ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Sainte Faustine - Héléna Kolwaska
Le Petit Journal
 
édition numérique par Anne Speeckaert et www.JesusMarie.com

Petit Journal de  Sœur Faustine

444.     Jeudi. L’adoration nocturne.

Quand je suis venue pour adorer, un recueillement intérieur me saisit immédiatement. J’ai aperçu Jésus attaché à une colonne, dépouillé de ses vêtements et tout de suite la flagellation commença. J’ai vu quatre hommes qui, tour à tour, frappaient le Seigneur avec des fouets. Le cœur me manquait en regardant ce supplice. Le Seigneur me dit : « Je souffre une plus grande douleur que celle que tu vois. » Et Jésus me fit connaître pour quels péchés Il se soumit à la flagellation ; ce sont les péchés d’impureté. Oh ! Que les souffrances morales de Jésus furent cruelles, quand Il se soumit à la flagellation ! Il me dit alors : « Regarde et vois le genre humain dans son état actuel ! »

Et au même instant, je vis des choses horribles : les bourreaux abandonnèrent Jésus et d’autres personnes procédèrent à la flagellation. Elles saisirent des fouets, et frappèrent le Seigneur sans miséricorde. C’était des prêtres, des religieux, des religieuses et de hauts dignitaires de l’ Eglise , ce qui m’a bien étonnée. Il y avait aussi des laïcs d’âges divers et de divers états. Ils exerçaient toute leur méchanceté sur l’innocent Jésus. Mon cœur était dans une sorte d’agonie. Quand les bourreaux Le frappaient, Jésus se taisait et regardait au loin. Mais quand ces âmes dont j’ai parlé plus haut se mirent à Le flageller, Jésus ferma les yeux et un gémissement sourd, mais terriblement douloureux, s’exhala de Son Cœur.   Il me fit voir en détail et connaître la gravité de la méchanceté et de l’ingratitude de ces âmes : « Vois-tu, c’est là un supplice plus douloureux pour Moi que la Mort. »

Alors mes lèvres se turent, et sans mot dire, j’ai commencé à ressentir l’agonie. Je sentais que personne ne pourrait me consoler, ni m’arracher à cet état, sinon Celui qui m’y avait mise. Et le Seigneur me dit : «  Je vois la douleur sincère de ton cœur, qui a apporté un immense soulagement à Mon Cœur. Regarde et console-toi »

445. Alors j’ai aperçu Jésus cloué à la Croix. Il était suspendu à la Croix depuis un moment, quand je vis toute une légion d’âmes crucifiées comme Lui.  Et je vis une deuxième légion q’âmes et une troisième légion d’âmes. La deuxième légion n’était pas clouée à la croix, mais les âmes tenaient fermement la croix en main. La troisième légion n’était ni crucifiée, ni en ferme possession de la croix ; ces âmes traînaient leur croix derrière elles, d’un air mécontent. Alors Jésus me dit : « Vois-tu ces âmes qui Me ressemblent dans les souffrances et dans les mépris Me ressemblent aussi dans la gloire. Et celles qui sont le moins semblables à Moi dans les souffrances et les mépris, seront aussi le moins semblables à Moi dans la gloire. »
Parmi les âmes crucifiées, le plus grand nombre étaient des âmes d’ecclésiastiques. J’ai reconnu aussi, en croix des âmes que je connaissais, ce qui m’a causé une grande joie. Alors Jésus me dit : « Dans ta méditation de demain tu vas réfléchir à ce que tu as vu aujourd’hui. » - Et aussitôt Jésus disparut.

446. Vendredi.  J’étais malade et je ne pouvais pas assister à la Sainte Messe. A sept heures du matin, j’ai vu mon confesseur en train de célébrer la Sainte Messe, au cours de laquelle j’ai vu l’ Enfant Jésus. A la fin de la Sainte Messe, la vision disparut et je me suis retrouvée dans ma cellule, comme auparavant. Une joie indicible s’empara de moi parce que, ne pouvant être présente à la Sainte Messe dans notre chapelle, j’avais assisté à la Sainte Messe dans une église bien éloignée. Jésus peut remédier à tout.

447. 30 juillet 1935. Fête de Saint Ignace.
J’ai ardemment prié ce Saint. Je lui faisait des reproches : comment pouvait-il me regarder sans me venir en aide dans des questions si importantes, sans m’aider à accomplir la volonté de Dieu ? Je lui dis : « O notre saint Patron, vous qui brûliez  du feu de l’amour et du zèle de la gloire de Dieu, je vous prie humblement, aidez-moi dans l’accomplissement des desseins de Dieu. » C’était pendant la Sainte Messe. Alors j’ai vu Saint Ignace du côté gauche de l’autel, un grand livre à la main, qui me dit : « Ma fille, je ne suis pas indifférent à ton affaire : cette règle peu s’adapter dans cette Congrégation ». Montrant de la main le grand livre, il disparut. J’ai été infiniment heureuse de ce que les saints pensent à nous et que notre union avec eux soit si étroite. O Bonté divine,  comme le monde intérieur est beau, dès ici bas nous pouvons vivre en communion avec les saints. J’ai ressenti pendant toute la journée la proximité de ce cher Patron.

448.  5 août 1935. Fête de Notre-Dame de la Miséricorde.
Je me suis préparée à cette fête avec plus de ferveur que les années précédentes. Le matin, j’ai ressenti un combat intérieur, à la pensée que je devais quitter cette congrégation, qui jouit de la protection particulière de Marie. La méditation passa dans ce combat et la première Messe aussi. Pendant la seconde Messe, j’ai prié la Sainte Mère e  lui disant qu’il m’était difficile de me séparer de cette Congrégation placée sous sa particulière protection.

Je vis alors la Sainte Vierge, indiciblement belle, venir de l’autel vers mon prie-Dieu. Elle me serra contre Elle et me dit : « Je suis votre Mère, grâce à l’insondable Miséricorde de Dieu, et l’âme m’est d’autant plus agréable qu’elle remplit fidèlement la volonté divine. »Elle m’a fait comprendre que je réalisais tous les souhaits de Dieu et que pour cette raison j’avais trouvé grâce à Ses yeux. « Sois courageuse, n’aies pas peur des obstacles illusoires, mais fixe tes regards sur la Passion de Mon Fils. De cette manière tu remporteras la victoire. »

449.    Adoration nocturne.

Je me sentais bien souffrante, et il me semblait que je ne pourrais pas faire mon adoration. Cependant, j’ai rassemblé toutes les forces de ma volonté et, bien que je sois tombée à terre dans ma cellule, je n’accordais aucune attention à ce qui me faisait mal, ayant la Passion de Jésus devant les yeux. Lorsque je suis arrivée à la chapelle, j’ai compris intérieurement quelle grande récompense Dieu nous prépare, non seulement pour les bonnes actions, mais aussi pour le sincère désir de les remplir. Qu’elle est grande cette grâce de Dieu ! Oh !comme il est doux de se donner beaucoup de mal pour Dieu et pour les âmes ! Je ne veux point de repos dans ce combat, je vais lutter jusqu’au dernier souffle de ma vie pour la gloire de mon Roi et Seigneur. Je ne poserai pas le glaive jusqu’à ce qu’il m’appelle devant son trône. Je n’ai pas peur des coups, car Dieu est mon bouclier. C’est l’ennemi qui devrait avoir peur de nous, et non nous de lui. Satan ne remporte de victoire que sur les orgueilleux et les poltrons, car les humbles sont forts. Rien ne confondra ni n’effrayera  une âme humble. Elle a dirigé son vol droit sur le brasier du soleil et rien ne pourra l’arrêter. L’amour ne se laisse pas emprisonner, il est libre comme un roi. L’amour atteint Dieu.

450. Un jour après la Sainte Communion, j’ai entendu ces mots : « Tu es Notre demeure. » - A ce moment j’ai ressenti dans mon âme la présence de la Sainte Trinité : Père, Fils et  Saint-Esprit. Je sentais que j’étais le temple de Dieu. Je sens que je suis l’enfant du Père. Je ne puis expliquer tout cela, mais mon esprit le comprend bien. O Bonté infinie, comme Vous Vous abaissez vers Votre misérable créature !
451. Si les âmes voulaient se recueillir, Dieu leur parlerait tout de suite. Car c’est la dispersion qui assourdit la parole du Seigneur.

452. Une fois le Seigneur me dit : « Pourquoi as-tu peur et pourquoi frémis-tu quand tu es unie à Moi ? Cela ne me plaît pas que l’âme se laisse aller à de vaines peurs. Qui oserait te toucher, lorsque tu es avec Moi ? L’âme est Ma bien aimée quand elle croit à Ma bonté et qu’elle se fie complètement à Moi. Je la comble de Ma confiance et Je lui donne tout ce qu’elle demande. »

453. Et une autre fois : « Ma fille, prends les grâces que dédaignent les autres. Prends-en autant que tu peux en porter. »- A cet instant mon âme fut inondée de l’amour divin. Je sens que je suis unie au Seigneur si étroitement que je ne trouve pas de mot pour bien définir cette union. Et soudain je sens que tout ce que Dieu possède, tous les biens et tous les trésors sont à moi.  Je ne m’en préoccupe cependant pas beaucoup, car Il me suffi, Lui Seul, l’Unique. En Lui je vois tout, et rien sans Lui. Je ne cherche pas de bonheur en dehors de mon être intérieur où demeure Dieu. Je me réjouis de Dieu à l’intérieur de moi-même. J’y vis sans cesse avec Lui : c’est là ma plus grande intimité avec Lui. J’y demeure, sûre de Lui, à l’abri des regards humains. La Sainte Vierge m’encourage à me comporter de la sorte avec Dieu.

454. Quand survient une souffrance, elle ne me cause aucune amertume. Les grandes consolations ne m’enorgueillissent pas. En moi règnent la paix et l’égalité d’âme qui découle de la connaissance de la vérité.
Vivre entourée de cœurs mal disposés ne peut me nuire puisque mon âme connaît la plénitude du bonheur. La bienveillance des autres ne m’aidera pas si Dieu n’est pas dans mon propre cœur.

  +
455.  J.M.J.       Wilno , 12.VIII.1935

    Retraite de trois jours.

La veille de la retraite, au soir, en écoutant les points de la méditation, j’ai entendu ces paroles : « Pendant cette retraite, je te parlerai par la bouche de ce prêtre, pour t’assurer de l’authenticité des paroles que je t’adresse au fond de l’âme. Bien que ce soit une retraite pour toutes les Sœurs, Je te prends spécialement en considération pour te fortifier et te rendre intrépide dans toutes les contrariétés qui t’attendent. Aussi écoute soigneusement les paroles du prêtre et médite-les dans les profondeurs de ton âme.

456. Quel ne fut pas mon étonnement en constatant que tout ce que le Père disait de l’union avec Dieu et des obstacles à cette étroite union, je l’avais littéralement vécu dans mon âme. Jésus, qui se communique à moi au fond de l’âme, m’en avait déjà parlé. La perfection consiste en cette étroite union à Dieu.

457. Pendant la méditation de neuf heures, le Père parlait de la miséricorde divine et de la bonté de Dieu envers nous. Il disait que lorsque nous repassons l’histoire de l’humanité, à chaque pas nous voyons cette grande bonté de Dieu. Tous les attributs de Dieu, comme Sa Toute-Puissance , s’efforcent de nous dévoiler ce suprême attribut de Dieu, Sa bonté. Mais beaucoup d’âmes qui tendent à la perfection ne connaissent pas cette grande bonté de Dieu. Tout se que le Père disait pendant cette méditation sur la bonté de Dieu, est exactement ce que Jésus m’a confié à propos de la Fête de la Miséricorde.
Tout est clair maintenant au sujet de ce que le Seigneur m’a promis. Je n’éprouve plus aucun doute. La parole de Dieu est claire et nette.

458. Pendant toute cette méditation, je voyais Jésus sur l’autel en tunique blanche. Il tenait en main le cahier dans lequel j’écris ceci. Pendant toute la  méditation, Jésus feuilletais les pages du cahier et se taisait. Cependant mon cœur ne pouvait plus supporter le feu qui brûlait mon âme. Malgré l’effort de ma volonté pour me maîtriser et ne pas faire voir à mon entourage ce qui se passait en mon âme, vers la fin de la méditation, je sentis que je ne dépendais plus de moi-même. Alors Jésus me dit : « Tu n’as pas tout écrit dans ce cahier sur Ma bonté envers les hommes. Je désire que Tu n’omettes rien et que ton cœur soit affermi dans une paix complète. »

459. O Jésus, mon cœur cesse de battre quand je considère tout ce que Vous avez fait pour moi ! Je Vous admire, Seigneur, de Vous abaisser à ce point vers mon âme misérable. Quels moyens inconcevables Vous employez pour me persuader !

460.  C’est la première fois de ma vie que je fais une telle retraite. Je comprends d’une manière particulière et claire chaque mot du Père, ayant déjà vécu tout cela en mon âme. Je vois maintenant que Jésus ne laissera pas dans l’incertitude une âme qui l’aime sincèrement. Jésus désire que l’âme soit en étroit rapport avec Lui, et remplie de paix malgré les souffrances et les contrariétés.
461. Je comprends bien maintenant ce qui unit le plus étroitement l’âme à Dieu, c’est le renoncement à soi, c’est-à-dire  l’union de notre âme à la volonté de Dieu. Cela rends l’âme vraiment libre, l’aide à avoir un profond recueillement de l’esprit, lui rend légères toutes les peines de la vie, et la mort douce.

462.  Jésus m’a dit que si j’avais quelque incertitude en ce qui concerne cette Fête, ou la fondation de cette Congrégation, ou sur tout autre point don Il m’a parlé au fond de l’âme, Il me répondrait immédiatement par la bouche de ce prêtre.
463. Pendant une méditation sur l’humilité, une vieille inquiétude me revint à l’esprit : une âme aussi misérable que la mienne ne peut accomplir la tâche que le Seigneur exige. A cet instant, alors que j’examinais ce doute, le prêtre qui prêchait la retraite interrompit le fil de son discours et parla de ce dont je doutais. C’est-à-dire que Dieu choisit, la plupart du temps, les âmes les plus faibles et les plus simples comme instruments, pour réaliser Ses plus grandes œuvres. Et c’est une vérité incontestable, car c’est ainsi qu’ Il a choisi les
Apôtres. Et voyons dans l’ Histoire de l’ Eglise , quelles grandes œuvres ont été accomplies par des âmes qui en étaient le moins capables ! Car justement de cette manière, les œuvres de Dieu nous montrent qu’elles sont vraiment de Dieu. Quand mon incertitude eût tout à fait disparu, le prêtre revint au thème de l’humilité.

Jésus, comme pendant chaque méditation, se tenait debout sur l’autel. Il ne me disait rien, mais son regard bienveillant pénétrait ma pauvre âme, qui n’avait plus aucune excuse.

464. O Jésus, ma vie, je sens bien que Vous me changez en Vous-même, dans le secret de l’âme, où les sens n’atteignent guère. O mon sauveur, cachez-moi dans le fond de Votre Cœur, et couvrez-moi de Vos rayons devant tout ce qui n’est pas Vous. Je Vous en prie, Jésus, que ces deux rayons sortis de Votre Cœur très Miséricordieux fortifient sans cesse mon âme.

465.    Le moment de la confession.

Mon confesseur m’a demandé si à cet instant Jésus était là, et si je Le voyais. –« Oui, Il est là et je Le vois. » Alors il m’a demandé de le questionner sur certaines personnes. Jésus ne m’a rien répondu, mais il l’a regardé. Quand après la confession j’ai récité ma pénitence,  Jésus m’a dit : « Va et console-le de ma part. » - Ne comprenant pas la signification de ces mots, je lui ai tout de suite répété ce que Jésus venait de me dire.

466. Pendant tout le temps de la retraite, sans interruption, j’étais en rapport avec Jésus et je me suis familiarisée avec Lui de toute la force de mon cœur.

467. Jour de la rénovation des vœux. Au commencement de la Sainte Messe, comme d’habitude, comme d’habitude j’ai vu Jésus. Il nous bénissait, puis Il est entré dans le tabernacle. Soudain je vis la <sainte Vierge en robe blanche et manteau bleu, tête nue. Elle vint de l’autel, s’approcha de moi, me toucha de ses mains et me couvrit de son manteau. Elle me dit : « Offre ces vœux pour la Pologne. Prie pour Elle. »

468.  15.VIII. Le soir de ce même jour, j’ai éprouvé une grande nostalgie de Dieu. Je ne Le voyais pas en ce moment avec mes yeux de chair, comme auparavant, mais je Le sens, de façon indéfinissable. Cela me cause cette nostalgie et un supplice indescriptible. Je meurs  de soif de Le posséder, pour me noyer en Lui pour l’éternité. Mon esprit est tendu vers Lui, et rien au monde ne pourrait me consoler. O amour éternel, je comprend maintenant combien mon cœur vivait en étroite intimité avec Vous. Car qu’est-ce qui pourra me contenter au Ciel ou sur la terre, en dehors de Vous, ô mon Dieu en qui s’est abîmée mon âme ?

469. Un soir, de ma cellule, je regardais le Ciel, et j’ai vu ce beau firmament semé d’étoiles, et la lune .. Soudain un feu d’amour inconcevable jaillit de mon âme vers mon Créateur. Ne sachant supporter la  nostalgie qui montait en mon âme vers Lui, je me suis prosternée, m’humiliant dans la poussière. Je Le louais pour toutes Ses créatures. Et lorsque mon cœur n’eut plus la force de supporter  ce qui se passait en lui, j’ai éclaté en sanglots. Alors mon Ange Gardien m’a touchée et m’a dit : « Le Seigneur te fait dire de te relever. » J »obéis immédiatement, mais je n’était pas consolée. La nostalgie de Dieu m’envahit plus encore.

470. Un jour où j’étais en adoration, mon esprit était comme en agonie et je ne pouvais pas retenir mes larmes ; alors j’ai vu un esprit d’une grande beauté qui me dit : « Le Seigneur dit : ne pleure pas. » Après un moment, j’ai demandé : « Qui es tu ? » Il me dit : « Je suis l’un des sept esprits, qui se tiennent nuit et jour devant le trône de Dieu et Le louent sans cesse. » Cependant cet esprit, n’a pas apaisé ma nostalgie de Dieu, il n’a fait que l’accroître. La beauté de cet esprit provient de son étroite union à Dieu. Il ne me quitte pas un seul instant, il m’accompagne partout .
Le lendemain, pendant la Sainte Messe, avant l’ Elévation , il commença à chanter ces mots : « Saint ! Saint ! Saint ! » Sa voix résonnait comme les voix de milliers de personnes, cela m’est impossible à décrire. Tout d’un coup, mon esprit fut uni à Dieu. A ce moment-là, j’ai vu la grandeur et la sainteté inconcevables de Dieu et en même temps j’ai eu connaissance de mon néant.

Les Trois Personnes Divines : le Père, le Fils et le Saint-Esprit m’ont été révélées plus distinctement qu’autrefois.  Cependant Leur existence, Leur égalité et Leur majesté sont une.
471. Mon âme est en relation avec les Trois. Je ne puis l’exprimer par des mots, mais mon âme le comprend bien. Quiconque est uni à l’ Une des Trois personnes est par là même uni à la Sainte Trinité, car Son unité est indivisible. Cette vision, cette connaissance plutôt, inonda mon âme d’un bonheur inconcevable : Dieu est si grand ! Je n’ai pas vu de mes yeux, comme autrefois, ce que je viens d’écrire, mais d’une manière purement intérieure, spirituelle et indépendante des sens. Cela dura jusqu’à la fin de la Sainte Messe.
Maintenant cela m’arrive souvent, non seulement à la chapelle, mais aussi pendant le travail et dans les moments où je m’y attends le moins.

472. Quand mon confesseur partit, je me confessais à l’Archevêque. Après lui avoir dévoilé mon âme, je reçus cette réponse : « Ma fille, armez-vous d’une grande patience . . Si ces choses viennent de Dieu, tôt ou tard elles se réaliseront. Je vous en prie, soyez tout-à-fait tranquille. Je vous comprends très bien et quand à votre désir de quitter la Congrégation pour penser à une autre, je vous le demande, n’admettez pas cela, même en pensée. Car ce serait une grave tentation intérieure. »
Après cette confession, j’ai dit à Jésus : « Pourquoi me demandez-Vous de faire ces choses et ne me donnez-Vous pas la possibilité de les réaliser ? » Alors j’ai vu Jésus après la Sainte Communion dans la même petite chapelle où je m’étais confessée, sous le même aspect qu’il avait sur l’image. Le Seigneur m’a dit : « Ne sois pas triste. Je lui ferai comprendre ce que j’exige de toi. » Au moment où nous sortions, l’ Archevêque était très occupé, mais il nous fit retourner et attendre un instant. Lorsque nous sommes rentrées dans la petite chapelle, j’entendis ces paroles dans mon âme : « Dis-lui ce que tu as vu dans cette chapelle. » A  cet instant, l’ Archevêque entra et nous demanda si nous n’avions rien à lui dire. Cependant, bien qu’ayant l’ordre de parler, je ne le pouvais pas, car j’étais accompagnée par un Sœur.

Encore un mot de la Sainte Confession : « Obtenir par la prière la miséricorde pour le monde ; c’est une grande et belle idée. Priez beaucoup la Miséricorde pour le monde ; c’est une grande et belle idée. Priez beaucoup la Miséricorde divine pour les pécheurs, ma Sœur, mais faites-le dans votre propre couvent. »

473. Le lendemain, vendredi 13.IX.35.
Le soir ,quand j’étais dans ma cellule, j’ai vu un Ange, l’exécuteur de la colère de Dieu. Il était en robe claire, la face rayonnante, une nuée sous les pieds et de cette nuée sortaient la foudre et les éclairs qu’il lançait de sa main sur la terre. Lorsque je vis le signe de la colère de Dieu qui devait frapper la terre, et surtout un certain endroit, qu’évidemment je ne puis nommer, j’ai commencé à prier l’ Ange , pour qu’il s’arrête quelques instants, lui disant que le monde allait faire pénitence. Mais ma prière n’était rien devant la colère de Dieu. A ce moment, j’ai aperçu la Très Sainte Trinité. La grandeur de Sa Majesté me pénétra jusqu’au fond de l’âme et je n’osais plus répéter mes supplications. Au même instant, je sentis en mon âme, la force de la grâce de Jésus qui habite mon âme. A l’instant même où je pris conscience de cette grâce, j’ai été enlevée devant le Trône de Dieu. Oh ! qu’ Il est grand, notre Seigneur et notre Dieu. Inconcevable est Sa Sainteté !

Je ne vais pas tenter de décrire cette grandeur, car bientôt nous Le verrons tous, tel qu’ Il est. J’ai commencé à supplier Dieu pour le monde. par des paroles entendues intérieurement. Alors que je priais ainsi, j’ai vu l’impuissance de l’ Ange , qui ne pouvait accomplir la juste punition qui revient de plein droit au péché. Je n’avais jamais encore prié avec tant de force intérieure. Voilà les paroles par lesquelles je suppliais Dieu :
474. « Père Eternel, je vous offre le Corps, le Sang, l’ Âme et la  Divinité de Votre très doux Fils Notre Seigneur Jésus Christ, pour nos péchés et ceux du monde entier. Par Sa douloureuse Passion, soyez-nous miséricordieux. »

475. Le lendemain, en entrant dans la chapelle, j’ai entendu intérieurement ces paroles : « Chaque fois que tu entres à la chapelle, récite tout de suite la prière que je t’ai apprise hier. » Lorsque j’ai récité cette prière, j’entendis : « Cette prière doit apaiser Ma colère. Tu vas la réciter pendant neuf jours, sur un chapelet, de la manière suivante : « Père Eternel, je vous offre le Corps, le sang, l’ Âme et la Divinité de Votre Fils Bien )Aimé , Notre Seigneur Jésus-Christ, pour implorer de Vous le pardon de nos péchés et de ceux du monde entier. »
Sur les grains de l’ Ave Maria, tu diras : « Par Sa douloureuse Passion, ayez pitié de nous et du monde entier. »
A la fin, tu réciteras  trois fois ces paroles : « Dieu Saint, Dieu fort, Saint Immortel, ayez pitié de nous et du monde entier.

476. Le silence est un glaive dans le combat spirituel. Une âme bavarde n’arrivera jamais à la sainteté. Le glaive du silence coupera tout ce qui voudrait s’accrocher à l’âme. Nous sommes tous vulnérables en ce qui concerne la parole, nous voulons immédiatement répondre, sans nous demander si c’est la volonté de Dieu, pour nous, de parler.
L’âme  silencieuse est forte. Si elle persévère dans le silence, aucune contrariété ne la touchera. L’âme silencieuse est capable de s’unir à Dieu de la façon la plus profonde, elle vit presque toujours sous l’inspiration du Saint-Esprit. Dans l’âme silencieuse, Dieu agit sans rencontrer d’obstacle.

477. O mon Jésus, Vous seul savez que mon cœur n’a pas d’autre amour que Vous. Mon amour virginal s’est abîmé en  Vous, ô Jésus, pour l’éternité. Je sens bien Votre Sang divin circuler dans mon cœur et nul doute qu’avec Votre Très Saint Sang ne soit entré en lui Votre amour le plus pur. Je sens que vous demeurez en moi avec le Père et l’ Esprit Saint, ou plutôt, je sens que c’est moi qui vis en Vous,  ô Dieu insondable. Je sens que je me perds en Vous comme une goutte d’eau dans l’océan. Je sens que Vous êtes en moi et hors de moi. Je sens que Vous êtes dans tout ce qui m’environne, dans tout ce qui m’arrive. O mon Dieu, je Vous ai connu à l’intérieur de mon cœur et je Vous aime par-dessus tout ce qui existe sur la terre ou au Ciel. Nos cœurs se comprennent mutuellement ; personne ne comprendra cela.

478. Ma seconde confession à l’Archevêque. « Sachez ma fille, que si c’est la volonté de Dieu, cela se réalisera tôt ou tard. Car la volonté de Dieu doit être accomplie. Aimez Dieu dans votre cœur, ayez … » (la pensée est interrompue.)

479. 29.IX. Fête de saint Michel Archange.
Je suis unie intérieurement à Dieu. Sa présence me pénètre jusqu’au  fond de moi-même et elle me remplit de paix, de joie et de stupéfaction. Après de tels moments d’oraison, je suis remplie de force et d’un singulier courage pour souffrir et combattre. Rien ne m’effraye, même si le monde entier était contre moi. Toutes les contrariétés ne touchent que la surface, elles n’atteignent pas les profondeurs, car Dieu y demeure.
Il me fortifie, Il me remplit. Tous les pièges de l’ennemi se brisent à Ses pieds. En ces moments d’union, Dieu me soutient de Sa puissance. Cette puissance se communique à moi, et elle me rend capable de L’aimer. L’âme n’arrive jamais à cet état par ses propres efforts. Au commencement de cette grâce intérieure, la peur me remplissait, et j’ai commencé à y céder. Mais le Seigneur me fit rapidement comprendre à quel point cela Lui déplaisait. Cet aussi Lui seul qui me donne la paix.

480. Presque chaque solennité de la Saint Eglise me donne une plus profonde connaissance de Dieu et une grâce particulière. C’est pourquoi je me prépare à chaque fête en étroite union à l’esprit de l’Eglise. Quelle joie d’être une fidèle enfant de l’Eglise. Oh ! Comme j’aime la Sainte Eglise et tous ceux qui en font partie ; je les considère comme des membres vivants du Christ, qui est leur tête. Je brûle d’amour avec ceux qui aiment, je souffre avec ceux qui souffrent, la douleur me consume à la vue des âmes froides et ingrates. Alors je tâche d’avoir un tel amour de Dieu, qu’il puisse réparer pour ceux qui ne L’aiment pas, qui n’ont pour leur Sauveur qu’une noire ingratitude.

481. O mon Dieu, je suis consciente de ma mission dans la Sainte Eglise. Mon incessant effort doit être la prière pour obtenir la Miséricorde pour le monde. Je m’unis étroitement à Jésus et je me tiens devant Lui, comme une offrande suppliante pour le monde. Dieu ne me refusera rien si je le supplie par la voix de son Fils. Mon offrande n’est rien en elle-même. Mais lorsque je l’unis au sacrifice de Jésus-Christ, elle devient toute puissante et elle peut fléchir la colère divine. Dieu nous aime dans Son Fils. La douloureuse Passion du Fils de Dieu est ce qui ne cesse de tempérer la colère de Dieu.

482. O mon Dieu, comme je désire que les âmes sachent que Vous les avez crées à cause de Votre amour inconcevable ! O mon Créateur et mon Seigneur, je sens que j’écarterai le voile du Ciel, pour que la terre ne doute pas de Votre bonté.
Faites de moi, Jésus, une offrande agréable et ure devant la Face du Père. Jésus, transformez-moi en Vous, car Vous pouvez tout, et rendez-moi à Votre Père Eternel. Je désire devenir une hostie expiatoire devant Vous et devant les hommes. Je désire que le parfum de mon offrande ne soit connu que de Vous. O Dieu Eternel, un feu inextinguible brûle en moi,  implorant Votre miséricorde : je sais et je comprends que c’est lon devoir ici bas et pour l’éternité. Vous m’avez vous-même fait parler de cette grande miséricorde et de Votre bonté.

483. Un jour j’ai compris combien déplaît à Dieu une action, qui peut paraître très louable mais qui n’est pas inspirée par une intention pure. Ces actions portent Dieu à punir, plutôt qu’à récompenser. Qu’il y en ai le moins possible. Et même ,dans la vie religieuse, il ne devrait pas y en avoir du tout..

484. J’accepte la joie ou la souffrance, la louange  ou l’humiliation, dans la même disposition d’esprit. Je sais que lus unes et les autres sont passagères. Que m’importe ce que l’on dit de moi ? Il y a déjà longtemps que j’ai renoncé à tout ce qui touche à ma personne. Mon nom est « hostie », c’est-à-dire offrande, pas en paroles, mais en action : par l’anéantissement de mon moi-même, en me rendant pareille à Vous sur la croix, ô Bon Jésus, mon Maître !

485. Jésus, lorsque Vous venez à moi dans la Saint Communion, Vous qui avez daigné demeurer avec le Père et le Saint-Esprit dans le ciel de mon âme, je tâche de Vous tenir compagnie pendant  toute la journée. Je ne Vous laisse pas seul un seul instant. Bien que je sois dans la société des hommes ou avec nos élèves, mon coeur est toujours avec le Vôtre. Quand je m’endors, je Vous offre chaque battement de mon cœur, quand je me réveille, je me plonge en Vous sans prononcer de paroles. Quand je me réveille, j’adore un moment la Sainte Trinité et je remercie Dieu de daigner m’accorder encore un jour, qu’encore une fois, je puisse revivre en mon âme le mystère de l’ Incarnation de Son Fils ; qu’une fois de plus, Sa douloureuse Passion se déroule devant mes yeux. Je m’efforce alors de faire passer Jésus par moi aux autres âmes. Je vais partout avec Jésus, Sa présence m’accompagne partout.
 
 

486. Je tâche de garder le silence dans les souffrances de l’âme ou du corps, car mon esprit est rempli de la force, qui découle de la Passion de Jésus. J’ai constamment  devant les yeux Sa Face douloureuse, outragée et défigurée, Son Cœur divin transpercé par nos péchés et particulièrement par l’ingratitude des âmes choisies.

487. Un double avertissement : je dois me préparer aux souffrances qui m’attendent à Varsovie. Le premier avertissement était intérieur fait par une voix que j’ai entendue. Le second a eu lieu pendant la Sainte Messe. Avant l’ Elévation , j’ai vu Jésus crucifié ,. Il me dit : « Prépare-toi à des souffrances. » J’ai remercié le Seigneur de cette grâce prévenante et Lui que je n’allais sûrement pas plus souffrir que Lui, mon Sauveur. Cependant j’ai pris cela à cœur et je me fortifie par la prière et de petites souffrances pour pouvoir en supporter de plus grandes, quand elles viendront.

488.  19.X.35 .. Départ de Wilno pour Cracovie, pour huit jours. Vendredi soir, pendant le rosaire, en pensant au voyage de demain et de la gravité de l’affaire que je devais présenter au Père Andrasz , la peur me prit à la vue de ma misère, de mon incapacité, et de la grandeur de l’œuvre de Dieu. Broyée par cette souffrance, je m’en remis à la volonté divine. A ce moment, j’ai vu Jésus dans une tunique claire, près de mon prie-Dieu. Il me dit : « Pourquoi as-tu peur d’accomplir Ma volonté ? Est-ce que Je ne vais pas t’aider comme je l’ai fait jusqu’à présent ? Répète chacune de Mes exigences, à ceux qui me remplacent sur la terre et fais seulement ce qu’ils t’ordonneront. » A l’instant, une grande force envahit mon âme.

489. Le lendemain, j’ai vu mon Ange Gardien, qui m’a accompagnée pendant le voyage jusqu'à Varsovie. Quand nous sommes entrées par la porte du couvent, il disparut. En passant près d’une petite chapelle pour aller saluer nos Supérieures, la présence de Dieu s’empara de moi et le Seigneur me remplit du feu de Son amour. En de pareils moments, je reconnais toujours mieux la grandeur de Sa Majesté.
A Varsovie nous avions pris place dans le train pour Cracovie et j’ai de nouveau vu mon Ange Gardien près de moi. Il priait en contemplant Dieu, ma pensée l’a suivi. Et quand nous sommes entrées au couvent, il disparut.

490. A mon entrée dans la chapelle, à nouveau la Majesté de Dieu s’empara de moi. Je me sentais plongée en Dieu, complètement submergée et pénétrée par Lui, en voyant combien notre Père céleste nous aime, Oh ! le grand bonheur qui remplit mon âme de la connaissance de Dieu et de la vie divine ! Je désire partager ce bonheur avec tous les hommes. Je ne peux l’enfermer dans mon cœur seulement, car ses flammes me brûlent et elles feraient éclater mon cœur et mon corps. Je désire parcourir le monde entier et parler aux âmes de la grande miséricorde de Dieu. Prêtres, aidez-moi en cela. Employez les expressions les plus fortes pour publier Sa miséricorde, car la parole exprime faiblement quelle est Sa Miséricorde ..

491.  J.M.J.       Cracovie, 20.X.35

Retraite de huit jours
Dieu éternel, Seule bonté, inconcevable dans Votre miséricorde à tout esprit humain ou angélique, aidez votre faible enfant, pour que je puisse accomplir Votre Sainte Volonté, telle que Vous me la faite connaître. Je ne désire rien d’autre que l’accomplissement des désirs divins. Voici, Seigneur, mon âme et mon corps, mon esprit et ma volonté, mon cœur et tout mon amour, gouvernez-moi selon Vos éternels desseins.
492. Après la Sainte Communion, mon âme fut encore submergée par l’amour divin. Je me réjouis de sa grandeur. Je vois alors nettement quelle est Sa Volonté, ce que je dois accomplir. Et au même moment je vois ma faiblesse et ma misère. Je vois que puis rien faire sans Son aide.

493.     Second jour de retraite
Je devais aller chez le Père Andrasz au parloir j’ai eu peur pensant que le secret existe seulement au confessionnal ; c’était une crainte futile, la Mère Supérieure m’a tranquillisée d’un mot. Cependant, lorsque je suis entrée à  la chapelle, j’ai entendu ces mots dans mon âme : « Je désire que tu sois sincère et simple comme une enfant telle que tu l’es avec Moi. Sinon Je T’abandonnerai et je n’aurai plus aucun rapport avec toi. » Et de fait, Dieu m’accorda la grande grâce d’une confiance totale. La conversation finie, Il me fit la grâce d’une profonde paix et de la lumière au sujet de ces choses.

494. Jésus, lumière éternelle, éclairez ma raison, affermissez ma volonté, enflammez mon cœur. Soyez avec moi comme Vous me l’avez promis, car sans Vous je ne suis rien. Vous savez, mon Jésus combien je suis faible. Ai-je besoin de Vous le dire, Jésus, car Vous savez parfaitement combien je suis misérable. En Vous est toute ma force.

495.      Jour de confession

Depuis le matin, j’éprouvais un combat intérieur si fort que je n’en avais jamais éprouvé de semblable. Complètement abandonnée de Dieu., j’ai expérimenté toute ma faiblesse. Des pensées m’accablaient : pourquoi dois-je quitter ce couvent où je suis aimées par les Soeurs et les Supérieures, cette vie tranquille ?  Liée par les vœux perpétuels, j’accomplis facilement mes devoirs. Pourquoi dois-je  écouter la voix de ma conscience ?  Pourquoi suivre l’inspiration, qui sait de qui elle provient ? N’est-ce pas mieux de cheminer comme toutes les Sœurs ? Peut-être pourrais-je étouffer les paroles du Seigneur, ne pas y faire attention ?  Peut-être que Dieu n’en demandera pas compte au Jour du Jugement ? Où me conduira cette voix intérieure ? Quelles grandes peines, contrariétés et souffrances m’attendent, si je suis cette voix ?  J’ai peur de l’avenir et j’agonise dans le présent.
Cette souffrance dura avec la même intensité pendant toute la journée.

Lorsque le soir, je suis allée me confesser et, bien que je m’y sois préparée, je ne pus me confesser. J’ai reçu l’absolution et me suis retirée, ne comprenant rien à ce qui se passait en moi.

Quand je me suis couchée, la souffrance augmenta encore, ou plutôt elle se changea en un feu qui pénétrait comme un éclair, toutes les facultés de mon âme jusqu’à la moelle, mon cœur jusqu’au plus secrets remplis. Souffrant ainsi,  je ne pouvais me à rien. Que Votre volonté soit faite, Seigneur. Par moments, je ne pouvais même pas penser à cela. J’étais vraiment saisie par une peur mortelle, touchée par un feu infernal. Le calme revint vers le matin, les souffrances disparurent en un instant. Mais je me sentais si affaiblie que je ne pouvais faire aucun mouvement. Peu à peu, pendant ma conversation avec la Mère Supérieure, les forces me revinrent. Cependant Dieu Seul sait comment je me sentis pendant toute la journée.

496. O Vérité éternelle, Verbe incarné, qui avez si fidèlement accompli la volonté de Votre Père, voilà qu’aujourd’hui je deviens martyre de Vos inspirations, car je ne peux les réaliser, n’ayant pas de volonté propre ..
Bien qu’intérieurement je reconnaisse clairement Votre Volonté, je me rends en tout à la volonté de mes Supérieures et de mon confesseur. Et je n’accomplirai Votre Volonté qu’autant que vous me le permettrez par Votre remplaçant. O mon Jésus, c’est difficile : je dois préférer la voix de l’ Eglise à la Voix par laquelle Vous me parlez.

497. Après la Sainte Communion. Comme d’habitude, j’ai aperçu Jésus. Il me dit : « Appuie la tête sur Mon épaule. Repose-toi et prend des forces. Je suis toujours avec toi. Dis à l’ami de Mon Cœur que J’emploie d’aussi faibles créatures pour réaliser Mes œuvres. » Mon esprit s’en trouva singulièrement fortifié. – « Dis-lui, que je lui ai révélé ta faiblesse dans ta confession, pour lui montrer ce que tu es de toi-même. »

498. Chaque combat, soutenu courageusement m’apporte joie et paix, lumière et expérience, et courage pour l’avenir. Il rend honneur et gloire à Dieu, et pour moi, en fin de compte, une récompense.

499. C’est aujourd’hui la fête du Christ-Roi . J’ai prié ardemment pendant la Sainte Messe, pour que Jésus soit Roi de tous les cœurs, pour que la grâce divine brille dans chaque âme. Soudain, j’ai aperçu Jésus, tel qu’ Il est peint sur cette image. Il me dit : « Ma fille, tu Me rends une très grande gloire, en accomplissant fidèlement mes désirs. »

500. Oh ! Que Votre Beauté est grande, Jésus mon Epoux ! Fleur vivante en qui se cache une rosée vivifiante pour l’âme qui a soif. C’est en Vous que s’est noyée mon âme. Vous Seul êtes l’objet de mes aspirations et de mes désirs. Unissez-moi très étroitement à Vous, au Père et au Saint-Esprit. Que je vive et meure en Vous.

501. L’amour seul a un sens, il donne à nos plus petites actions les dimensions de l’infini.

502. Mon Jésus, vraiment je ne saurais pas vivre sans Vous, mon esprit s’est uni au Vôtre. Personne ne le comprendra bien. Il faut d’abord vivre de Vous, pour Vous reconnaître dans les autres.

503.        Cracovie, 25.X.35
Résolutions de la retraite

Je ne ferai rien sans la permission du confesseur et le consentement des Supérieures, en tout et surtout dans ces inspirations et exigences du Seigneur.
Je passerai tous mes moments libres avec l’ Hôte divin, à l’intérieur de mon âme. J’observerai le silence intérieur et extérieur pour que Jésus se repose dans mon cœur.
Le repos que je préférerai sera de rendre service aux Sœurs et de m’empresser auprès d’elles. M’oublier moi-même pour leur faire plaisir.
Je ne m’expliquerai ni ne m’excuserai pour aucune remarque qui me sera faite. Je permettrai qu’on me juge comme on en a envie.
Je n’ai qu’un seul confident à qui je confierai tout ; c’est Jésus Eucharistie et son remplaçant : mon confesseur. Je garderai le silence, sans me plaindre dans toutes les souffrances de l’âme et du corps, dans les ténèbres et dans les délaissements ..
Je vais m’anéantir à chaque moment, comme une offrande déposée à Ses Pieds, afin d’obtenir miséricorde pour les pauvres pécheurs.

504. Tout mon néant se noie dans l’océan de Votre Miséricorde. Avec la confiance d’un enfant je me jette dans Vos bras, Père de miséricorde, pour expier la méfiance de tant d’âmes, qui ont peur de s’abandonner à Vous. Qu’il est petit le nombre d’âmes qui Vous connaissent vraiment. Avec quelle ardeur je désire que la Fête de la Miséricorde soit connue des âmes ! La Miséricorde est le couronnement de Vos œuvres. Vous pourvoyez à tout avec l’amour de la mère la plus tendre.

505. J.M.J.       Cracovie, 27.X. 1935

Le Père Andrasz – Conseils spirituels

« Ne rien faire sans le consentement des Supérieures.
Il faut bien réfléchir à cette affaire et beaucoup prier. Une grande prudence s’impose car, ici, la volonté de Dieu est sûre  et visible, ma Sœur. En effet vous êtes liée à votre Congrégation par des vœux, des vœux perpétuels et donc il ne devrait pas y avoir de doutes. F’autre part ce que vous pensez  intérieurement ne sont que des lueurs sur un projet. Dieu peut faire des déplacements, mais c’est très rare. Ne vous précipitez donc pas, ma Sœur tant que vous n’aurez pas de notion plus précise. Les œuvres de Dieu se font lentement. Vous les reconnaîtrez avec netteté si elles sont de Dieu ; sinon, elles disparaîtront et vous, en obéissant, vous ne vous égarerez pas. Mais dites tout sincèrement à votre confesseur et obéissez-lui aveuglément.
Maintenant, vous n’avez plus rien à faire, ma Sœur, sinon accepter la souffrance, jusqu’au moment où tout s’éclaircira, c'est-à-dire quand ces affaires, jusqu’au moment où tout s’éclaircira, c'est-à-dire quand ces affaires seront arrangées. Vous vivez dans de sages dispositions vis-à-vis d’elles. Et je vous demande de continuer à être aussi pleine de simplicité et d’esprit d’obéissance ;  c’est un bon signe. Tant que vous continuerez à être dans cette disposition, Dieu ne permettra pas que vous vous égariez. Mais autant que possible, tenez-vous loin de ces choses. Si malgré cela, elles se produisent, acceptez-les paisiblement. N’ayez peur de rien. Vous êtes dans de bonnes mains, celles d’un Dieu si bon. Je ne vois ni illusions, ni contradictions, en tout ce que vous m’avez dit. Ce sont des choses bonnes en elles mêmes. Il serait même bon qu’il y ait un groupe d’âmes qui prient Dieu pour le monde, car nous avons tous besoin de prières. Vous avez un bon directeur, ne le quittez pas et soyez tranquille. Je vous demande d’être fidèle à la volonté de Dieu et de l’accomplir.
Quant à vos occupations, faites ce que l’on vous dit de faire, et comme on vous dit de le faire, même si c’est très humiliant et très pénible. Choisissez toujours la dernière place, alors on vous dira : montez plus haut. En esprit et en action, vous devez vous estimer comme la dernière de toute la maison, et de toute la Communauté. En tout et toujours une grande fidélité à Dieu. »

506. O Jésus, je désire souffrir et brûler du feu de Votre amour en toutes les circonstances de ma vie. Je suis entièrement vôtre, et désire me perdre en Vous. O Jésus, je désire m’égarer dans Votre Divine Beauté. Vous me poursuivez, Seigneur, de Votre amour. Vous pénétrez mon âme comme un rayon de soleil et Vous changez mes ténèbres en Votre clarté. Je sens bien que je vis en Vous comme une petite étincelle perdue dans le feu du brasier dévorant dont Vous brûlez, ô inconcevable Trinité. Il n’y a pas de plus grand amour que l’amour de Dieu. Et dès ici bas, nous pouvons goûter le bonheur de ceux qui sont au Ciel, par une étroite à Dieu – union bien singulière,  et bien souvent incompréhensible pour nous.  On peut avoir la même grâce par la simple fidélité de l’âme.

507. Lorsque le dégoût et le sentiment de la monotonie de mes devoirs s’empare de moi, je me rappelle que je suis dans la maison du Seigneur, où il n’y a rien de petit, où de ma petite action, accomplie d »une manière divinisée, dépend la gloire de l’ Eglise et le progrès de plus d’une âme. Il n’y a donc rien de négligeable dans une Congrégation religieuse.

508. Dans les contrariétés que j’éprouve, je me rappelle que le temps du combat n’est pas fini. Je m’arme de patience et de cette manière, je remporte la victoire sur mon ennemi.

509. Je ne cherche nulle part la perfection avec avidité, mais je me pénètre de l’esprit de Jésus. Je fixe mon regard sur Ses actions dont j’ai le résumé dans l »Evangile. Et même si je vivais mille ans, je n’en épuiserai pas le contenu.

510. Lorsque mes intentions ne sont pas approuvées, ou même lorsqu’elles sont condamnées, je ne m’en étonne pas trop, car je sais que Dieu seul pénètre mon cœur. La vérité ne périt pas. Le cœur blessé s’apaisera avec le temps, mais mon esprit gagne des forces dans les contrariétés. Je n’écoute pas toujours ce que mon cœur me dit. Mais je prie Dieu de me donner la lumière. Alors quand que j’ai retrouvé mon équilibre, je garde le silence.

511. Jour de la rénovation des vœux. La présence de Dieu inonda mon âme. Pendant la Sainte Messe j’ai aperçu Jésus, qui me dit : « Tu es Ma grande joie. Ton amour et ton humilité Me font quitter le trône céleste et M’unir à toi. L’amour comble l’abîme qui existe entre Ma grandeur et ton néant. »

512. L’amour inonde mon âme, je suis immergée dans un océan d’amour. Je me sens défaillir et je me perds complètement en Lui.

513. Jésus, rendez mon cœur semblable au Vôtre. Ou plutôt changez-le en Votre propre Cœur pour que je sache ressentir les besoins des autres cœurs, et surtout des cœurs souffrants et tristes : que pour eux, les rayons de la miséricorde reposent dans mon cœur.

514. Le soir, je me promenais au jardin, récitant mon rosaire. Quand je suis arrivée au cimetière des Sœurs, j’ai entr’ouvert la porte et j’ai prié un certain temps. Je leur ai demandé intérieurement : « vous êtes heureuses, bien sur ? » J’entendis alors ces mots : « Oui, nous sommes heureuses dans la mesure où nous avons accompli la volonté de Dieu. » Puis le silence régna comme avant. Rentrant en moi-même, j’ai longuement  réfléchi à la manière dont j’accomplissait la volonté divine et dont je profitais du temps que Dieu m’accorde.

515. Ce même jour, alors que j’étais couchée, une âme vint à moi dans la nuit, me réveilla en frappant sur la table de nuit et me demanda de prier pour elle. J’aurais voulu demander qui elle était. Mais j’ai renoncé à cette curiosité et unissant cette petite mortification à ma prière, je les ai offertes pour elle.

516. Un jour où je rendais visite à une Sœur malade, âgée de quatre-vingt-quatre ans et qui se distinguait par de nombreuses vertus, je lui ai demandé : « vous êtes sûrement prête, ma Sœur, à paraître devant le Seigneur ? » Elle me dit : « Je me suis préparée toute ma vie à cette dernière heure ». Et elle ajouta : « L’âge ne dispense pas du combat. »

517. La veille du jour des Morts, je suis allée, à la nuit tombante, au cimetière qui était fermé. Cependant j’ai entr’ouvert la porte et j’ai dit : « Si vous attendez de moi quelque chose, mes petites âmes, je le ferai volontiers si la règle le permet. » Alors j’ai entendu ces mots : « Fais ce que Dieu veut. Nous sommes heureuses dans la mesure où nous avons accompli la volonté de Dieu. »

518. Le soir, ces âmes sont venues et m’ont demandé de prier pour elles, ce que j’ai fait et, longuement. Et le soir, quand la procession revenait du cimetière, j’ai vu un grand nombre d’âmes qui nous accompagnaient à la chapelle. Il y en avait qui priaient avec nous. J’ai beaucoup prié, car j’avais la permission de mes Supérieures.

519. Pendant la nuit, je fus à nouveau visitée par une âme que j’avais déjà vue autrefois. Elle ne m’a pas demandé de prier pour elle, mais elle me fit des reproches disant qu’autrefois j’étais très vaniteuse et orgueilleuse. Et voila que maintenant j’intercédais pour les autres, alors que j’avais encore des défauts. J’ai répondu que j’étais très orgueilleuse et vaniteuse ; mais que je m’en étais confessée, que j’avais fait pénitence pour ma stupidité, et que j’avais confiance en la bonté de mon Dieu. Si je tombais parfois maintenant, c’était plutôt involontairement, jamais avec préméditation, même dans les plus petites choses.
Cependant cette âme se mit à me reprocher de méconnaître sa grandeur, universellement reconnue  pour ses grandes actions : « Pourquoi es-tu la seule à ne pas me louer ? » Soudain, j’ai compris que c’était le démon sous l’aspect de cette âme, et j’ai dit : La gloire n’est due qu’à Dieu. Va-t-en Satan ! » Aussitôt cette âme tomba dans un gouffre effrayant, impossible à décrire. Et je lui ai dit que j’en parlerai à toute l’Eglise.

520. Samedi, nous retournons déjà à Wilno . Nous sommes passées à Czestochowa. Alors que je priais devant l’image miraculeuse, j’ai senti que sont agréable  …( la pensée est interrompue).

(Fin du premier brouillon.)

 

 

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante