ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Benoît XVI, pape émérite, parole à la défense

Le 11 mars 2013 - (E.S.M.) - S'il est vrai qu'avec sa démission, Benoît XVI a perdu toute espèce de juridiction, cela ne signifie pas que ce faisant, il est redevenu un simple fidèle ou, si l'on veut, un simple évêque à la retraite.

Le pape Benoît XVI et Mgr Georg Gaenswein 

Benoît XVI, pape émérite, parole à la défense

Le 11 mars 2013 - E. S. M. - Sandro Magister (vaticaniste exceptionnel, c'est une litote, mais trop soucieux de montrer qu'il est le meilleur, et surtout très "impliqué"!) a intitulé son dernier billet: "Avis de danger: une Église à deux papes".
Avec, pour sous titre: Le conclave imminent va élire le nouveau pontife. Mais il ne lèvera pas les inconnues concernant le rôle du "pape émérite". Un grand canoniste montre les risques de cette appellation. Et des autres équivoques qui l'entourent.

J'avoue que les subtilités juridiques autour de la renonciation de Benoît XVI m'intéressaient médiocrement, d'autant plus que je n'y connais pas grand chose.
Mais il semble que c'est important, et dans ce cas, il est bon qu'un spécialiste réponde, ne serait-ce que pour désamorcer les rumeurs avec des arguments crédibles. D'autant plus que le spécialiste n'est pas forcément un "benoitphile" inconditionnel comme moi!

Pape émérite? par le Père Scalese

Après vingt mois de léthargie, le 'Querciolino' errant (qui depuis trois ans est devenu presque sédentaire) fait entendre à nouveau (une seule fois ou de façon plus assidue?) sa voix. Mais comment donc, direz-vous? Si aucun des nombreux événements advenus en presque deux ans ne l'a tiré de son sommeil, pourquoi réapparaît-il?
Nous vivons un moment véritablement historique, avec la renonciation de Benoît XVI au Pontificat, et maintenant avec les mécanismes qui se sont mis en branle pour l'élection du nouveau pape. On a beaucoup écrit au cours du dernier mois à propos de ces événements: beaucoup de choses intéressantes, d'autres moins. Dans tous les cas, il y a eu, et il continue d'y avoir, un débat animé. Quel besoin, alors, d'ajouter une autre voix au chœur déjà si nombreux qui s'exhibe ces jours-ci?

Si je parle, ce n'est que pour ajouter quelques réflexions qui, je pense, n'ont pas encore été faites. Le problème que je voudrais aborder est de savoir si la renonciation faite par Benoît XVI - certainement une nouveauté, unique dans l'histoire de l'Église (les cas précédents, comme cela a été noté par des voix autorisées, ne peuvent en aucune façon être comparés avec le cas présent) - est un acte «révolutionnaire», un changement radical, une rupture avec la tradition de l'Église, ou si c'est plutôt quelque chose qui se situe, en dépit de la nouveauté objective, en continuité avec le passé, quelque chose qui a toujours été possible, bien que presque jamais arrivé jusqu'à présent .

Bien sûr, on pourra discuter de l'opportunité d'un geste comme celui de Benoît XVI: chacun de nous voit les choses de son point de vue, et donc est amené à exprimer une opinion si oui ou non il était opportun de renoncer à la papauté. Il faudra toutefois admettre qu'en se plaçant à ce niveau, on trouvera des raisons sans fin soit en faveur, soit contre la renonciation.
Je vais me limiter à deux arguments, tous deux valides, qui peuvent justifier l'opportunité ou la non-opportunité du renoncement. Parmi les nombreuses raisons qui ont été apportés pour justifier l'acte de Benoît XVI, le plus intéressant, dans sa banalité, me semble être celui du cardinal Georges Cottier (et aussi Herranz?), « Aujourd'hui, nous vivons longtemps ... La vigueur et la lucidité, cependant, ne sont plus là ». Au contraire, la difficulté la plus sérieuse contre la renonciation me semble être le risque de relativisme inhérent à la démission d'un pape. Toutefois, il faut bien comprendre que si nous continuons dans cette voie, il y aura toujours de nombreux arguments pour et d'innombrables arguments contre la renonciation, sans jamais trouver l'argument qui permet de trancher. Nous devons donc nous résigner et accepter, dans le respect absolu, le choix fait devant Dieu, par Benoît XVI. Aucun de nous ne peut violer la conscience d'un homme, d'autant plus s'il s'agit de la conscience du pape. Il est totalement déplacé de porter des jugements sur son geste, d'autant plus les jugements les plus extrêmes, tant positifs («Un geste courageux») que négatifs («Un acte de lâcheté!»).

Cependant, si du niveau de l'opportunité on passe à celui de la légitimité, il me semble que le discours change complètement. Si nous nous demandons si ce qui s'est passé est légitime, c'est-à-dire juridiquement possible, je pense qu'il ne devrait y avoir aucun doute: c'est totalement (je souligne « totalement », voulant inclure aussi les détails) et pleinement légitime. La possibilité de renoncement est fournie par Canon. 332 § 2: «Dans le cas où le Pontife Romain renonce à son Office, il est nécessaire pour la validité que la démission soit faite librement et dûment manifestée, il n'est pas nécessaire qu'elle soit acceptée par quelqu'un». Rappelons-nous que cette possibilité n'est pas limité en aucune façon: ne sont même pas mentionnés, comme dans d'autres cas, des « motifs graves ». Les seules conditions prévues pour la validité de la renonciation sont sa pleine liberté et sa manifestation (des conditions qui, dans ce cas, ont été pleinement respectées.) Cela devrait nous rassurer et nous libérer complètement du soupçon que, avec le conclave à venir, on pourrait procéder à l'élection d'un « anti-pape ».

Si la légitimité juridique de la renonciation, il n'y a aucun doute, vu qu'elle est expressément prévue par le droit canonique, peut-on en dire autant des décisions prises concernant les implications pratiques de la renonciation, implications non prévues par le droit, s'agissant d'une situation totalement nouvelle? Je fais allusion au fait que Benoît XVI a décidé de continuer à utiliser ce nom, de prendre pour lui-même le titre inédit de « Pape émérite » ou « Pontife romain émérite », de conserver le titre de «Sa Sainteté» et de continuer à porter la soutane blanche. Bien que sur ces aspects, il n'existe aucun point de référence objectif, il me semble que, même dans ces cas, on ait agi dans la plus complète correction juridique.

La question centrale est celle de ce titre de «Pape émérite», contesté par certains avec la motivation surprenante ... qu'il ne peut exister aucun Pape émérite: ou bien on est Pape, ou bien on ne l'est pas. En effet. Mais un pape émérite n'est plus pape. Il n'est qu'un pape ... émérite. Que signifie « émérite »? Le canon 185 l'explique: «A celui qui perd son office en raison de l'âge ou de la démission acceptée, peut être conféré le titre d'émérite». A noter: nous ne parlons pas des évêques (auxquels se réfère le canon 402), mais de la «perte d'un office ecclésiastique», de n'importe quel office ecclésiastique. Le pontificat suprême est-il ou n'est-il pas un office ecclésiastique? Si. Benoît XVI, avec sa démission, a-t-il, ou n'a-t-il pas perdu son Office? Si. Peut-il oui ou non prendre le titre de « Pape émérite »? Conformément au canon 185, on pourrait dire, oui. Ce titre ne signifie pas que Benoît XVI est encore pape, seulement qu'il a été pape (et cela, personne ne peut le nier).

Il a été fait une analogie avec les évêques, et il a été dit que l'évêque émérite continue d'être évêque. Bien sûr, mais son titre n'est pas simplement «évêque émérite», mais évêque émérite d'un siège déterminé: «L'évêque, dont la démission de son office a été acceptée, détient le titre de émérite du diocèse» (can. 402 § 1). L'adjectif «émérite» ne se réfère pas spécifiquement à «évêque», mais à l'office que cet évêque avait d'être pasteur d'un diocèse particulier.

Quelqu'un (par exemple, le père Gianfranco Ghirlanda, sur Civiltà Cattolica) avait suggéré d'adopter, en fait, le titre d' «Evêque émérite de Rome». Avec tout le respect dû à ceux qui ont soutenu cette thèse, je demande: quel est le titre de l'évêque de Rome? «Pape». Si, donc, on peut dire (et certainement on peut le dire) «Evêque émérite de Rome», pourquoi ne pourrait-on pas dire «Pape émérite»? A plus forte raison, on pourra utiliser l'expression «Pontife romain émérite» (notons qu'il n'a jamais été question de «Souverain Pontife émérite»), puisque Romanus Pontifex n'est rien de plus que le correspondantlatin d'«évêque de Rome» .

Mais je soupçonne que, derrière cette querelle canonique, se cache une vision théologique erronée du ministère pétrinien. On croit comprendre que, selon certains, le Successeur de Pierre a un double office, celui d'Évêque de Rome et celui de pape, entendant ce terme comme synonyme de «pasteur suprême de l'Église universelle», comme si l'on pouvait exercer seulement un de ces deux offices séparément de l'autre. C'est tout simplement absurde. C'est l'évêque de Rome qui, en tant que tel, doit exercer le primat sur l'Église tout entière. Le terme «Pape» n'indique pas un office en plus de celui d'évêque de Rome, mais est tout simplement le titre de l'Évêque de Rome.

Quelqu'un a contesté également le maintien du nom «Benoît XVI», faisant valoir qu'il faudrait à nouveau appeler Benoît XVI «Le cardinal Ratzinger», supposant qu'un pape qui a démissionné redevient cardinal. Et où est-ce écrit? Il est vrai qu'historiquement, c'est déjà arrivé, mais cela ne signifie pas que cela doit être fait automatiquement. Le cardinal Ratzinger, devenu Pape, a cessé d'être un membre du Sacré Collège; pour y revenir, il devrait à nouveau être fait Cardinal par son successeur, mais cela me semblerait quelque chose de complètement hors de propos. Je ne vois pas où est le scandale si, une fois renoncé à son office, Benoît XVI conserve le nom assumé le jour de l'élection au Pontificat. Un roi, quand il a abdiqué, ne conserve-t-il pas le nom qu'il avait lorsqu'il régnait?

Le reste (le titre de «Sa Sainteté», l'habit blanc) vient tout seul. Il est normal que ceux qui ont bénéficié d'un certain titre, le conservent même après la perte de l'office. Dans mon ordre religieux, le Supérieur général a le droit d'être appelé «Révérendissime», un titre qu'il conserve le reste de ses jours, même après la fin de son mandat. Du reste, nous avons commencé à appeler «Votre Sainteté», même certains Patriarches orientaux non-catholiques; et nous ne devrions pas appeler «Sainteté» le pape émérite? Sur la soutane blanche, je ne pense pas qu'il puisse y avoir de problème: Moi aussi, quand j'étais en mission, je l'utilisais (et je continue de l'utiliser sur la photo sur ce blog, car c'est une expérience qui a marqué ma vie). En fait, je ne verrais rien d'étrange (bien que je ne pense pas que cela se produira) si Benoît XVI assistait, en habit de chœur, à une célébration du nouveau Pape, comme cela se passe normalement dans les diocèses avec les évêques émérites.

Je voudrais terminer par une réflexion.
Je pense que la renonciation de Benoît XVI à la papauté nous oblige à un approfondissement du rôle du pape. Lui-même nous aide à le faire. Dans la dernière audience générale, il a déclaré: « Le "toujours" est aussi un "pour toujours" - il n'y a plus de retour vers le privé. Ma décision de renoncer à l'exercice du ministère actif, ne révoque pas cela. Je ne retourne pas à la vie privée, à une vie de voyages, réunions, réceptions, conférences, etc. Je n'abandonne pas la croix, mais je reste de façon nouvelle auprès du Seigneur crucifié. Je ne porte plus le pouvoir d'office pour le gouvernement de l'Eglise, mais au service de la prière je reste, pour ainsi dire, dans la cour de Saint-Pierre» (Audience Générale de Benoît XVI, immense émotion ! - 27.02.2013).

S'il est vrai qu'avec sa démission, Benoît XVI a perdu toute espèce de juridiction, cela ne signifie pas que ce faisant, il est redevenu un simple fidèle ou, si l'on veut, un simple évêque à la retraite. On doit comprendre que le ministère pétrinien ne se réduit pas à l'exercice de l'autorité, mais a une dimension spirituelle (le «Service de la Prière»), qui se poursuit au-delà de la renonciation: c'est ce que Benoît XVI veut exprimer par sa retraite en clôture, avec son «gravir la montagne» pour prier pour l'Eglise. L'Eglise on la sert, oui, en la gouvernant, mais aussi, et peut-être surtout, en priant pour elle. L'endroit-même , qu'il a choisi pour offrir ce service («la cour de Saint-Pierre»), indique la continuité entre l'avant et l'après la renonciation. Peut-être le titre de «Pape émérite» veut-il aussi exprimer cette continuité.
 

Sources : Benoit-et-moi -  E.S.M.
Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 11.03.2013 - T/Benoît XVI

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante