ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI : Conjuguer liberté et vérité face au don inestimable de la vie humaine

 

Cité du Vatican, le 12 mai 2008  - (E.S.M.) - L'Amour conjugal, ouvert au don inestimable de la vie, doit savoir conjuguer liberté et vérité : c'est l'exhortation de Benoît XVI aux participants à la rencontre sur l'encyclique Humanae Vitae de Paul VI, document courageux et clairvoyant.

Le pape Paul VI

Benoît XVI : Conjuguer liberté et vérité face au don inestimable de la vie humaine

Une intervention d'une grand fermeté sur une de ces « valeurs non négociables »si chères au Saint-Père.

Conjuguer liberté et vérité face au don inestimable de la vie humaine : le pape Benoît XVI a développé son discours autour de ce thème fondamental, « ancien et toujours d'actualité », devant les participants à la Rencontre internationale pour le 40e anniversaire de l'encyclique "Humanae Vitae" de Paul VI.

L'audience de samedi a offert aussi l'occasion à Benoît XVI de rappeler le courage et la clairvoyance du Pape Montini dans la publication de cette Encyclique, malheureusement souvent mal comprise. L'adresse d'hommage au Saint-Père a été adressée par l'archevêque Rino Fisichella, recteur de l'Université Pontificale du Latran, université qui ces derniers jours a accueilli la rencontre sur l'encyclique "Humanae Vitae".

« L'égard pour la vie humaine et la sauvegarde de la dignité de la personne » nous imposent « de ne rien laisser passer pour que tout le monde puisse connaître la vérité naturelle de l'amour conjugal responsable, dans une adhésion pleine à la loi inscrite dans le cœur de chaque personne » : c'est l'appel de Benoît XVI dans son discours sur l'encyclique "Humanae Vitae" de Paul VI. Un document, a-t-il dit, qui, à quarante ans de sa publication « révèle la clairvoyance par laquelle le problème doit être abordé ». Le Saint-Père a voulu rappeler le contexte difficile dans lequel la publication de "Humanae Vitae" a  mûri et a souligné le courage du Pape Montini :

« Ce document devint bien vite un signe de contradiction. Élaboré à la lumière d'une décision difficile, il constitue un geste significatif de courage en réaffirmant la continuité de la doctrine et de la tradition de l'Église. Ce texte, souvent mal compris et mal interprété, fit beaucoup parler parce qu'il se plaçait à l'aube de profondes contestations qui marquèrent la vie de générations entières ».

« L'enseignement de "Humanae Vitae" », a reconnu le pape, « n'est pas facile ». Toutefois, a-t-il poursuivi, « il est conforme à la structure fondamentale à travers laquelle la vie a toujours été transmise depuis la création du monde, dans le respect de la nature et dans la conformité par ses exigences ». Le « mot clé » pour comprendre l'Encyclique de Paul VI, a fait remarquer Benoît XVI, « reste l'Amour ». De fait, a-t-il expliqué, dans "Humanae Vitae", « l'Amour conjugal est décrit à l'intérieur d'un processus global qui ne s'arrête pas à la division entre l'âme et le corps et n'est pas lié au seul sentiment, souvent fugace et précaire, mais fait partie de l'unité de la personne ». Une fois cette unité enlevée, a été l’appel de Benoît XVI, « on perd la valeur de la personne et on tombe dans le grave danger de considérer le corps comme un objet qui peut s'acheter ou se vendre » :

« Dans une culture subordonnée à la prédominance de l'avoir sur l'être, la vie humaine risque de perdre sa valeur. Si l'exercice de la sexualité se transforme en une drogue qui veut assujettir le partenaire à ses propres désirs et intérêts, sans respecter le rythme de la personne aimée, alors ce qu'on doit défendre n'est pas seulement le véritable concept de l'Amour, mais en premier lieu la dignité de la personne-même ».

Pour cela, a averti le Saint-Père, en tant que croyants « nous ne devrions jamais permettre que la domination de la technique ait à prévaloir sur la qualité de l'amour et la sacralité de la vie ». Et de plus, le Saint Père a réaffirmé que le Magistère de l'Église « ne peut pas se dispenser de réfléchir de manière toujours nouvelle et approfondie sur les principes fondamentaux qui concernent le mariage et la procréation ». Il a ainsi mis l'accent sur le « don inestimable » de la vie auquel ne peut pas « rester fermé » l'Amour conjugal. « Dans la fécondité de l'Amour conjugal - a-t-il dit encore - l'homme et la femme participent à l'acte créateur du Père ». En parlant de l'Amour humain, a souligné Benoît XVI, Jésus « rappelle tout ce qui a été réalisé par Dieu au début de la Création ». Une parole, a affirmé le Saint-Père, qui « reste inchangée par sa profonde vérité et ne peut pas être effacée par différentes théories qui au cours des années se sont succédées et parfois même contredites entre elles » :

« La loi naturelle, qui est à la base de la reconnaissance de la véritable égalité entre les personnes et les peuples, mérite d'être reconnus comme la source à laquelle doit s'inspirer aussi le rapport entre les époux dans leur responsabilité à engendrer de nouveaux enfants. La transmission de la vie est inscrite dans la nature et sa loi demeure la règle non écrite de laquelle tout le monde doit se rappeler ».

Voilà pourquoi, a mis en évidence le pape, « aucune technique ne peut substituer l'acte d'Amour que deux époux s'échangent comme le signe du plus grand mystère qui les voit protagonistes et participants de la Création ». Benoît XVI a consacré la partie conclusive de son discours à l'éducation des adolescents, dont les réactions, a-t-il fait remarquer, « manifestent une connaissance non correcte du mystère de la vie et des implications risquées de leurs gestes ». Il a donc rappelé « l'urgence de formation » qui, a-t-il souligné, « voit dans le thème de la vie, son contenu privilégié ». Le pape a exprimé le vœux que les jeunes « puissent apprendre le véritable sens de l'Amour et se préparent pour cela par une éducation adéquate à la sexualité sans se laisser détourner par des messages éphémères qui empêchent de rejoindre l'essence de la vérité en jeu » :

« Donner de fausses illusions dans le domaine de l'Amour ou se duper sur les responsabilités naturelles qu'on est appelé à assumer par l'exercice de sa sexualité, ne fait pas honneur à une société qui se réfère aux principes de liberté et de démocratie. La liberté doit se conjuguer avec vérité et responsabilité avec la force d'un dévouement à l'autre même par le sacrifice ».

« Sans ces composantes - a conclu le Saint Père - la communauté des hommes ne grandit pas et le risque de s'enfermer dans un cercle d'égoïsme asphyxiant demeure toujours comme un piège ».

Texte intégral du discours du Saint Père Français - Italien

  Regarder la vidéo en Italien ou en français

Sources :  www.vatican.va - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 12.05.2008 - T/Benoît XVI

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante