ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Le pape Benoît XVI renonce à poursuivre son Pontificat

Le 11 février 2013 - (E.S.M.) - Le pape Benoît XVI a annoncé ce matin sa démission au ministère pétrinien à partir du 28 février.

Le pape Benoît XVI 

Le pape Benoît XVI renonce à poursuivre son Pontificat  

Le 11 février 2013 - E. S. M. - Le pape Benoît XVI a annoncé peu après 11 h 30 ce matin, sa démission au ministère pétrinien dans un discours prononcé en latin lors d'un consistoire au Vatican, lundi 11 février. Celle-ci devrait prendre effet à partir du 28 février, selon le porte-parole du Saint-Siège.

Frères très chers,

Je vous ai convoqués à ce Consistoire non seulement pour les trois canonisations, mais également pour vous communiquer une décision de grande importance pour la vie de l’Eglise. Après avoir examiné ma conscience devant Dieu, à diverses reprises, je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l’avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer adéquatement le ministère pétrinien. Je suis bien conscient que ce ministère, de par son essence spirituelle, doit être accompli non seulement par les œuvres et par la parole, mais aussi, et pas moins, par la souffrance et par la prière. Cependant, dans le monde d’aujourd’hui, sujet à de rapides changements et agité par des questions de grande importance pour la vie de la foi, pour gouverner la barque de saint Pierre et annoncer l’Evangile, la vigueur du corps et de l’esprit est aussi nécessaire, vigueur qui, ces derniers mois, s’est amoindrie en moi d’une telle manière que je dois reconnaître mon incapacité à bien administrer le ministère qui m’a été confié. C’est pourquoi, bien conscient de la gravité de cet acte, en pleine liberté, je déclare renoncer au ministère d’Evêque de Rome, Successeur de saint Pierre, qui m’a été confié par les mains des cardinaux le 19 avril 2005, de telle sorte que, à partir du 28 février 2013 à vingt heures, le Siège de Rome, le Siège de saint Pierre, sera vacant et le conclave pour l’élection du nouveau Souverain Pontife devra être convoqué par ceux à qui il appartient de le faire.

Frères très chers, du fond du cœur je vous remercie pour tout l’amour et le travail avec lequel vous avez porté avec moi le poids de mon ministère et je demande pardon pour tous mes défauts. Maintenant, confions la Sainte Eglise de Dieu au soin de son Souverain Pasteur, Notre Seigneur Jésus-Christ, et implorons sa sainte Mère, Marie, afin qu’elle assiste de sa bonté maternelle les Pères Cardinaux dans l’élection du Souverain Pontife. Quant à moi, puissé-je servir de tout cœur, aussi dans l’avenir, la Sainte Eglise de Dieu par une vie consacrée à la prière.

BENEDICTUS PP XVI

  
Vidéo

Renoncement de Benoît XVI, présentation de la situation à la presse par le P. Federico Lombardi - 11.02.2013
Renoncement de Benoît XVI - Solidarité du Sacré Collège - 11.02.2013

Vacance du siège apostolique : ce que dit le droit canon

Le code de droit canon prévoit deux dispositions en cas de vacance du siège pétrinien, la première en cas de décès d’un pape, la seconde en cas de renonciation. Sur la renonciation, le paragraphe 2 de l’article 332 précise : « S’il arrive que le Pontife Romain renonce à sa charge, il est requis pour la validité que la renonciation soit faite librement et qu’elle soit dûment manifestée, mais non pas qu’elle soit acceptée par qui que ce soit ».

En cas de vacance, voici ce que prévoit l’article 335 : « Quand le siège de Rome devient vacant ou totalement empêché, rien ne doit être innové dans le gouvernement de l’Église tout entière ; les lois spéciales portées pour ces circonstances seront alors observées ».

Quel rôle pour le collège cardinalice

A noter la constitution « Universi Dominici Gregis » (« Tout le troupeau du Seigneur ») signée par Jean-Paul II le 22 février 1996 et modifiée par un motu Proprio de Benoît XVI en 2007, qui fixait les règles à suivre en cas de vacance du siège apostolique.

Elle précise notamment que pendant la vacance du Siège apostolique, le Collège des cardinaux n’a aucun pouvoir ni aucune juridiction sur les questions qui sont du ressort du Souverain Pontife, durant sa vie ou dans l’exercice des fonctions de sa charge et que lorsque que le Siège apostolique est vacant, le gouvernement de l’Église est confié au Collège des cardinaux seulement pour expédier les affaires courantes.

Deux cardinaux auront un rôle-clé le 28 février à 20h :
-  le cardinal camerlingue, en l’occurrence le secrétaire d’état Tarcisio Bertone. Son rôle sera d’expédier les affaires courantes.
- le doyen du sacré collège, le cardinal Angelo Sodano. C’est lui qui sera chargé de présider les congrégations générales préparatoires à l’élection du nouveau pape. Il devra convoquer le conclave à Rome pour élire le nouveau pape et il présidera le conclave. Radio Vatican

 

Sources : www.vatican.va -  E.S.M.
© Copyright 2013 - Libreria Editrice Vaticana
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 11.02.2013- T/Benoît XVI

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante