ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI affirme la doctrine de l'Église

 

Cité du Vatican, le 14 décembre 2007 - (E.S.M.) - Lors de la conférence , le Cardinal Levada a d'abord dit que ce document veut répondre "à une certaine confusion quand à la question de savoir si les catholiques doivent témoigner de leur foi", et qu'il envisage "certains points précis semblant entraver la réalisation du mandat missionnaire donné par le Christ". Puis Mgr. Amato, citant le Saint Père Benoît XVI précise que le christianisme est l'annonce de la présence parmi nous de la personne de Jésus Christ.

Le Card. Ivan Dias, Card. Francis Arinze and Mons. Angelo Amato

Note doctrinale sur certains aspects de l'évangélisation

ÉVANGÉLISATION ET LIBERTÉ Texte intégral en français

Ce matin près la Salle-de-Presse du Saint- Siège, le Cardinal William Joseph Levada, Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, Mgr. Angelo Amato, SDB, Secrétaire de ce même dicastère, le Cardinal Francis Arinze, Préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, et le Cardinal Ivan Dias, Préfet de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples, ont présenté la Note doctrinale sur certains aspects de l'évangélisation.

Le Cardinal Levada a d'abord dit que ce document veut répondre "à une certaine confusion quand à la question de savoir si les catholiques doivent témoigner de leur foi", et qu'il envisage "certains points précis semblant entraver la réalisation du mandat missionnaire donné par le Christ".

Puis Mgr. Amato, Secrétaire de la Congrégation pour la doctrine de la foi, a rappelé que la Note "affirme qu'évangéliser signifie non seulement enseigner une doctrine, mais aussi annoncer le Seigneur Jésus en paroles et en actions, c'est-à-dire se constituer l'instrument de sa présence et de son action dans le monde".

Dans sa Lettre encyclique sur l'espérance, a précisé Mgr. Amato, le Saint Père Benoît XVI écrit: " l'Évangile n'est pas uniquement une communication d'éléments que l'on peut connaître, mais une communication qui produit des faits et qui change la vie." , ("Spe Salvi",2). Cette affirmation met très vite au centre de notre attention une grande vérité: le christianisme est l'annonce de la présence parmi nous de la personne de Jésus Christ, de celui qui est le Sauveur de l'humanité et du cosmos.

"La priorité de l'Eglise -a-t-il ajouté- est de conduire les hommes à l'amitié avec Jésus-Christ dans la liberté et le respect de leur conscience. Le respect dû à leurs sensibilités et à leurs traditions respectives ne permet d'éluder ni l'exigence de la liberté ni celle de la vérité qui sont les présupposés nécessaires à toute forme de dialogue".

"L'unité dans la vérité et l'exercice de la liberté dans la charité sont les voies exigeantes mais précieuses que la Note entend rappeler à propos du devoir coûteux et fascinant de témoigner de la foi à l'aube au troisième millénaire".

Pour sa part, le Cardinal Arinze a traité de certaines observations relatives à l'évangélisation dans les régions de l'Afrique sub-saharienne, où la religion africaine traditionnelle a été pendant des siècles le contexte religieux et culturel dominant. C'est en effet de ce contexte - a-t-il poursuivi - que sont issues la plupart des personnes qui se sont converties au christianisme ces deux cent dernières années.

"Partager notre foi catholique avec ceux qui ne connaissent pas encore le Christ -a-t-il affirmé- doit être considéré comme une œuvre d'amour, à condition qu'elle se réalise dans le plein respect de leur dignité et de leur liberté. Si un chrétien ne cherchait pas à diffuser l'Évangile, en partageant la parfaite connaissance de Jésus-Christ, on pourrait penser qu'il n'est pas pleinement convaincu de sa foi, ou que, par égoïsme ou par paresse, il n'entend pas partager avec son prochain les moyens nombreux et abondants de salut".

Ensuite, le Cardinal Ivan Dias a traité de la "perspective théologique asiatique", soulignant que "l'évangélisation dans un contexte de pluralisme religieux n'est pas une nouveauté pour l'Église", mais qu'aujourd'hui elle "représente un défi, du fait que nous vivons plus que jamais dans une époque où se côtoient des personnes de religions différentes".

Face à un panel de traditions religieuses aussi vaste que celle du continent asiatique -a ajouté le cardinal - "les chrétiens doivent chercher à y découvrir l'action de l'Esprit Saint - c'est-à-dire à découvrir les semences de vérité, comme les a appelées le Concile Vatican II - et à les conduire, sans aucun complexe de supériorité, à la pleine connaissance de la vérité en Jésus- Christ".

Quant à l'évangélisation par le dialogue interreligieux, le Cardinal Dias a affirmé que "les autres religions constituent un enjeu positif pour l'Église" car "elles la stimulent à découvrir et à reconnaître les signes de la présence du Christ et de l'action de l'Esprit, mais aussi à approfondir son identité en témoignant de l'intégrité de la révélation dont elle est dépositaire pour le bien de tous".

NOTE DOCTRINALE SUR L'ÉVANGÉLISATION (synthèse)

La Note doctrinale sur certains aspects de l'évangélisation, élaborée par la Congrégation pour la doctrine de la foi, a été publiée aujourd'hui. La Note est accompagnée d'un résumé dont voici les points principaux :

"Ce document est principalement consacré à l'exposé de la mission d'évangélisation telle que l'entend l'Église catholique, qui est d'annoncer l'Évangile de Jésus-Christ".

"Il existe aujourd'hui une "confusion croissante" quant au devoir missionnaire de l'Église. Certains considèrent que "toute intention de convaincre d'autres personnes sur des questions religieuses est une atteinte la liberté". Ils suggèrent qu'il suffit d'"inviter les personnes à agir selon leur conscience" et d'"aider les hommes à être plus hommes ou plus fidèles à leur religion, et qu'il suffit de construire des communautés capables de travailler pour la justice, la liberté, la paix, la solidarité", sans avoir pour but la conversion au Christ et à la foi catholique"."D'autres soutiennent que l'on ne doit pas promouvoir la conversion au Christ, car il est possible de se sauver "sans connaissance explicite du Christ et sans incorporation formelle à son Église".

Dans le cadre des implications anthropologiques, on observe que "certaines formes d'agnosticisme et de relativisme nient la capacité de l'homme à connaître la vérité, alors que la liberté de l'homme ne peut être coupée de sa référence à la vérité".

"Nous ne pouvons nous engager dans la recherche de la vérité en ne comptant que sur nos forces -poursuit le document- car cette recherche demande l'aide des autres et la confiance en la connaissance qu'ils ont reçue. L'enseignement et le dialogue grâce auxquels on invite une personne, en toute liberté, à connaître et à aimer le Christ, n'est donc pas une "intromission indue" dans la liberté humaine, mais une "proposition légitime et un service qui peut rendre plus fécondes les relations entre les personnes".

"Avec l'évangélisation, les cultures s'enrichissent des vérités de l'Évangile. De la même façon, grâce à l'évangélisation les membres de l'Église catholique apprennent à recevoir les dons des autres traditions et cultures".

"Toute tentative d'obtenir le dialogue par la force, sans respect de la dignité et de la liberté religieuse des autres, ne peut subsister dans l'évangélisation".

Quant à l'évangélisation, le document précise que "l'incorporation de nouveaux membres à l'Église n'est pas l'extension d'un groupe de pouvoir, mais l'entrée dans un réseau d'amitié avec le Christ, lien entre ciel et terre, continents et époques".

"La Note doctrinale cite la Constitution pastorale sur l'Église dans le monde contemporain (Gaudium et Spes) du Concile Vatican II, pour affirmer que le respect de la liberté religieuse et sa promotion "ne doivent en aucune façon nous rendre indifférents à la vérité et au bien. Au contraire, c'est l'amour qui incite les disciples du Christ à annoncer à tous les hommes la vérité salvifique".

Au plan œcuménique, le document "réaffirme le rôle important de l'œcuménisme dans la mission évangélisatrice de l'Église".

"Quand l'évangélisation catholique s'effectue dans un pays où vivent des non catholiques -lit-on encore dans le texte explicatif- les catholiques doivent accomplir leur mission en accordant la plus grande attention au "véritable respect pour leur tradition et pour leurs recherches spirituelles", dans un "esprit de coopération sincère. L'évangélisation avance par le dialogue, et non par le prosélytisme".

Le dernier paragraphe de la Note reprend une citation de la première Encyclique du Saint Père Benoît "Deus Caritas est": "L'amour qui vient de Dieu nous unit à Lui et nous transforme en un Nous qui dépasse nos divisions et il nous fait devenir une chose seule, jusqu'à que, à la fin, Dieu soit tout en tous', (1 Cor 15,28)".

Texte intégral en français

Texte original de la Synthèse de la Note Doctrinale Italien - Anglais
Texte original de la Conférence de presse Italien - Anglais
Texte de la Note Doctrinale
Dès parution

 Regarder la vidéo de la Conférence

Annonce Vatican - Congrégation pour la Doctrine de la Foi -  Publication d'une note doctrinale
Annonce Note doctrinale sur quelques aspects de l'évangélisation, approuvée par Benoît XVI
 

Sources:  www.vatican.va -  071214 (610)

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 14.12.2007 - BENOÎT XVI - T/Doctrine

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante