ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

L'Encyclique de Benoît XVI,"Spe Salvi facti sumus" est une grande fresque sur l'Espérance

 

VATICAN, le 01 décembre 2007 - (E.S.M.) - L'Encyclique du pape Benoît XVI est un texte dynamique, qui compte 50 paragraphes, qui comprend une définition ample de l’espérance chrétienne, avec de nombreuses précisions et corrections d’erreurs dans la conception de cette vertu, et une deuxième partie intitulée "Les lieux de apprentissage et de la pratique de l’espérance".

L'Encyclique à la signature en la fête de saint André

L'Encyclique de Benoît XVI,"Spe Salvi facti sumus" est une grande fresque sur l'Espérance

“SPE SALVI”, la deuxième Encyclique de Sa Sainteté Benoît XVI

Elle est une grande fresque sur l’Espérance chrétienne, la nouvelle Encyclique du Saint-Père le Pape Benoît XVI, «  Spe Salvi facti sumus  », « Dans l’espérance nous avons été sauvés » (cf. Romains 8, 24) est son titre, et on peut croire qu’elle occupera grandement le temps et l’étude des chrétiens et des hommes de bonne volonté. Après nous avoir donné “Deus Caritas est”, sur la Charité, le Saint-Père donne à l’Église un texte sur la vertu d’espérance, celle que Péguy appelait « la petite fille » parmi les trois vertus théologales, qui semble porter dans sa main les plus grandes, la foi et la charité, mais qui, en réalité, les conduit et les soutient toutes les deux.

Il s’agit d’un texte dynamique, qui compte 50 paragraphes, qui n’est pas subdivisé officiellement en parties mais qui, en fait, comprend une définition ample de l’espérance chrétienne, avec de nombreuses précisions et corrections d’erreurs dans la conception de cette vertu, et une deuxième partie intitulée « Les lieux d'apprentissage et de la pratique de l’espérance », dans laquelle se manifeste la paternité et le soutien pastoral du Pape Benoît XVI envers ses enfants et envers tous les hommes, pour retourner, en tant qu’Église, à éduquer à l’espérance.

Les 13 premiers numéros sont une analyse passionnée biblique et théologique de l’espérance. Le Pape demande : « mais de quel genre d'espérance s'agit-il pour pouvoir justifier l'affirmation selon laquelle, à partir d'elle, et simplement parce qu'elle existe, nous sommes rachetés ? Et de quel genre de certitude est-il question ? » (n° 1). Et il en ressort, en toute évidence, que l’espérance chrétienne est certitude, et non pas doute, fondée sur la foi, et même que « l’espérance est l’équivalent de la foi » (n°2). L’espérance est alors une Personne, c’est le Christ lui-même, parce seul celui qui est capable d’offrir une espérance qui dépasse même la mort, donne la véritable espérance !

La vie éternelle est alors la vraie mesure de l’espérance humaine. La lutte contre la mort, se libérer de la mort, a toujours représenté un élément qui caractérise l’expérience humaine ; « Mais alors se fait jour la question suivante: voulons-nous vraiment cela - vivre éternellement ? Peut-être aujourd'hui de nombreuses personnes refusent-elles la foi simplement parce que la vie éternelle ne leur semble pas quelque chose de désirable. Ils ne veulent nullement la vie éternelle, mais la vie présente, et la foi en la vie éternelle semble, dans ce but, plutôt un obstacle. Continuer à vivre éternellement - sans fin - apparaît plus comme une condamnation que comme un don. Certainement on voudrait renvoyer la mort le plus loin possible. Mais vivre toujours, sans fin - en définitive, cela peut être seulement ennuyeux et en fin de compte insupportable » (n° 10)

Le Saint-Père nous conduit ainsi à une question radicale, à la question fondamentale de toute existence humaine : « Il y a clairement une contradiction dans notre attitude, qui renvoie à une contradiction intérieure de notre existence elle-même. D'une part, nous ne voulons pas mourir; surtout celui qui nous aime ne veut pas que nous mourions. D'autre part, nous ne désirons même pas cependant continuer à exister de manière illimitée et même la terre n'a pas été créée dans cette perspective. Alors, que voulons-nous vraiment ? Ce paradoxe de notre propre attitude suscite une question plus profonde: qu'est-ce en réalité que la « vie »? Et que signifie véritablement « éternité »? » (n°11). La réponse à ces questions occupe une grande partie du cheminement du texte, et c’est un parcours extraordinairement fascinant qui amène le lecteur non seulement à approfondir ses propres connaissances, mais aussi à faire une grande introspection, et à une confrontation avec lui-même et avec la signification radicale de sa propre existence.

L’analyse historique du développement du concept d’espérance du temps moderne (nn.16-23) apporte une grande contribution, critique même, sur les dérives d’une pensée qui, réduite de manière anthropocentrique, en mesurant tout sur l’homme, a fini par vouloir exclure Dieu. C’est l’idéologie du progrès, qui a trompé, et qui trompe l’homme, qui se présente avec une clarté extraordinaire, en partant des idées de Bacon, dont on en arrive à dire : « Francis Bacon et les adeptes du courant de pensée de l'ère moderne qu'il a inspiré, en considérant que l'homme serait racheté par la science, se trompaient » (n° 25).

Benoît XVI, en grand connaisseur du cœur et des réalités de l’homme, déclare : « Ce n'est pas la science qui rachète l'homme. L'homme est racheté par l'amour. Cela vaut déjà dans le domaine purement humain. Lorsque quelqu'un, dans sa vie, fait l'expérience d'un grand amour, il s'agit d'un moment de « rédemption » qui donne un sens nouveau à sa vie. Mais, très rapidement, il se rendra compte que l'amour qui lui a été donné ne résout pas, par lui seul, le problème de sa vie. Il s'agit d'un amour qui demeure fragile. Il peut être détruit par la mort. L'être humain a besoin de l'amour inconditionnel. Il a besoin de la certitude qui lui fait dire: « Ni la mort ni la vie, ni les esprits ni les puissances, ni le présent ni l'avenir, ni les astres, ni les cieux, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu qui est en Jésus Christ » (Rm 8, 38-39) » ; « Ou encore: nous avons besoin des espérances - des plus petites ou des plus grandes - qui, au jour le jour, nous maintiennent en chemin. Mais sans la grande espérance, qui doit dépasser tout le reste, elles ne suffisent pas. Cette grande espérance ne peut être que Dieu seul, qui embrasse l'univers et qui peut nous proposer et nous donner ce que, seuls, nous ne pouvons atteindre » (n.31).

Toute l’analyse faite par l’encyclique est de grande importance, sur le rapport entre l’espérance et la liberté, dans laquelle on affirme que, avoir voulu réduire l’espérance dans les limites étroites des réalités mondaines, dans ce qui est humainement réalisable, en excluant la dimension salvifique d’une espérance qui n’est pas seulement le fruit de l’action et du progrès humain, dans une conception qui est de fait auto-rédemptrice, a déterminé aussi la réduction de la liberté : « il reste vrai qu'une espérance qui ne me concerne pas personnellement n'est pas non plus une véritable espérance. Et il est devenu évident qu'il s'agissait d'une espérance contre la liberté, parce que la situation des choses humaines dépend pour chaque génération, de manière renouvelée, de la libre décision des hommes qui la composent. Si, en raison des conditions et des structures, cette liberté leur était enlevée, le monde, en définitive, ne serait pas bon, parce qu'un monde sans liberté n'est en rien un monde bon » (n° 30).

Dans la préoccupation du Pasteur de l’Église Universelle d’indiquer à tous ses enfants et aux hommes de bonne volonté, où et comment « on apprend » l’espérance, le Saint-Père distingue trois « lieux » fondamentaux : en premier lieu la Prière (nn.32-34), puis l’action et la souffrance humaine (nn.35-40), et, enfin, le Jugement dernier (nn.41-48). Le texte se termine par une fresque extraordinaire consacrée à la Très Sainte Vierge Marie, « Étoile de l’Espérance » (nn.48-50).

L'Encyclique "Spe Salvi"  texte intégral
[Allemand, Anglais, Espagnol, Italien, Latin, Polonais, Portugais]
"Spe Salvi"
en format Word

La table des articles "Spe Salvi"
Les photos de l'évènement Cliquez
La Vidéo de la signature
Cliquez
 

Sources: www.vatican.va - L’Abbé Nicola Bux et l’Abbé Salvatore Vitiello

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 01.12.2007 - BENOÎT XVI - T/Sp.S.

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante