ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Charlie Hebdo - la seule véritable arme que nous ayons contre l'Islam radical - la vérité du Christ

Le 19 janvier 2015 - (E.S.M.) - La marche du 11 janvier: Un autre récit, celui de Jeanne Smits, pour un public anglophone.

Charlie Hebdo - la seule véritable arme que nous ayons contre l'Islam radical - la vérité du Christ

Le 19 janvier 2015 - E. S. M. - Toute la journée de ce dimanche 18 janvier, on nous a ressassé qu'il y a une semaine, la France "toute entière" communiait dans une "union sacrée" autour des "valeurs de la République", incarnées par "Saint Charlie Hebdo", sous la houlette aussi éclairée qu'intrépide de la nouvelle Jeanne d'Arc - un président qui huit jours avant s'enfonçait inexorablement dans les sondages et qui vient de se refaire une santé démoscopique, comme le proclament sans vergogne ses thuriféraires.
Dimanche prochain, on pourra recommencer avec "il y a a deux semaines", puis "il y a trois semaines", et ainsi de suite. Comptons sur les médias supplétifs du système pour exploiter au maximum la divine surprise (pour eux) du 11 janvier 2015, en lui inventant une dimension épique.

Les étrangers qui s'informent sur notre pays à travers ces mêmes médias (en particulier les chaînes de télévision publiques) pourraient donc être persuadés qu'il règne en France un unanimisme, que certains trouveront certainement splendide, mais d'autres, sans doute plus perspicaces, fortement suspect.
Indépendamment du fait que la plupart des "marcheurs" ne connaissaient "Saint-Charlie" que de nom, et ne l'ayant jamais ouvert, n'avaient donc jamais vu ses ignobles caricatures, la grande majorité a défilé non pas POUR Charlie (et pour une mythique liberté d'expression dont ils n'ont même pas conscience qu'elle se réduit comme une peau de chagrin), mais CONTRE l'islamisation de la France - voir plus. Ils se sont faits avoir, malheureusement, ayant bel et bien utilisé comme étendard celui qu'ON leur tendait, le petit rectangle noir barré du slogan "Je suis Charlie". Auraient-ils défilé aussi nombreux derrière une bannière certes moins politiquement correcte, aussi simple qu'un drapeau bleu-blanc-rouge? Ce n'est hélas pas certain, tellement les esprits sont formatés.

Jeanne Smits (voir son blog ici) rend compte des évènements dans un article en anglais qu'elle a écrit pour le site LifesiteNews auquel elle collabore. C'est une excellente description, et une saine mise au point, pour nos amis étrangers, puisqu'il s'agit d'un témoignage de première main.
A côté du texte en anglais (www.lifesitenews.com/opinion/supporting-charlie-hebdo-is-contrary-to-the-only-true-weapon-we-have-agains), voici la traduction en français.

Soutenir Charlie Hebdo est contraire à la seule véritable arme que nous ayons contre l'Islam radical - la vérité du Christ

Quand je suis allée chez mon marchand de journaux du coin pour acheter Charlie Hebdo, la sympathique étudiante qui aide l'après-midi depuis des années m'a dit qu'elle pourrait mettre un exemplaire de côté pour moi quelque part vers la fin janvier. «Nous recevons vingt exemplaires par jour, et la liste d'attente est plus de 300». Le premier million - oui, million! - d'exemplaire du premier numéro de l'«hebdomadaire satirique» à paraître après la sanglante attaque terroriste d'il y a tout juste une semaine a été vendu dans toute la France peu après dix heures ce mercredi matin; deux autres millions, ou plus, sont imprimés non-stop. J'étais abasourdie.

Pourquoi? Eh bien, je vis dans un quartier calme et résidentiel de la Rive Gauche de Paris, loin des quartiers branchés où les riches «bourgeois bohèmes» orientés à gauche se rassemblent en masse, assurant à la capitale française des maires socialistes pour de nombreuses années encore. Mon arrondissement, au contraire, se trouve être en général cher, calme et convenable, et il vote massivement à toutes les élections pour le candidat du respectable centre-droite. Pas de fantaisie ici. Ambassades, ministères et institutions internationales sont nombreux. Les enfants sont (généralement) polis et bien habillés, et des vieilles dames aux moyens réduits, et au maintien aristocratique qui ont vécu ici depuis des décennies profitent de leur conversation quotidienne avec le boulanger, le boucher et le marchand tunisien qui leur livre leurs produits d'épicerie de sa petite boutique de l'autre côté de la rue.

Alors, qui pourrait bien acheter tous ces exemplaires d'un magazine de manière flagrante trotskyste, obscène, blasphématoire, et laid dont la première page cette semaine représente une caricature de Mahomet, avec une représentation à peine subliminale de sa tête comme un organe sexuel masculin, portant le slogan officiel «Je suis Charlie» et disant: «Tout est pardonné»?

Bien sûr, il a a eu une énorme pression médiatique pour faire de l'édition exceptionnelle de Charlie Hebdo un succès sans précédent. Le journal était en train de mourir à cause de la baisse constante de son lectorat, vendant moins de 10 000 exemplaires par semaine. Ironiquement, la mort horrible de quatre de ses dessinateurs les plus connus et de six autres membres de son personnel va lui donner une nouvelle vie. Surtout maintenant, quand le fait de dire «Je suis Charlie» est devenu une incarnation de la francité. Une journaliste, Nathalie Saint-Cricq, a même suggéré de faire la chasse, et de «soigner» ceux qui sont suffisamment insensibles et anti-républicains pour ne pas adopter la phrase.

Alors, quand j'ai dit à la fille sympathique du marchand de journaux que je voulais qu'il soit absolument clair que je n'achetais Charlie Hebdo que pour des raisons professionnelles, elle a été plus qu'un peu surprise. «Eh bien, au moins vous êtes franche à ce sujet», a-t-elle dit. «Charlie publie des caricatures contre le christianisme qui sont dix fois plus obscènes, blasphématoires et pornographiques que les dessins sur l'islam» ai-je dit (certains d'entre eux, il faut le dire, étaient profondément offensants pour les musulmans). Elle n'était pas convaincue. «Peut-être est-ce juste parce qu'ils vous blessent plus», a-t-elle dit. Nous avons convenu d'être en désaccord.

Mais le propre avocat de Charlie a admis le fait, quand Charlie Hebdo a été en vain poursuivi par des associations islamiques pour avoir publié les caricatures danoises de Mahomet. Ils demandaient à être «traités sur un pied d'égalité» avec les autres religions en France: principalement le catholicisme. L'avocat Richard Malka leur a dit que c'était la dernière chose qu'ils devraient faire. «Vous voulez être traités de la même manière? Vraiment, ne le demandez pas trop, nous allons vous l'accorder! Voulez-vous vraiment être traités pareil? Comment pouvez-vous sérieusement demander cela? Ce que je peux vous dire, c'est que même à Charlie Hebdo, ils n'oseraient pas en faire le dixième contre Mahomet. Personne dans ce pays n'oserait en faire le dixième contre le prophète Mahomet!».

Je ne peux décemment pas décrire ici comment Charlie Hebdo a dépeint la Sainte Trinité sur sa première page, il suffit de dire que le dessin a été publié au cours du débat à propos du «mariage» de même sexe, dans lequel l'équipe de rédaction libertaire et anarchiste du journal s'est rangée avec enthousiasme du côté du la destruction du pilier de la société.

Quand la nouvelle des meurtres barbares à Charlie Hebdo est sortie le 7 Janvier, et que l'ensemble de la France était dans un état de choc, j'étais à Strasbourg pour l'audience sur le cas de Vincent Lambert, un homme tétraplégique dans un état de conscience minimale que les médecins veulent priver de nutrition entérale et d'hydratation pour le faire mourir. Si l'attaque meurtrière sur une équipe de journalistes provocateurs et anti-religieux était barbare et horrible, la volonté croissante des sociétés occidentales de se débarrasser des plus faibles n'est-elle pas un autre exemple de la violence de l'homme contre son semblable?

J'ai couru vers un kiosque à journaux qui montrait des affiches de la dernière édition spéciale de Charlie, que j'avais vues des semaines plus tôt et espérais ne plus avoir à nouveau sous les yeux. Sous le titre «La véritable histoire de l'enfant Jésus», elle montrait un dessin de la Vierge Marie juste après avoir donné naissance à l'enfant Jésus; il était couché sur des latrines à la turque. J'ai pensé «Que Dieu leur pardonne». Mais les survivants de l'attentat terroriste ont fait clairement savoir qu'ils étaient incommodés par les assurances de prière et de soutien de l'Eglise catholique, et par la sonnerie des cloches des églises le lendemain de la tuerie de leurs amis.

Ça - Mon Dieu, pardonne-leur, je t'en prie ... - c'est Charlie Hebdo. C'est le journal auquel la France s'identifie. C'est la «liberté d'expression» erronée que tous proclament révérer et vouloir défendre comme la plus haute des valeurs républicaines. C'est pourquoi des centaines d'exemplaires de Charlie Hebdo sont vendus dans les quartiers les plus bourgeois de Paris.

L'AGRIF, (“Alliance contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne”), une ligue de défense chrétienne, a poursuivi Charlie Hebdo à plusieurs reprises pour un certain nombre de dessins anti-chrétiens obscènes. Le journal a représenté les Papes comme des pédophiles, l'Eucharistie comme un préservatif, le Conclave comme une orgie dissolue. Dans une procédure, l'AGRIF poursuivait une phrase dans laquelle le journal réclamait que les «chrétiens» soient «jetés aux lions».

L'AGRIF a perdu la plupart de ces batailles, les juges confirmant le droit des humoristes à caricaturer. Comme l'a dit Charlie Hebdo: «Le blasphème est un élément constitutif de la démocratie». En d'autres termes, dans un pays profondément séculariste comme la France, aucun droit religieux ou proclamation publique de la foi chrétienne ne peut tenir tête aux droits supérieurs de l'athéisme et au rejet de Dieu de la sphère publique(d'un autre côté, et ceci est un paradoxe, les politiciens ou les enseignants qui osent remettre en question les mœurs de Mahomet et les conquêtes agressives de l'Islam dans l'histoire sont réputés être «raciste» et «discriminatoires».)

Maintenant, poursuivre par une procédure judiciaire quelqu'un qui vous choque profondément dans ce que vous considérez comme le plus sacré, est certainement une manière civilisée de réclamer la justice et le respect. Abattre dix journalistes et membres du personnel d'un journal qui, en plus d'exprimer une critique ouverte, bien que prudente, de l'Islam, choisit d'offenser les musulmans religieux en transgressant l'interdiction islamique de dépeindre «le Prophète», est une illustration tragique de la violence du Coran qui ordonne que les blasphémateurs soient exécutés. De nombreux pays islamiques, alliés de l'Occident, appliquent la charia à la lettre. A Paris, des musulmans radicalisés ont pris cette loi violente dans leurs propres mains. Dans les banlieues ethniques de la France, de nombreux jeunes musulmans ont applaudi.

Ce fait, ainsi que le vide spirituel de la France, où la pratique religieuse catholique régulière a chuté à moins de 5%, est un motif de vive préoccupation. Mais que donne la société française à cette jeunesse musulmane - dont la plupart ont passé des années dans le système public laïc de l'Education nationale - si ce n'est l'exemple d'une nation qui a abandonné sa foi? Quelle sorte de paix peut-on espérer lorsque l'avortement légal, considéré comme un «droit fondamental» pas plus tard qu'en Novembre, tue plus de 600 bébés à naître chaque jour? L'Islam méprise-t-il les pays occidentaux? L'Islam se souvient qu'il a autrefois recouvert l'Espagne, et qu'il a atteint Poitiers dans le centre de la France. Mais alors, il combattait la foi chrétienne. Malheureusement, en proclamant une sorte de revendication nationale du blasphème sans jamais poser la question de la vérité, la France, au minimum, donne plus de raisons aux radicaux musulmans de la haïr.

Quelques millions d'exemplaires de Charlie Hebdo plus tard, et après la gigantesque Marche Parisienne qui a vu une étrange «Europe unie» proclamant «Je suis Charlie» autour de François Hollande, Angela Merkel, David Cameron, et tant d'autres, je me demande comment ils vont réagir. Condamner les terroristes est une chose. Transformer la crainte d'un pays, l'indignation et la solidarité nationale en une demande idéologique et laïque en est une autre.

Mais François Hollande en a désespérément besoin. La «Manif pour tous» de 2013 qui a vu des centaines de milliers voire des millions de personnes à travers la France se lever pour le mariage naturel, lui a laissé l'image d'un séparateur de ce qui restait de l'unité de la nation. Maintenant il peut dire qu'il a réuni la France dans une démonstration sans précédent de laïcité et d'«unité républicaine». Rares sont ceux qui se souviennent que la République française est née de la Terreur et de la persécution de la foi catholique.

J'ai mon idée sur l'affluence mesurée de la Marche de Paris de dimanche sous le slogan «Je suis Charlie». La comparaison de la longueur, l'espace occupé et la durée de la Marche avec ceux de plusieurs des «Manifs pour tous» montre clairement que la police a donné comparativement des chiffres beaucoup plus importants dimanche dernier (jusqu'à 1,7 millions) qu'en Janvier et Mars 2013 lorsque la culture de la vie était défendue dans les avenues de Paris. Ces manifestations avaient débuté à 13 heures, et à 19 heures les gens s'entassaient encore aux extrémités. Dimanche, la «Marche» a débuté à 15 heures, et là où j'habite, j'ai vu de nombreux marcheurs rentrer déjà chez eux vers 17h30.

Ces personnes, consciemment ou non, se sont privées de la seule «arme» possible contre l'islam radicalisé. Les islamistes radicaux (et tous les musulmans qui sont massivement entrés en Occident et l'ont trouvé vide) ont désespérément besoin du trésor qui s'accroît quand il est partagé, un appel à découvrir la vérité de l'amour du Christ auquel, en tant qu'êtres humains, ils aspirent malgré eux. Il n'y a que cela qui peut arrêter la haine à laquelle ils consacrent leur vie.
 

Sources : benoit-et-moi

 Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel
Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 19.01.2015

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante