ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Paul en notre carême

 

Le 02 mars 2009  - (E.S.M.) - Cette année, dans son message pour le Carême, le Pape Benoît XVI nous a invités à nous mettre dans le sillage de l’apôtre Paul, éclaireur exceptionnel pour suivre la voie du Christ.

Saint Paul

Paul en notre carême

Editorial de Gérard Leclerc

Le 02 mars 2009  - Eucharistie Sacrement de la Miséricorde - Après toutes ces semaines où l’Église s’est trouvée bousculée par la polémique, le carême s’offre à nous, pour nous recentrer dans la foi. De plus, cette année, le Pape Benoît XVI nous a invités à nous mettre dans le sillage de l’apôtre Paul, éclaireur exceptionnel pour suivre la voie du Christ. Après vingt siècles, l’auteur des épîtres est toujours le même guide qui nous permet de comprendre à quel point notre existence se trouve transfigurée par le mystère de la Croix et de la Résurrection. L’apôtre des nations, fondateur d’Églises, s’offre à nous, en cette période précise, pour nous imprégner de l’essentiel et nous détourner de toutes les impasses où l’on tente de nous engager, comme pour nous débarrasser de ce qui fait notre seule raison d’être. Et, puisque le concile Vatican II est sans cesse évoqué dans les polémiques, il est bon de rappeler que la constitution Lumen Gentium, qui figure en tête de ses actes, se réfère précisément à Paul, dès son introduction, notamment pour citer l’Épître aux Romains qui restitue le sens de l’incarnation et de la rédemption : « Tous ceux qu’il a choisis, le Père, avant tous les siècles, les a distingués et prédestinés à reproduire l’image de son Fils pour qu’il soit le premier-né parmi une multitude de frères » (Col. 1.15).

À partir de cette unique norme, la vocation de l’Église, telle qu’elle se dessine dans le monde d’aujourd’hui, n’est susceptible d’aucun dérapage. La modernité et la Réforme n’y font rien. Le peuple que Dieu s’est choisi ne s’en remet qu’à Dieu. Peut-être, est-ce parce qu’on l’a parfois oublié que la dissidence intégriste a pu prendre forme ? Et, puisqu’on a si souvent invoqué le rapprochement avec le judaïsme, il convient aussi de rappeler avec l’apôtre que le peuple de la Promesse est, selon l’expression du cardinal Lustiger, « le peuple de la désappropriation ». Et le Cardinal ajoutait : « Par la foi en Christ, fils obéissant et ressuscité, accomplissement d’Israël, des fils et des filles viennent de toutes les nations et ont accès à l’Ecclésia, à la grâce, à la mission d’Israël » (La Promesse, Parole et Silence, 2002). Le dialogue avec le monde et les autres religions est un dialogue de salut. Il invite à la bienveillance, à la reconnaissance des biens présents dans tous les héritages. De même, l’immersion des chrétiens dans la civilisation contemporaine s’inscrit dans la recherche de la plus grande fraternité. Mais en tout, la foi demeure la lumière qui permet de comprendre et d’unir. La modernité est notre univers à nous comme l’était l’Empire romain pour Paul. Elle est autant à convertir que l’était l’Empire fier de toutes ses richesses. C’est la mission dévolue depuis toujours à l’Église et réaffirmée dans toute sa force par Vatican II.

 Gérard LECLERC
 
 ► Message de Benoît XVI pour le Carême 2009

Sources : francecatholique

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 02.03.2009 - T/Benoît XVI

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante