ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Les cardinaux discuteront du document de Ravenne le 23 novembre prochain

 

Cité du Vatican, le 15 novembre 2007 - (E.S.M.) - Aujourd'hui a été publié le Document final de l'Assemblée plénière de la Commission internationale pour le dialogue théologique catholiques orthodoxes. Les Cardinaux catholiques discuteront de ce document avec le Pape Benoît XVI le 23 novembre prochain, lors d'une réunion extraordinaire, convoquée à la veille du consistoire.

Le Cardinal Kasper - Pour agrandir l'image Cliquer

Les Eglises orthodoxes reconnaissent qu'il existe un primat, l'Évêque de Rome, le premier des évêques

Le Document final de l'Assemblée plénière de la Commission internationale pour le dialogue théologique catholiques orthodoxes au centre des discussions entre le pape Benoît XVI et les cardinaux à la veille du prochain consistoire.

Document intégral : Document de Ravenne

DE LA NATURE SACRAMENTELLE DE L'ÉGLISE

Aujourd'hui a été publié le Document final de l'Assemblée plénière de la Commission internationale pour le dialogue théologique catholiques orthodoxes (Ravenne, Italie, 8-14 octobre), qui avait été présidée par le Métropolite Ioannis de Pergame (Patriarcat œcuménique) et le Cardinal Kasper, Président du Conseil pontifical pour l'unité des chrétiens: "Conséquences ecclésiologiques et canoniques de la nature sacramentelle de l'Eglise. Communion ecclésiale, conciliarité et autorité".

Hier à Radio Vatican, le Cardinal a commenté ce texte de 45 pages qui traite "de la tension existant entre autorité et conciliarité, ou synodalité aux niveaux diocésain, régional et universel. Pour la première fois, les Eglises orthodoxes reconnaissent cela au niveau universel de l'Eglise et qu'à ce niveau, il y a conciliarité, synodalité et autorité. Ce qui signifie qu'il existe un primat qui, selon la tradition de l'Eglise ancienne, est celui de l'Evêque de Rome, le premier des évêques".

"Ceci dit, nous n'avons pas traité des privilèges de l'Evêque de Rome mais seulement fixé la procédure à venir. Ce document est donc un modeste premier pas porteur d'espérance, dont on ne doit pas exagérer la portée". Puis le Cardinal Walter Kasper a dit qu'il est prévu d'aborder avec les orthodoxes la question du rôle de l'Evêque de Rome dans l'Eglise universelle du premier millénaire, avant de passer à la problématique du second millénaire, à la lumière des Conciles Vatican I et II. "Ce sera une démarche délicate, un cheminement très long et difficile".

Puis il est revenu sur le départ des délégués du Patriarcat de Moscou en soulignant qu'il s'agissait d'un problème inter orthodoxe à propos de la reconnaissance par Constantinople de l'autonomie de l'Eglise d'Estonie. "Nous ne devons pas interférer mais si cela nous attriste et nous préoccupe. Il est en effet important que l'Eglise orthodoxe russe prenne part à la suite du dialogue. Nous ne pouvons que demander aux deux parties de trouver entre-elles un accord. Nous sommes disponibles si on nous le demandait à faciliter la solution au niveau bilatéral Moscou Constantinople comme au niveau orthodoxe, mais il est indispensable que l'Eglise russe participe aux futurs travaux. C'est une Eglise très importante et nous œuvrerons à la solution" de ce différent.

Les Cardinaux catholiques discuteront de ce document avec le Pape Benoît XVI le 23 novembre prochain, lors d'une réunion extraordinaire, convoquée à la veille du consistoire pour la création de 23 nouveaux cardinaux. La déclaration jointe a été publiée en même temps, au-delà de Rome (sur le site Internet du ministère de Kasper), également à Athènes, à Istanbul (ancienne Constantinople) et à Chypre. Pas à Moscou, parce que les représentants du patriarcat russe avaient quitté la rencontre inter-religieuse de Ravenne pour un litige avec ceux de Constantinople. L'absence de la signature d'Alexis II ne dévalorise en rien la teneur du document. L'église orthodoxe russe, avec ses 140 millions de fidèles, représente environ le moitié de la population entière du christianisme oriental. À Ravenne, étaient présents, pour l'Église catholique, les Cardinaux Walter Kasper, président du Conseil Pontifical pour l'Unité des chrétiens et le Co-président de la Commission théologique mixte, le Cardinal William H. Keeler, archevêque de Baltimore, le Cardinal Christoph Schönborn, archevêque de Viennes, le Cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil Pontifical pour le Dialogue interreligieux ; pour les Églises orthodoxes, il y avait l'autre Co-président, le métropolite Ioannis du Patriarcat de Constantinople, le métropolite Gennadios, l'évêque Vassilios de l'Église orthodoxe de Chypre, le métropolite Athanassios de l'Église de Grèce. Tous ont approuvé à l'unanimité le texte publié.

"DOCUMENT DE RAVENNE", UN PAS EN AVANT ENTRE CHRÉTIENS D'ORIENT ET D'OCCIDENT

C'est "une bonne base commune", un pas sur la longue route à parcourir vers la pleine unité entre catholiques et orthodoxes, écrit dans son édition d'aujourd'hui l'Osservatore Romano, rapportant les propos par lesquels les deux coprésidents, le cardinal Walter Kasper et le métropolite Joannis de Pergame, ont défini le texte approuvé par les membres de la "Commission mixte internationale pour le dialogue théologique entre l'Église catholique et l'Église orthodoxe dans son ensemble", à l'occasion de la 10ème session plénière qui s'est tenue à Ravenne du 8 au 14 octobre.

Le document, appelé le "Document de Ravenne", a été publiquement diffusé aujourd'hui et représente "un progrès positif et significatif dans le dialogue" parce qu'il donne "une base solide à la discussion à venir sur la question du primat dans l'Église à un niveau universel", lit-on en conclusion du document publié aujourd'hui sur le site Internet du Conseil pontifical pour l'Unité des chrétiens, présidé par le cardinal Kasper. Mais le document souligne aussi que les questions "difficiles qu'il reste à éclaircir" sont encore "nombreuses".

Subdivisé en 46 paragraphes, la déclaration affronte dans sa partie finale le nœud crucial du primat du Pape. Au paragraphe 41, il est affirmé que orthodoxes et catholiques "concordent" sur le fait que "Rome, en tant qu'Église qui 'préside à la charité'" occupait – avant le schisme de 1054 entre le christianisme d'Orient et d'Occident – "la première place" dans l'ordre canonique. "Toutefois – peut-on lire –, ils (catholiques et orthodoxes) ne sont pas d'accord sur l'interprétation des témoignages historiques de cette époque concernant les prérogatives de l'évêque de Rome en tant que Protos (premier), une question qui avait déjà été différemment interprétée dès le premier millénaire". La question du primat de Saint-Pierre, c'est-à-dire de l'autorité que le Pape, en tant qu'évêque de Rome, revendique sur les autres patriarches des Églises chrétiennes, représente l'écueil contre lequel le processus destiné à établir une réunification des chrétiens s'est brisé. C'est justement l'acceptation de discuter clairement de ce primat qui constitue la plus grande nouveauté du processus mis en place à Ravenne.

"Ce document est un modeste pas en avant et, en tant que tel, il donne l'espoir, mais nous ne pouvons pas en exagérer l'importance. La route pour la pleine unité avec les orthodoxes est encore longue", a averti le cardinal Kasper, interviewé par Radio Vatican. Ce dernier a également mis en garde contre les interprétations triomphalistes qui considèreraient "aplanie" la route menant à l'unité entre le christianisme d'Orient et d'Occident. Les cardinaux catholiques discuteront du document de Ravenne avec le Pape Benoît XVI le 23 novembre prochain, lors d'une réunion extraordinaire, convoquée à la veille du consistoire pour 23 élévations à la pourpre cardinalice.

La déclaration conjointe a été publiée aujourd'hui au même moment à Rome, à Athènes, à Istanbul (ancienne Constantinople) et à Chypre. Mais pas à Moscou car les représentants du patriarcat russe avaient quitté l'assemblée inter-chrétienne de Ravenne, en polémique avec ceux de Constantinople. (MZ/CN) (Agence Misna)

Repères:
Dialogue œcuménique, le card. Kasper à Ravenne, le pape Benoît XVI  à Naples
Benoît XVI invite à la prière pour la pleine unité des catholiques et des orthodoxes

Sources: www.vatican.va 071115 (380)- E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 15.11.2007 - BENOÎT XVI

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante