ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Homélie de Benoît XVI en ce premier dimanche 2008

 

Cité du Vatican, le 06 janvier 2008 - (E.S.M.) - A 10h aujourd'hui, en la Solennité de l'Epiphanie du Seigneur, le Saint Père Benoît XVI a célébré la Sainte Messe dans la Basilique du Vatican.Voici le texte de l'homélie que le Pape a prononcée après la proclamation du Saint Évangile et de l'annonce du jour de Pâques, qui cette année, sera célébré le 23 Mars :

Le pape Benoît XVI

Homélie de Benoît XVI en ce premier dimanche 2008

A 10h aujourd'hui, en la Solennité de l'Epiphanie du Seigneur, le Saint Père Benoît XVI a célébré la Sainte Messe dans la Basilique du Vatican.
Voici le texte de l'homélie que le Pape a prononcée après la proclamation du Saint Évangile et de l'annonce du jour de Pâques, qui cette année, sera célébré le 23 Mars :

Texte intégral de l'homélie du Saint Père

Chers frères et sœurs,

Nous célébrons aujourd'hui le Christ, Lumière du monde, et sa manifestation aux personnes. Le jour de Noël le message de la liturgie sonnait ainsi : « Hodie descendit lux magna super terram - Aujourd'hui une grande lumière descend sur la terre » (Missale-romanum). À Bethléem, cette « grande lumière » apparut à un petit noyau de personnes, une minuscule « partie d'Israël » : la Vierge Marie, son époux Joseph et quelques bergers. Une lumière humble, du style du vrai Dieu, une petite flamme allumée dans la nuit, un nouveau né fragile qui pleure dans le silence du monde. L'hymne de louange des foules célestes qui chantaient, Gloire et paix, accompagnait cette naissance cachée et inconnue (cfr Lc 2.13-14).

Aussi cette lumière si modeste soit-t-elle dans son apparence sur la terre se projetait puissamment dans  les cieux. La naissance du Roi des juifs avait été annoncée par l'apparition d'une étoile visible de très loin. Ce fut ceci le témoignage de quelques mages venus d'orient à Jérusalem, peu après la naissance de Jésus, au temps du roi Hérode (cfr Mt 2.1-2). Encore une fois, se référent et se répondent, le ciel et la terre, le cosmos et l'histoire. Les antiques prophéties trouvent leurs origines dans le langage des astres. Une étoile surgit de Jacob et un sceptre vient d'Israël (Nm 24.17) avait annoncé le voyant païen Balaam, appelé à maudire le peuple d'Israël et qui au contraire l'a béni parce que, Dieu lui avait révélé, ce peuple est béni. Chromace d'Aquiléee dans son commentaire de l'Évangile de saint Matthieu, met en relation Balaam avec les mages. Celui-ci prophétisa que le Christ serait venu, les autres sont allés le voir avec les yeux de la foi. Et il ajoute une importante observation: l'étoile était visible de tous mais tout le monde n'en a pas compris le sens. De la même manière, le Seigneur est notre Sauveur, est né pour tout le monde, mais tout le monde ne l'a pas accueilli. C'est ici qu'apparaît la signification dans la perspective historique du symbole de la lumière appliqué à la naissance du Christ. Il exprime la bénédiction spéciale de Dieu, sur la descendance d'Abraham, destinée à s'étendre à tous les peuples de la terre.

L'évènement évangélique que nous commémorons dans l'Épiphanie, la visite des mages à l'Enfant Jésus à Bethléem, nous renvoie aux origines de l'histoire du peuple de Dieu, c'est à dire à l'appel d'Abraham. Nous sommes au 12e chapitre du livre de la genèse. Les 11 premiers chapitres sont comme de grandes fresques qui répondent à quelques-unes des questions fondamentales de l'humanité : quelle est l'origine de l'univers et du genre humain ? D'où vient le mal ? Pourquoi existe-t-il différentes langues et civilisations ?

Parmi les récits du début de la bible, apparaît une première "alliance" établie entre Dieu et Noé, après le déluge. Il s'agit d'une alliance universelle qui concerne toute l'humanité : le nouveau pacte avec la famille de Noé, est aussi un pacte avec "toute chair" - pour utiliser le langage biblique - il est avec tout être humain. Mais avant l'appel d'Abraham, on trouve une autre grande fresque, très importante pour comprendre le sens de l'Épiphanie". Cette fresque, c'est celle de la tour de Babel. Les textes sacrés affirment qu'à l'origine, "Tout le monde se servait d'une même langue et des mêmes mots." (Gn 11.1). Puis les hommes dirent : "venez, construisons-nous une cité, et une tour dont la cime touche le ciel et faisons-nous un nom et ne soyons pas dispersés sur toute la terre" (Gn 11.4). La conséquence de ce péché d'orgueil analogue à celui d'Adam et d'Ève, fut la confusion des langues et la dispersion de l'humanité sur toute la terre  (cfr Gn 11.7-8). C'est cela que signifie Babel et ce fut une sorte de malédiction, semblable à l'expulsion du paradis terrestre.

C'est à ce point que débute l'histoire de la bénédiction avec l'appel d'Abraham, c'est ici que commence le grand dessein de Dieu pour faire de l'humanité, une famille à travers l'alliance avec un peuple nouveau, choisi, pour lui, pour qu'il soit une bénédiction au milieu de tous les peuples (cfr Gn 12.1-3). Ce plan divin, qui est toujours en cours, il a eu son moment culminant dans le mystère du Christ, il y a 2000 ans. Depuis lors, ont commencé les derniers temps, dans le sens que le dessein a été pleinement révélé et réalisé dans le Christ, mais il demande à être accueilli dans l'histoire.  Une histoire qui reste toujours une histoire de fidélité de la part de Dieu et malheureusement aussi d'infidélités de la part de nous, les hommes. L'Église même, dépositaire de la bénédiction, est sainte et composée de pécheurs, marquée par la tension entre le déjà et le pas encore, dans la plénitude des temps. Jésus Christ est venu porter à terme l'alliance. Lui-même vrai Dieu et vrai homme est le sacrement de la fidélité de Dieu à son dessein de salut pour l'humanité entière.

L'arrivée des mages depuis l'orient jusqu'à Bethléem pour adorer le nouveau né, le Messie, est le signe de la manifestation du Roi universel au peuple et à tous les hommes qui recherchent la Vérité. C'est le début d'un mouvement opposé à celui de Babel, de la confusion vers la compréhension, de la dispersion vers la réconciliation. On trouve ainsi un lien entre l'Épiphanie et la Pentecôte. Si la naissance du Christ qui est la tête, est aussi la naissance de l'Église, son corps, nous voyons alors dans les mages, les peuples qui se joignent au reste d'Israël en pré annonçant le grand signe de l'Église polyglotte, réalisé par l'Esprit-Saint, 50 jours après Pâques. L'amour fidèle et tenace de Dieu qui ne manque jamais à son alliance, de générations en générations, c'est çà le mystère dont nous parle saint Paul dans ses lettres et aussi dans la lettre aux Éphésiens que nous avons écoutée, il y a peu de temps : l'apôtre affirme qu'un tel mystère, a été porté à sa "connaissance par révélation" (Ep 3.2) et qu'il l'a chargé de  le faire connaître à tous les gens, à tous les peuples "

Ce mystère constitue l'espérance de l'histoire. Ce mystère est aussi contrasté par des poussées de divisions et d'oppressions qui lacèrent l'humanité à cause du péché et du conflit d'égoïsme. L'Église est au service de ce mystère de bénédiction pour l'humanité tout entière. Elle assume pleinement sa mission, seulement quand elle reflète en elle-même la lumière du Christ et qu'elle est aussi une aide pour les peuples du monde sur le chemin de la paix et du progrès authentique.

De fait, la parole de Dieu reste toujours valide, celle révélée par le biais du prophète Isaïe, les ténèbres couvrent la terre et l'obscurité les peuples. Mais sur Toi resplendit le Seigneur, mais sur Toi, Sa gloire apparaît. Quand le prophète annonce à Jérusalem, il se réalise dans l'Église du Christ. Des nations marchent à ta lumière et des rois à la clarté de tes rayons. Avec le Christ, la bénédiction d'Abraham s'est étendue à tous les peuples, à l'Église universelle comme le nouvel Israël qui accueille en son sein l'humanité tout entière. Aujourd'hui, aussi toutefois, il est encore vrai comme disait le prophète que l'obscurité couvre les nations. On ne peut pas dire de fait, que la globalisation soit synonyme d'ordre mondial, bien au contraire, les conflits pour la suprématie économique et le contrôle des ressources énergétiques hydriques et des matières premières, rendent difficile le travail de ceux qui à tous les niveaux, s'efforcent de construire un monde juste et solidaire. Il y a un grand besoin d'une espérance plus grande, qui permette de préférer le bien commun de tous au luxe de quelques-uns et à la misère de beaucoup. Cette grande espérance, je l'ai écrit dans l'encyclique "Spe Salvi" doit être seulement Dieu et pas un Dieu quelconque, mais ce Dieu qui possède un visage humain (n. 31), le Dieu qui s'est manifesté dans l'Enfant de Bethléem et dans le crucifié ressuscité.

S'il existe une grande espérance, on peut alors persévérer dans la sobriété. Si l'espérance vient à manquer, on cherche le bonheur dans l'ébriété et dans le superflus, dans les excès et l'on va à notre propre perte et à la perte du monde. La modération n'est pas seulement une règle ascétique mais aussi un chemin de salut pour l'humanité.

Il est désormais évident, qu'uniquement en adoptant un style de vie sobre accompagné par un engagement sérieux, pour une juste redistribution des richesses, il sera possible d'instaurer un ordre de développement juste et durable. Pour se faire, on a besoin d'hommes qui nourrissent une grande espérance et qui possèdent également beaucoup de courage. Le courage des mages qui entreprirent un long voyage en suivant une étoile, et qui surent s'agenouiller devant un Enfant pour Lui offrir leurs dons précieux. Nous avons tous besoin de ce courage, ancré à une solide espérance. Que Marie nous l'obtienne, en nous accompagnant dans notre pèlerinage terrestre avec sa protection maternelle. Amen !

Texte original de l'homélie du Saint Père Italien
Regarder la vidéo en italien

Sources:  www.vatican.va- (© traduction E.S.M.)

© Copyright 2007du texte original - Libreria Editrice Vatican

Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 06.01.2008 - BENOÎT XVI

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante