ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Le Motu Proprio de Benoît XVI dans le respect des uns et des autres

 

Le 07 septembre 2007 - (E.S.M.) - Benoît XVI invite à créer des ponts entre catholiques adeptes de l'une ou l'autre forme liturgique, afin que les passages de l'une à l'autre se fassent plus naturellement, sans heurts, dans le respect des uns et des autres.

Le cardinal Ratzinger célébrant la Messe de St Pie V  -  Pour agrandir l'image: c'est ici

Le Motu Proprio de Benoît XVI dans le respect des uns et des autres

Le pape Benoît XVI et la paix liturgique (deuxième partie - Pour lire la première partie: Benoît XVI)

L'axe du pontificat

Le rejet de tout esprit de rupture, dans le Magistère comme dans la liturgie, est sans doute l'axe principal de ce pontificat. Benoît XVI a lui-même tracé le chemin dans son très important et remarquable discours à la Curie romaine le 22 décembre 2005, dans lequel il oppose "l'herméneutique de la réforme, du renouveau dam la continuité", qui enrichit le message sans contradiction essentielle avec l'enseignement passé, et "l'herméneutique de la discontinuité et de la rupture". Pour Benoît XVI, le concile Vatican II et la réforme liturgique de 1970 s'inscrivent sans doute possible comme une étape dans une évolution homogène du Magistère. C'est un appel clair lancé aussi bien aux extrêmes « progressistes » que « traditionalistes » qui contestent le concile pour des raisons opposées : les premiers ont complètement dépassé les textes réels du concile et, au nom de ce fameux « esprit », lui ont fait dire ce qu'il n'a jamais dit; les seconds se sont bloqués contre des textes qu'ils jugent contradictoires avec le Magistère des deux siècles passés, malgré l'affirmation contraire du pape et des évêques unis à lui, seuls habilités à interpréter la conformité avec la tradition. Cette remise en cause de Vatican II concerne cependant essentiellement la frange des prêtres et fidèles de la Fraternité Saint-Pie X et de sa mouvance. Benoît XVI a rappelé sans ambages que la publication de son Motu proprio n'amenuisait en rien l'autorité du concile Vatican II. Au reste, l'immense majorité de ceux qui, en pleine communion avec l'Église, sont attachés à l'ancien Missel - particulièrement chez les plus jeunes qui n'ont connu ni Vatican II ni la réforme de 1970 - reconnaissent sans état d'âme cette autorité.

Dans Summorum Pontificum et la Lettre aux évêques, Benoît XVI reprend l'esprit de son discours à la Curie romaine du 22 décembre 2005 en l'appliquant à la liturgie: « II n'y a aucune contradiction entre l'une et l'autre édition du Missale Romanum. L'histoire de la liturgie est faite de croissance et de progrès, jamais de rupture. » Et Benoît XVI développe un point qui peut paraître anodin mais qui est en réalité d'une grande importance pour comprendre la réforme de Paul VI : « Le Missel romain promulgué par Paul VI est l'expression ordinaire de la "lex orandi" (la règle de ce qu'il faut dire dans la prière) de l'Église catholique de rite latin. Le Missel romain promulgué par saint Pie V et réédité par le bienheureux Jean XXIII doit être considéré comme l'expression extraordinaire de la même "lex orandi" de l'Église et être honoré en raison de son usage vénérable et antique. Ces deux expressions de la "lex orandi" de l'Église n'induisent aucune division de la "lex credendi" (la règle de ce qu'il faut croire) de l'Église; ce sont en effet deux mises en œuvre de l'unique rite romain » (art. 1). Il n'y a donc pas deux rites romains, mais un seul rite romain ayant deux formes qui ne se contredisent pas. Dans le Motu proprio comme dans la Lettre aux évêques, Benoît XVI rappelle comme une évidence que le Missel de 1962 n'a jamais été « abrogé » (dans la lettre, il précise «juridiquement »).

Cette précision est essentielle et rassurante, car reconnaissons qu'elle n'a jamais été la version « officielle ». L'argument d'autorité jusqu'alors était plutôt d'affirmer que le Missel de 1970, n'étant qu'une réforme du précédent comme il y en eut tant dans le passé, se substituait naturellement à lui, lequel n'avait donc plus lieu d'être: si tel avait été le cas, alors l'ancienne forme aurait été automatiquement abrogée et remplacée par la nouvelle. C'est ce qu'a dit explicitement Paul VI le 24 mai 1976: « Le nouvel Ordo a été promulgué pour être substitué à l'ancien, après mûre réflexion, et à la suite des instances du concile Vatican II ». La réalité, cependant, ne s'opposait-elle pas à cette interprétation ? En effet, aucune réforme dans le passé n'avait abouti à un tel bouleversement de l'esprit et de la pratique de la liturgie, le cardinal Ratzinger est souvent revenu dans ses livres sur cet aspect de la réforme : « à la place de la liturgie fruit d'un développement continu, on a mis une liturgie fabriquée » (2). Il est même allé plus loin : « Je suis convaincu que la crise de l'Église que nous vivons aujourd'hui repose largement sur la désintégration de la liturgie » (3). On pouvait donc penser que malgré la volonté originelle du législateur, on avait abouti dans les faits, non à une simple réforme comme dans le passé, mais à la création d'un nouveau rite, laissant ainsi l'ancien subsister naturellement, la nature de l'Église ne permettant pas la disparition d'un seul coup d'une telle tradition liturgique. Une telle hypothèse ne rendait évidemment pas illégitime le principe même de la réforme voulue par Paul VI; lorsque le cardinal Ratzinger évoque ici ou là « une liturgie fabriquée », il n'en tire jamais la conclusion que le nouveau Missel est illégitime ou déficient.

Le pape, en affirmant l'unicité du rite romain, a désormais clairement tranché cette question. La cohabitation de deux formes liturgiques d'un même rite romain est une situation inédite. Certes, il y a toujours eu de nombreux rites dans l'Église - surtout en Orient mais aussi chez les Latins -, preuve que la cohabitation n'est pas un phénomène nouveau en soi, mais c'est la première fois que deux formes liturgiques s'adressent aux mêmes fidèles d'une même zone géographique. Est-ce pour autant une source de division ou de discorde dans les diocèses ? Benoît XVI ne le pense pas et l'expérience du Motu proprio Ecclesia Dei Adflicta le démontre également : là où les évêques ont « généreusement » et paternellement accueilli les fidèles attachés au Missel de Jean XXIII comme Jean-Paul II le leur demandait, il n'y a eu ni désordre, ni fracture. Et plus l'accueil a été généreux, plus l'intégration dans la vie du diocèse a été facile. Les cas de dissension et de conflit se sont manifestés là où la demande des fidèles a été ignorée ou rejetée. Le critère d'unité des catholiques, au demeurant, n'est pas principalement liturgique mais repose d'abord sur la même foi publiquement professée. Il n'y a donc aucune raison que la cohabitation des deux formes du rite romain entraîne des divisions.

Allons plus loin. Dans notre époque « multiculturelle » l'existence sur un même territoire de ces deux formes liturgiques ne peuvent-elles pas être en réalité une chance pour l'Église et l'évangélisation ? C'est l'idée développée en 1998 par le Père Serge-Thomas Bonino, op: « la coexistence, dans nos Églises occidentales, de deux rites (ou si l'on veut de deux états d'un même rite, car le rite de Paul VI n 'est pas un autre rite que le rite latin) se justifie ultimement par la coexistence en leur sein de deux cultures différentes, une culture plus marquée par la modernité et une culture plus traditionaliste, l'une et l'autre légitimes aux yeux de la foi, même si on peut légitiment s'interroger sur leur valeur respective. [...] On peut donc penser que la réforme liturgique voulue par Vatican II a été bonne dans son contexte et garde sa valeur pour une majorité de chrétiens, façonnés par le modèle culturel de la modernité. Il reste que pour une minorité, qui se réclame d'un autre modèle culturel, l'attachement à une liturgie tridentine qui, par son sens de la tradition et sa mise en œuvre d'une certaine "verticalité" est en forte consonance avec la culture traditionaliste, peut largement se justifier » (4).

Quoi qu'il en soit, Summorum Pontificum crée une situation nouvelle et reconnaît les catholiques attachés aux anciennes formes liturgiques comme des membres de l'Église à part entière. Son esprit est néanmoins de pousser les uns et les autres à faire chacun un pas vers l'autre, les efforts de communion ne pouvant être à sens unique. Si le Missel de Jean XXIII a toute sa place, s'il préserve un trésor liturgique, il ne s'oppose pas à celui de Paul VI et Benoît XVI en tire une conclusion logique: « Évidemment, pour vivre la pleine communion, les prêtres des communautés qui adhèrent à l'usage ancien ne peuvent pas non plus, par principe, exclure la célébration selon les nouveaux livres. L'exclusion totale du nouveau rite ne serait pas cohérente avec la reconnaissance de sa valeur et de sa sainteté. » Le refus par principe de célébrer le nouvel Ordo n'a plus aucune raison d'être et serait ouvertement contraire à l'esprit du texte promulgué par le pape : il existe aujourd'hui une garantie romaine en faveur du Missel traditionnel qui devrait faire disparaître le principal obstacle psychologique des derniers réfractaires.

Benoît XVI invite à créer des ponts entre catholiques adeptes de l'une ou l'autre forme liturgique, afin que les passages de l'une à l'autre se fassent plus naturellement, sans heurts, dans le respect des uns et des autres. Il va même plus loin: « les deux formes d'usage du rite romain peuvent s'enrichir réciproquement: dans l'ancien Missel pourront être et devront être insérés les nouveaux saints, et quelques-unes des nouvelles préfaces. [...] Dans la célébration de la Messe selon le Missel de Paul VI, pourra être manifestée de façon plus forte que cela ne l'a été souvent fait jusqu'à présent, cette sacralité qui attire de nombreuses personnes vers la forme ancienne du rite romain. » II y a longtemps, déjà, que le cardinal Médina, ancien préfet de la Congrégation pour le Culte divin, suggérait la possibilité d'intégrer le nouveau calendrier et le cycle triennal de lecture dans l'ancien Missel (5). Cela pourrait assurément faciliter pour les prêtres et les fidèles le passage d'un Missel à l'autre.

Inversement, pour suivre la volonté du pape, outre un strict respect des rubriques qui exclut toute innovation personnelle, pourquoi ne pas suivre ses propositions exprimées dans L'esprit de la liturgie (6), en commençant par réorienter progressivement la liturgie en incitant la célébration du nouvel Ordo « dos au peuple », ou plus précisément « face à Dieu » ? Cette seule mesure est de nature à changer assez profondément l'esprit de la liturgie actuelle. Il serait bon aussi d'encourager l'utilisation du kyriale en latin et grégorien. Enfin, on pourrait proposer la communion sur la langue (qui reste toujours la norme) et réglementer la concélébration qui est bien trop systématique (voire obligatoire) actuellement. Dans le Missel de Paul VI, rien n'impose la célébration « face au peuple », l'utilisation exclusive de la langue vernaculaire ou la communion dans la main. De telles mesures seraient donc totalement compatibles avec le Missel actuel tel qu'il est promulgué.

Un tel mouvement dans l'un et l'autre sens contribuerait encore davantage à la paix liturgique et préparerait le terrain à moyen ou long terme pour cette fameuse « réforme de la réforme » souhaitée par Benoît XVI quand il n'était que cardinal. Sans doute ce Motu proprio générera-t-il ici ou là d'inévitables tensions. Il n'en demeure pas moins un appel pressant à la paix, à la réconciliation au sein de l'Église, à la reconnaissance de l'autre avec ses différences légitimes. Cela ne se fera pas du jour au lendemain. Cette paix interne est nécessaire pour la crédibilité de l'Église et pour ce qui, aujourd'hui comme hier, est sa priorité absolue: l'évangélisation. Il nous faut toucher les cœurs de ces foules immenses qui ignorent l'Amour de Dieu — et l'expérience montre que la liturgie traditionnelle a une dimension missionnaire certaine auprès des âmes. Dans cette tâche immense, les deux formes liturgiques du rite romain ont chacune un rôle conformément à la parole du Christ qui est aussi la devise de La Nef: « II y a des demeures nombreuses dans la maison de mon Père » (Jn 14, 2).

par Christophe Geffroy

(2) Préface à La réforme liturgique en question, de Mgr Klaus Gamber, Éditions Sainte-Madeleine, 1992, p. 8. (3) Ma vie. Souvenirs 1927-1977, Fayard, 1998, p. 135. (4) Enquête sur la messe traditionnelle, La Nef, hors série n°6, 1998, p. 255 et 257. (5) Cf. entretien à La Nef n°16l de juin 2005, p. 15. (6) Ad Solem, 2001.

Table : Motu Proprio

Sources:  La Nef - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 07.09.2007 - BENOÎT XVI - Table Motu Proprio

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante