ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Prendre un nouveau départ, note Benoît XVI, pour mener une autre vie

 

Rome, le 08 septembre 2007 - (E.S.M.) - Le baptême auquel le Baptiste appelle se distingue des ablutions religieuses habituelles. Il ne peut être répété et doit être l'accomplissement concret d'une conversion qui redéfinit pour toujours la vie entière.

Manuscrits de Qumran  -  Pour agrandir l'image: C'est ici

Prendre un nouveau départ, note Benoît XVI, pour mener une autre vie

Premier chapitre - Le Baptême de Jésus (p. 29 à 44)

Page précédente : 1) Israël vit une fois de plus l'obscurité de Dieu : Benoît XVI

2) Le Baptême pour mener une autre vie

(suite)
Des mouvements, des espoirs et des attentes antagonistes dominent le climat religieux et politique. À peu près à l'époque de la naissance de Jésus, Judas le Galiléen a appelé à une révolte qui fut réprimée dans le sang par les Romains. Son parti, celui des zélotes, qui continuait à exister, ne refuse ni la terreur ni la violence pour restaurer la liberté d'Israël. Benoît XVI nous dit qu'il n'est pas exclu que l'un ou l'autre parmi les douze apôtres, Simon le zélote et peut-être aussi Judas Iscariote, ait été partisan de ce mouvement. Les pharisiens, que nous rencontrons fréquemment dans les Évangiles, tentent de leur côté de mener une vie d'observance stricte des préceptes de la Torah et de se soustraire à la culture unifiée hellénistique et romaine, qui s'imposait quasiment d'elle-même sur le territoire de l'Empire romain et menaçait d'aligner Israël sur le mode de vie des peuples païens du reste du monde. Les sadducéens, qui font majoritairement partie de l'aristocratie et de la classe sacerdotale, s'efforcent de vivre un judaïsme éclairé, conforme au modèle spirituel de l'époque, et partant, de s'adapter à la domination romaine. Ils disparaîtront après la destruction de Jérusalem (70 ap. J.-C.), alors que le mode de vie adopté par les pharisiens trouvera une incarnation durable dans le judaïsme imprégné par la Mishna et le Talmud. Même si, dans les Évangiles, d'âpres oppositions mettent aux prises Jésus et les pharisiens, et même si sa mort en croix est en totale opposition avec le programme des zélotes, nous ne devons pas oublier, rappelle Benoît XVI, que les gens qui sont allés vers le Christ provenaient d'horizons très divers et que la communauté chrétienne primitive comprenait aussi beaucoup de prêtres et d'anciens pharisiens.

Le hasard d'une découverte archéologique dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale a permis de réaliser des fouilles à Qumran et de mettre au jour des textes qui, d'après certains spécialistes, sont reliés à un mouvement plus large, les esséniens, connus jusqu'alors seulement d'après des sources littéraires. Ce groupe s'était détourné du Temple d'Hérode et de son culte pour créer des communautés monastiques dans le désert de Judée, mais aussi des communautés de familles obéissant à des règles fondées sur la religion. Ils ont également laissé une littérature très riche et instauré des rites originaux comprenant notamment des ablutions liturgiques et des prières dites en commun. Nous sommes touchés par le sérieux et la foi dont témoignent ces écrits. Il semble, signale Benoît XVI, que Jean le Baptiste, mais aussi peut-être Jésus et sa famille étaient proches de cette communauté. En tout état de cause, les manuscrits de Qumran présentent de multiples analogies avec le message chrétien. Il n'est pas exclu que Jean le Baptiste ait vécu un certain temps au sein de cette communauté et qu'il lui doive une bonne partie de sa formation religieuse.

Il n'empêche que l'apparition du Baptiste demeure quelque chose de radicalement nouveau. Le baptême auquel il appelle se distingue des ablutions religieuses habituelles. Il ne peut être répété et doit être l'accomplissement concret d'une conversion qui redéfinit pour toujours la vie entière. Il est lié à un appel enflammé pour un nouveau mode de pensée et d'action, lié surtout à l'annonce du jugement de Dieu et à la venue d'un plus grand qui viendra après Jean. Le quatrième Évangile nous dit que cet être plus grand auquel il doit préparer la voie, le Baptiste « ne le connaissait pas » (cf. Jn 1, 30-33). Mais il sait que son rôle est de préparer la voie à cet Autre mystérieux et que toute sa mission est centrée sur lui.

Dans les quatre Évangiles cette mission spécifique est décrite par une citation d'Isaïe : « Une voix proclame : "Préparez à travers le désert le chemin du Seigneur. Tracez dans les terres arides une route aplanie pour notre Dieu" » (Is 40, 3). Marc ajoute encore des éléments associant Malachie 3, 1 et Exode 23, 20, que nous trouvons dans un autre contexte également chez Matthieu (11, 10) et chez Luc (1, 76 ; 7, 27) : « Voici que j'envoie mon messager en avant de toi, pour préparer la route » (Mc 1,2). Dans tous ces textes de l'Ancien Testament, il est question d'une intervention salvifique de Dieu, qui sort de son silence pour juger et sauver. C'est à lui qu'il faut ouvrir la porte, c'est pour lui qu'il faut préparer le chemin. La prédication du Baptiste donne une actualité à ces paroles d'espérance très anciennes : de grandes choses s'annoncent.

Benoît XVI note qu'il nous est permis d'imaginer l'impression extraordinaire que devaient nécessairement susciter la figure et le message du Baptiste dans l'atmosphère bouillonnante de la Jérusalem d'alors. Enfin un prophète réapparaissait, et sa vie elle-même était un témoignage. Enfin s'annonçait une nouvelle intervention de Dieu dans l'histoire. Jean baptise avec l'eau, mais un plus grand que lui, qui baptisera avec l'Esprit-Saint et le feu, est déjà sur le seuil. Ainsi nous n'avons nullement besoin de considérer que l'indication donnée par Marc est une exagération : « Toute la Judée, tout Jérusalem, venait à lui. Tous se faisaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain, en reconnaissant leurs péchés » (Mc 1, 5). La confession — la reconnaissance — des péchés appartient au baptême de Jean. Le judaïsme de l'époque connaissait plutôt des confessions formelles et générales, mais il n'ignorait pas la confession tout à fait personnelle, dans laquelle il faut énumérer un par un les actes fautifs  (J. Gnilka, Das Matthâusevangelium, I, p. 68, voir bibliograp p. 397). Dans cet exercice, il s'agit réellement de surmonter son existence antérieure peccamineuse, de prendre un nouveau départ pour mener une autre vie.

C'est ce que signifie le processus du baptême. On y trouve d'un côté une symbolique de la mort : le flot qui anéantit et détruit. Aux yeux de la pensée antique, l'océan était une menace permanente pour le cosmos, pour la terre, le flot originaire capable d'ensevelir toute vie. Par le biais de l'immersion, le fleuve intègre cette symbolique. Mais le cours d'eau est aussi symbole de vie. Les grands fleuves de la région — le Nil, l'Euphrate, le Tigre — sont des grands dispensateurs de vie. De même le Jourdain est source de vie pour sa région jusqu'à aujourd'hui. Il s'agit de purifier, de libérer l'homme de la boue du passé, qui pèse sur la vie et qui la défigure ; il s'agit d'un nouveau commencement, à savoir d'une mort et d'une résurrection, il s'agit de repartir à zéro pour mener une vie nouvelle. On pourrait donc dire, indique Benoît XVI, qu'il s'agit de renaître. Tout cela sera explicitement développé plus tard dans la théologie du baptême chrétien, mais les germes en sont déjà posés dans la descente dans les eaux du Jourdain et la remontée sur la rive.   (à suivre)

Tous les articles sur le livre "Jésus de Nazareth"
 

Sources:  www.vatican.va - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 08.09.2007 - BENOÎT XVI

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante