ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

 

L’Eucharistie, pain de vie pour la paix du monde, 22.10.2005

 

 L’Eucharistie, don de Dieu
 pour la vie du monde  

ROME, Vendredi 21 octobre 2005  – Le synode a été un « succès », selon le cardinal Marc Ouellet , archevêque de Québec, élu par ses pairs comme président de la Commission du message du synode aux catholiques du monde . Il est par conséquent le coordinateur de son élaboration et de sa publication. Le message a pour titre : « l’Eucharistie, pain de vie pour la paix du monde ».

 

Le synode, un « succès », pour le card. Ouellet
Président de la commission du Message

Commencé le 2 octobre, le synode s’achève en effet dimanche prochain, 23 octobre : la commission a mis aujourd’hui la dernière touche au Message adopté par un vote de l’assemblée synodale.

Lors de son intervention au synode, le cardinal Ouellet a souligné comment l’année de l’Eucharistie avait constitué « une rampe de lancement pour un mouvement eucharistique à long terme qui permettra d'évangéliser la culture à partir de la famille, église domestique » (cf.
Evangéliser la culture à partir de la famille, église domestique. 12.10.2005 . )

Dans un entretien à la revue « Inside the Vatican », le cardinal canadien a également souligné, le 20 octobre, que « malgré le renouveau de l’adoration eucharistique dans le monde entier, l’Occident continue d’avoir besoin de redécouvrir le caractère sacré de la liturgie.

Il ajoute, à propos du synode: « Mon sentiment sur ce point est que – nous sommes proches de la fin – le synode a été un succès ».

« La présence du Saint-Père, a-t-il ajouté, a été une grande part de ce succès, et ses interventions personnelles ont réellement donné une sorte de rythme, une profondeur à notre synode. Il a été très attentif, très accueillant, et respectueux, d’une grande cordialité ».

« C’est un homme, disait-il, de grande conviction et d’une doctrine très sûre, si bien qu’il peut beaucoup écouter et très attentivement d’autres positions parce qu’il n’a pas peur que ses convictions soient ébranlées : il a aussi le charisme de Pierre, le don de l’Esprit Saint, pour fortifier ses frères évêques dans la foi ».

L’exemple des chrétiens d’Orient
« Quelque chose de très enrichissant a été l’expérience des Eglises orientales », a par ailleurs souligné le cardinal Ouellet à propos des débats du synode : « Ils ont des liturgies différentes et ils ont un sens de la liturgie différent, ce qui fait que les écouter parler de la Sainte Eucharistie a été très édifiant pour nous ».

Il précisait : « Les chrétiens d’Orient exploitent l’architecture de leurs églises pour manifester leur respect de l’Eglise et de la Sainte Eucharistie, qui est au cœur du Temple. Ils ont un sens profond du sacré et les entendre parler de l’Eucharistie a été très édifiant pour moi … J’espère qu’à l’avenir on sera plus conscient du caractère sacré de la Sainte Liturgie. Nous avons besoin qu’en Occident on retrouve ce caractère sacré. Mais j’ai remarqué que l’adoration du Saint-Sacrement se réveille et se développe dans le monde entier, et cela aidera à restaurer le caractère sacré de la célébration liturgique de la messe ».

Le cardinal Ouellet soulignait par ailleurs que « le renouveau de l’adoration du Saint-Sacrement vient des laïcs et qu’il s’agit d’un signe des temps, et un grand signe d’encouragement ».

« En même temps, ajoutait le primat du Québec, je pense que le synode a un message d’encouragement pour les prêtres. Dans de nombreuses régions du monde, il doivent couvrir de grandes distances et célébrer beaucoup de messes le dimanche : c’est une tâche difficile. Ils ont besoin d’encouragement et ils ont besoin d’être soutenus par le peuple de Dieu, par la prière et le sacrifice ».

Un Québécois « romain »
Le cardinal Ouellet est un Québécois « romain » en quelque sorte : il a été ordonné évêque à Rome par Jean-Paul II et il a été créé cardinal en 2003.

De 1995 à 2000, il avait été consulteur de la Congrégation pour le Clergé. En 1996, il a été élu consulteur au conseil général des prêtres de Saint-Sulpice, dont il fait partie.

En 1996-1997, il a enseigné à l’Institut Jean-Paul II pour les Etudes sur le Mariage et la famille de l’université pontificale du Latran à Rome, y devenant en 1997 titulaire de la chaire de théologie dogmatique.

Jean-Paul II l’a ensuite choisi comme secrétaire (« numéro 2 ») du conseil Pontifical pour la Promotion de l’unité des chrétiens, en 2001, il a reçu, le 19 mars suivant, dans la Basilique Saint-Pierre, l’ordination épiscopale des mains de Jean-Paul II lui-même.

Il a également été consulteur de la congrégation pour la Doctrine de la Foi – alors présidée par le cardinal Ratzinger – et de la congrégation pour le Culte divin et la Discipline des Sacrements, mais aussi membre de la Commission permanente inter-dicastérielle pour l’Église en Europe orientale, secrétaire de la commission pour les Relations religieuses avec le Judaïsme; il est membre de l’Académie pontificale de Théologie.

Le 15 novembre 2002, il a été nommé archevêque métropolitain de Québec, et il devenait de ce fait archevêque primat du Canada.

Il est actuellement consulteur de la congrégation pour le Culte divin et la Discipline des Sacrements, conseiller de la commission pontificale pour l’Amérique latine.

Congrès eucharistique international à Québec
Il est également membre du Comité pontifical pour les Congrès eucharistiques internationaux : et le prochain congrès eucharistique international, le 49e, aura lieu justement à Québec en 2008, du 15 au 22 juin.

Dans « Inside the Vatican », le cardinal Ouellet a précisé à ce sujet : « C’est une grande occasion pour la Nouvelle évangélisation de l’Amérique du Nord, du Canada et des Etats-Unis en particulier. C’est aussi l’occasion de donner une suite au synode et à l’année de l’Eucharistie, et de rallumer la flamme de la foi catholique dans notre pays où, par le passé, une unité profonde existait entre la culture et la foi. Nous avons besoin de reconstruire aujourd’hui un lien positif avec la culture et de générer une nouvelle culture catholique ».

« Le congrès eucharistique, soulignait-il, requiert une longue préparation, de nombreuses catéchèses en quelques années, dans tout le pays. Nous sommes donc en train de préparer le matériel pour cela, et nous avons un beau thème qui a également été choisi et approuvé par le pape Benoît XVI : « L’Eucharistie, don de Dieu pour la vie du monde ». »

Et de conclure : « Nous avons besoin d’insister sur le don de Dieu vertical, la Sainte Eucharistie, et en même temps ce don apporte la vie au monde . Nous avons besoin de saisir à nouveau et de développer une culture de la vie dans notre pays, et ainsi, nous pensons que le congrès apportera une grande contribution dans ce sens… Je prie tous les jours pour que le pape Benoît XVI puisse y venir aussi ».

La même année, le pape doit se rendre en Australie, à Sydney, pour la prochaine Journée mondiale de la jeunesse.
ZF05102105  ( ZENIT.org )

 

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante