ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Le Motu Proprio de Benoît XVI et la forme "anormale"

 

Le 28 août 2007 - (E.S.M.) - Dans la lettre qui accompagne le Motu Proprio, le pape fait remarquer que l'attachement de certains fidèles à la forme ancienne de la liturgie s'est fait "parce qu'en de nombreux endroits on ne célébrait pas fidèlement selon les prescriptions du nouveau Missel..." Le pape Benoît XVI écrit bien "en de nombreux endroits ".

« C'est de la liturgie, et principalement de l'Eucharistie, comme d'une source, que la grâce découle en nous et qu'on obtient avec le maximum d'efficacité cette sanctification des hommes dans le Christ, et cette glorification de Dieu, que recherchent, comme leur fin, toutes les autres oeuvres de l'Église. » (Vat. II, Lumen Gentium, 11).

Le Motu Proprio de Benoît XVI et la forme "anormale"

A TOUS LES FIDÈLES QUI SE VEULENT "CONCILIAIRES"...

Dans la Lettre accompagnant le "Motu Proprio Summorum Pontificum" et qui a été adressée directement aux évêques par Benoît XVI, il convient de prêter une attention toute particulière à trois points qui concernent directement de nombreux prêtres se réclamant du concile Vatican II et de la liturgie actuelle.

Premier point : le pape Benoît XVI souligne "avant tout que le Missel, publié par Paul VI et réédité ensuite à deux reprises par Jean-Paul II, est et demeure évidemment la Forme normale - la Forma ordinaria - de la liturgie Eucharistique." Cette affirmation signifie très clairement que les célébrations liturgiques qui se font sans respecter ce Missel - ce qui est le cas dans la majorité des paroisses de France - ne peuvent constituer que des formes liturgiques "anormales", "bâtardes" que l'Église ne peut pas considérer comme siennes.

Deuxième point : le pape fait remarquer que l'attachement de certains fidèles à la forme ancienne de la liturgie s'est fait "parce qu'en de nombreux endroits on ne célébrait pas fidèlement selon les prescriptions du nouveau Missel..." Le pape Benoît XVI écrit bien "en de nombreux endroits ", ce qui contredit certains évêques de France qui nous disent, aujourd'hui encore, qu' "il y a pu avoir ici ou là quelques mises en œuvre maladroites de la liturgie..."; et le Saint-Père d'ajouter - comme pour achever de dessiller les yeux de certains de nos Pasteurs - que le Missel actuel "finissait par être interprété comme une autorisation, voire même une obligation de créativité [qui a] souvent porté à des déformations de la Liturgie à la limite du supportable." Oui, nous le savons et le constatons: la "créativité", qui fut rendue obligatoire dès les lendemains de Vatican II (de nombreux documents de cette époque - certains munis d'un imprimatur - l'attestent) et le demeure aujourd'hui encore dans la majorité des paroisses.

Troisième point : Benoît XVI rappelle aux évêques - car c'est d'abord à eux que s'adresse sa Lettre - que "la meilleure garantie pour que le Missel de Paul VI puisse unir les communautés paroissiales et être aimé de leur part, est de célébrer avec beaucoup de révérence et en conformité avec les prescriptions; [car] c'est ce qui rend visible la richesse spirituelle et la profondeur théologique de ce Missel."

On a bien lu : "célébrer en conformité avec les prescription du Missel"... ce que ne veulent ou ne savent plus faire de nombreux célébrants qui, sous prétexte de rendre la liturgie plus "vivante" et plus "parlante", la transforment en une "une autocélébration de l'assemblée elle-même substituée à la célébration de l'œuvre de Dieu, voire à l'annonce d'un nouveau modèle d'Église" (cf. Mgr Vingt-Trois , lors d'un colloque le 26 octobre 2006 à Paris pour le 50e anniversaire de la fondation de l’Institut Supérieur de Liturgie. A ce propos l'on se souviendra que le discours du cardinal Arinze avait fait l'effet d'une douche froide dans l’assistance.). [ndlr :Le cardinal Arinze y dénonçait « la banalisation, la désacralisation et la sécularisation dans la liturgie », illustrant ainsi la volonté de Rome d'une reprise en main au niveau international. Le bras droit de Benoît XVI sur ces dossiers a ainsi dénoncé « ce maniérisme ouvertement égocentrique que nos assemblées du dimanche sont parfois obligées de subir » ainsi que « la fausse humilité » qui consiste pour un prêtre à « partager son rôle avec les laïcs (Benoît XVI) (Le discours intégral, à relire impérativement)] .

Le Motu proprio Summorum pontificum s'adresse donc autant - sinon davantage - aux fidèles qui se veulent attachés à l'enseignement de Vatican II qu'aux fidèles "traditionalistes". Puisse le Saint-Père Benoît XVI être entendu et obéi par les évêques qui ont la grave responsabilité de ne plus priver les fidèles de leur droit à célébrer la foi reçue des Apôtres de façon "digne et juste".

Ndlr : Le prêtre qui récite  la Liturgie des Heures a inévitablement lu ,ce midi à sexte, la parole du Seigneur que toute l'Église catholique récite. Psaume 13 :

2 Des cieux, le Seigneur se penche
vers les fils d'Adam
pour voir s'il en est un de sensé,
un qui cherche Dieu.


3 Tous, ils sont dévoyés ;
tous ensemble, pervertis :
pas un homme de bien,
pas même un seul !

4 N'ont-ils donc pas compris,
ces gens qui font le mal ?
Quand ils mangent leur pain,
ils mangent mon peuple.
Jamais ils n'invoquent le Seigneur.


Si vous n'êtes pas convaincu, nous vous engageons à lire l'Évangile du Mardi 28 août 2007 de la 21e semaine du temps ordinaire ainsi qu'un commentaire de saint Jean Chrysostome sur la page : « Vous courez la mer et la terre pour rendre un seul prosélyte, et quand il l’est devenu, vous le rendez digne de l’enfer deux fois plus que vous (15) ». (...) Saint Jean Chrysostome

Le Motu Proprio Le texte officiel et tous les commentaires
 

Sources:  PRO LITURGIA  - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 28.08.2007 - BENOÎT XVI -Table Motu Proprio

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante