ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 
 

Il est tout sauf impartial, ce pape

Le 24 octobre 2014 - (E.S.M.) - En ce qui concerne l’homosexualité et le divorce, le synode n’est pas parvenu à un accord mais, en fin de compte, c’est le pape qui décidera. Et les changements qu’il veut introduire, il les a déjà en tête ou plutôt il les met déjà en pratique.

La patiente révolution de François

Un commentaire de Paul Anthony McGavin par Sandro Magister

Le 22 octobre 2014 - E. S. M. - François n’est pas resté silencieux pendant les deux semaines de synode, ce n’est pas vrai. Chaque jour, dans ses homélies matinales à la Maison Sainte-Marthe, il a fustigé les fanatiques de la tradition, ceux qui placent sur les épaules des êtres humains des fardeaux insupportables, ceux qui n’ont que des certitudes et jamais de doutes, ceux-là même auxquels il s’est attaqué dans le discours de conclusion qu’il a prononcé devant les pères synodaux.

Il est tout sauf impartial, ce pape. Il a voulu que le synode oriente la hiérarchie catholique vers une nouvelle perception du divorce et de l’homosexualité et il y a réussi, bien que le nombre de voix favorables au changement ait été faible lors des votes qui ont eu lieu au bout de deux semaines de discussions enflammées.

En tout cas, ce sera lui qui, en fin de compte, prendra les décisions, comme il l’a rappelé à ceux des cardinaux et des évêques qui auraient encore eu quelques doutes à ce sujet. Pour leur rafraîchir la mémoire à propos de sa puissance "suprême, pleine, immédiate et universelle", il a fait appel non pas à un passage raffiné de la constitution "Lumen Gentium mais aux rocailleux canons du code de droit canonique.

En ce qui concerne l’accès des divorcés remariés à la communion, on sait déjà quelle est l’opinion du pape. Lorsqu’il était archevêque de Buenos Aires, il autorisait les "curas villeros", ces prêtres qu’il envoyait dans les périphéries, à donner la communion à tout le monde, même si les quatre cinquièmes des couples n’étaient pas mariés. Et, depuis qu’il est pape, il ne craint pas d’encourager, par téléphone ou par lettre, des fidèles [divorcés] qui ont convolé en secondes noces à recevoir tranquillement la communion, tout de suite, sans même le préalable de ces "démarches de pénitence sous la responsabilité de l’évêque diocésain" dont il a été question au cours du synode, et il ne donne aucun démenti lorsque ces gestes viennent à être connus.

Ses pouvoirs absolus de chef de l’Église, Jorge Mario Bergoglio les exerce aussi de cette manière. Et lorsqu’il insiste pour que l'ensemble de la hiérarchie catholique le suive dans cette voie, il sait très bien que la question de l’accès des divorcés remariés à la communion, qui ne concerne qu’un petit nombre de personnes, ouvre la voie à un changement bien plus radical et concernant beaucoup plus de gens, en faveur de la "possibilité d’un second mariage", ce qui implique la dissolution du premier. Cette possibilité est admise dans les Églises orthodoxes d'Orient et François avait déclaré, peu de temps après avoir été élu pape, "il faut l’étudier" aussi pour l’Église catholique, "dans le cadre de la pastorale du mariage".

C’est au mois de juillet 2013 que le pape a rendu publique cette volonté. Mais, lors de cette même interview dans l’avion qui le ramenait du Brésil, il a également ouvert un chantier en ce qui concerne l'homosexualité, avec son mémorable "qui suis-je pour juger ?". Formule qui a été universellement interprétée comme absolvant des actes qui étaient depuis toujours condamnés par l’Église mais qui maintenant ne le sont plus, s’ils sont commis par quelqu’un qui "cherche le Seigneur avec bonne volonté".

Pendant le synode, l’idée qu’il fallait un changement dans ce domaine n’a pas eu beaucoup de succès. Il a été demandé en séance par trois pères synodaux seulement : le cardinal Christoph Schönborn, le jésuite Antonio Spadaro, directeur de la revue "La Civiltà Cattolica", et l’archevêque malais John Ha Tiong Hock.

Ce dernier s’est appuyé sur un parallèle fait par le pape François entre le jugement porté par l’Église sur l’esclavage et celui qui concerne la vision que l’homme d’aujourd’hui a de lui-même, pour affirmer que, de même que le premier jugement avait changé, de même le second pouvait évoluer.

Pour sa part le père Spadaro a repris l'exemple, donné par le pape, d’une fillette adoptée par deux femmes, pour affirmer qu’il faut traiter ces situations de manière positive et nouvelle.

Enfin, parce qu’il avait inséré dans le document de travail de mi-parcours trois paragraphes qui encourageaient le "développement affectif" entre deux hommes ou deux femmes "intégrant la dimension sexuelle", l'archevêque Bruno Forte, secrétaire spécial du synode de par la volonté du pape, a été désavoué en public par le cardinal rapporteur, le Hongrois Péter Erdö. Et la discussion entre les pères synodaux qui a suivi a détruit ces trois paragraphes qui, dans la "Relatio" finale, ont été réduits à un seul, ne contenant plus une miette de nouveauté, sans même dépasser le quorum de l'approbation.

Mais là encore le pape François et ses lieutenants, de Forte à Spadaro en passant par l'archevêque argentin Víctor Manuel Fernández, ont fixé comme objectif de faire entrer ce sujet explosif dans l'agenda de l’Église catholique, à ses plus hauts niveaux. Affaire à suivre.

Parce que la révolution de Bergoglio progresse ainsi, "à longue échéance, sans l'obsession de résultats immédiats". Parce que "l'important, c’est de lancer les processus plutôt que d’occuper les espaces". Comme le dit "Evangelii Gaudium", qui constitue le programme de son pontificat.

*

Le discours de François en clôture du synode, où il réaffirme ses pouvoirs absolus de chef de l’Église Discours du pape François

Le texte intégral de la "Relatio" finale Relatio Synodi

Et celui de la "Relatio" rédigée à mi-parcours de la discussion Relatio post disceptationem

L'intervention en séance du directeur de "La Civiltà Cattolica" Intervento di p. Antonio Spadaro S.I.

Le bilan du synode présenté avec satisfaction, dans le quotidien argentin "La Nación", par l’archevêque Víctor Manuel Fernández, ami et confident le plus proche du pape François "El Papa espera más apertura de los obispos"

À une question d’Elisabetta Piqué, la journaliste qui l’interviewait, à propos du paragraphe final "décevant" relatif à l'homosexualité, Fernández a répondu :

"Le fait que ce court paragraphe n’ait pas obtenu les deux tiers des voix ne s’explique pas seulement par un vote négatif des pères conservateurs, mais aussi par un vote négatif de certains évêques plus sensibles à cette question, qui n’ont pas été satisfaits du peu qui a été dit. […] Il nous a probablement manqué la volonté de dire, avec le pape François : 'Qui sommes-nous pour juger les gays ?'. Mais, avec le temps, beaucoup de choses pourraient mûrir de manière plus satisfaisante, parce que ce qui vient d’avoir lieu n’était qu’une première étape d’exploration".

***

Le fait que, dans le chantier ouvert par le synode, les travaux ne se sont pas du tout interrompus est confirmé par la multiplication des commentaires. On constate que beaucoup de ceux-ci sont déjà projetés vers sa seconde et dernière session, qui aura lieu au mois d’octobre 2015.

L’un des commentaires les plus originaux est celui du père Paul Anthony McGavin, un théologien australien dont les lecteurs de www.chiesa ont pu apprécier deux interventions précédentes.

McGavin n’est pas un "fan" du pape Bergoglio et il ne se prive pas de le critiquer. Mais il approuve pleinement le fait que ce pape considère la tradition de l’Église comme quelque chose de vivant, qui n’est pas fixé une fois pour toutes, et qu’il agisse en conséquence.

 Traduction française par Charles de Pechpeyrou, Paris, France.


 

Source: Sandro Magister
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 24.10.2014- T/International

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante