ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Motu Proprio de Benoît XVI, précisions du card. Hoyos

 

Rome, le 06 avril 2008 - (E.S.M.) - Le cardinal Dario Castrillón Hoyos a accordé un entretien dans lequel il explique, à propos du Motu proprio de Benoît XVI, qu'il ne s'agit pas d'un retour au passé mais plutôt d'un progrès.

Le cardinal Dario Castrillón Hoyos

Motu Proprio de Benoît XVI, précisions du card. Hoyos

Dans un entretien accordé à L’Osservatore Romano du 28 mars, le cardinal Dario Castrillón Hoyos, président de la Commission pontificale Ecclesia Dei, formule une double appréciation sur les réactions au Motu Proprio. De façon inversement proportionnelle, selon qu’il s’agit des réactions des évêques ou de celles des traditionalistes, il minimise l’hostilité des premiers et amplifie la satisfaction des seconds, oubliant qu’une animosité mitrée ne peut guère provoquer un élan enthousiaste de la part des fidèles visés.

Selon lui, les difficultés soulevées par l’attitude des évêques ne sont que des exceptions, car la majeure partie d’entre eux est d’accord avec la décision du pape. Les difficultés sont plutôt d’ordre pratique : il est nécessaire de leur faire comprendre qu’il ne s’agit pas d’un retour au passé mais bien d’un progrès, puisque le Motu Proprio met à leur disposition deux richesses – les deux formes ordinaire et extraordinaire -, là où ils n’en avaient qu’une jusqu’à présent. Certes des problèmes se posent, mais dans un sens positif. Par exemple, le cas d’un célébrant qui n’aurait pas la préparation ou la sensibilité culturelle requise, car il y a des prêtres originaires d’aires linguistiques très éloignées de la latinité ; cela ne constitue pas un refus, ce n’est que la présentation d’une vraie difficulté qui doit être surmontée. C’est pourquoi la Commission Ecclesia Dei réfléchit déjà au moyen de venir en aide aux séminaires et aux diocèses dans la formation à la célébration traditionnelle, selon des modalités qui sont encore à l’étude.

Le cardinal Hoyos affirme que les difficultés constatées s’expliquent plutôt par une certaine méconnaissance du Motu Proprio de la part de ses destinataires, les prêtres et les fidèles. Ainsi certains demandent la permission de célébrer ou d’assister à la messe tridentine, comme s’il s’agissait d’une concession ou d’un cas exceptionnel, alors que le document du pape est clair : il n’y a pas besoin de permission. Car Benoît XVI offre à tous les prêtres la possibilité de célébrer la messe traditionnelle et aux fidèles le droit d’assister à ce rite selon les conditions spécifiées dans le Motu Proprio.

A propos des catholiques attachés à la messe tridentine, le prélat colombien affirme que, grâce au Motu Proprio, nombreux sont ceux qui ont demandé de revenir à la pleine communion et que certains sont déjà revenus. Mais il ne cite que la trentaine de religieuses de l’Oasis de Jésus Prêtre en Espagne, et parle sans donner de précision de groupes d’Américains, d’Allemands et de Français en voie de régularisation. Il évoque le cas de prêtres de la Fraternité Saint-Pie X ayant déjà signé une formule d’adhésion nécessaire à leur réintégration, mais ces signatures ont été données pour la plupart avant le Motu Proprio.

S’agissant du Concile Vatican II, la critique qu’en fait la Fraternité Saint-Pie X porte, aux yeux du cardinal, sur le manque de clarté de certains textes, ce qui ouvre la voie à une interprétation divergente au regard de la doctrine traditionnelle. Selon lui, les difficultés ne sont qu’interprétatives, ou elles ne portent que sur quelques gestes œcuméniques, mais pas sur l’enseignement de Vatican II lui-même. Aussi considère-t-il qu’il s’agit de discussions théologiques qui peuvent avoir lieu à l’intérieur de l’Église, où existent déjà plusieurs discussions ayant pour but d’interpréter les textes conciliaires. Rien n’empêche que ces discussions se poursuivent avec les groupes qui reviennent à la pleine communion. (Source : L’Osservatore Romano)

Le Motu Proprio Le texte officiel et tous les commentaires
 

Sources :  www.vatican.vaL’Osservatore Romano - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 06.04.08 - T/M.P.

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante