d’usage de produits contraceptifs et le nombre d’avortements continue d’augmenter, notamment chez les mineures. On a promu l’avortement médicamenteux par RU486 comme une alternative indolore au chirurgical, avant d’avouer qu’il n’en est rien. Prendre soi-même une substance qui met fin à la vie d’un être humain est traumatisant. De plus cette technique, déjà utilisée pour la moitié des avortements, oblige les femmes à se décider trop vite, avant 5 semaines de grossesse. On a même permis la prescription du RU486 par les médecins généralistes, ce qui conduit des femmes à attendre douloureusement chez elles le résultat. Les pouvoirs publics déconseillent cet IVG à domicile pour les femmes fragiles ou isolées. Toujours plus précoce l’avortement s’est banalisé quantitativement mais demeure un drame que rien ni personne ne pourra passer sous silence. Car les femmes savent bien que ce qui est en jeu, c’est une vie humaine.

Face à une grossesse imprévue ou difficile, il est facile de proposer l’IVG comme solution : c’est légal, rapide, remboursé, mais on nie les conséquences et ça évite de se poser certaines questions. Alors que la loi laisse les femmes décider seules, le recours à l’avortement vient souvent des pressions qu’elles endurent, surtout celles des compagnons pour qui la grossesse est extérieure. La Halde, dans sa lutte contre les discriminations, vient par ailleurs de stigmatiser la pression des employeurs sur les femmes enceintes. Etrange liberté qui consiste à se sentir obligée de subir un acte qu’on voudrait éviter.

En Ile-de-France, il y a chaque année 19 avortements pour 1000 femmes en âge de procréer, contre 15 pour l’ensemble de l’hexagone, et 7 en Allemagne. Échec de nos politiques de prévention ! Au lieu de s’interroger sur les conditions de vie difficiles en termes de travail, de logement, de transport, qui l’expliquent, les élus franciliens dénoncent des « difficultés d’accès à l’IVG ». Mais pourquoi considérer comme une fatalité que près de 4 femmes sur 10 connaissent au moins une fois l’avortement dans leur vie féconde ? C’est le chiffre officiel de l’Institut d’études démographique. Pour sortir l’avortement de la fatalité, il doit sortir du silence. Écouter le témoignage des femmes qui sont passées par là peut nous aider. C’est si intime, si cruel, et leur sentiment de culpabilité peut être si proche de la désespérance qu’il nous faut déployer des trésors de délicatesse. « Ah comme j’aimerais être avec vous pour adapter mon langage, car je ne sais comment m’y prendre avec vous ! » confie l’apôtre Paul aux Galates. Se faire proche de ce que vivent les gens, sans rien renier de nos convictions, ni bien sûr cautionner l’atteinte à la vie, c’est un chemin exigeant. Mais n’est-ce pas le passage obligé pour un tournant culturel ? 

 

Sources : francecatholique

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 16.01.2010 - T/Benoît XVI

 

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante