ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Le secrétaire de Benoît XVI dérange à la Curie !

 

Cité du Vatican, le 17 janvier 2008 - (E.S.M.) - Je ne peux pas me marier mais je connais l'amour": ainsi titre l'hebdomadaire "Vista", suite à une interview récente avec Georg Gaenswein, secrétaire particulier de Benoît XVI. Cette interview semble avoir fait grincer les dents à quelques membres de la Curie, où poisons, jalousies et méchanceté vis-à-vis de Georg ne manquent pas.

Monsignor Georg Gaenswein, secrétaire particulier de Benoît XVI - Pour agrandir l'image  Cliquer

Le secrétaire de Benoît XVI dérange à la Curie !

Interview de Georg Gaenswein par l'hebdomadaire "Vista"

"Je ne peux pas me marier mais je connais l'amour": ainsi titre l'hebdomadaire "Vista", suite à une interview récente avec Georg Gaenswein, secrétaire particulier de Benoît XVI. Il y a une perle cachée dans la terre et c'est l'amour pour le Christ. Si on la retrouve, les perspectives s'élargissent, et la vie change. Cependant renoncer au mariage n'est pas renoncer à l'amour, dans le sens qu'avec le célibat on répond à un appel plus grand à un amour plus fort". Georg "le beau" raconte sa vocation, " une vocation qui s'est tout doucement développée" et de son adolescence en famille, le sport surtout le ski et le tennis et la musique ont dominé: Il a joué de la clarinette dans la fanfare du pays comme beaucoup de jeunes, il a porté les cheveux longs et il a écouté les Pink Floyd et les Beatles.

« Je fréquentais la dernière année de lycée, lorsque je vis s’ouvrir devant moi, comme mystérieusement, une inspiration impalpable, la route du sacerdoce. Je me demandais : est-ce peut-être une duperie d'une Fée Morgane ? Trois ou quatre mois avant le moment de rentrer au Séminaire, j'en parlais à mes parents. Ils en furent surpris, bien que profondément catholiques, et de cet instant, ils prièrent pour que se produise en moi, un éclaircissement. Ensuite j'en informai mes frères ».

Cinq ans au Couvent théologique de Fribourg, un an au Séminaire Saint Pierre dans la Forêt Noire, un an dans une paroisse « pour rester un pied dans la réalité pastorale.». En 1984, il fut ordonné prêtre dans la Cathédrale de Fribourg : l'éclaircissement au fur et à mesure s'était produit. Après avoir étudié le droit canonique à Monaco di Baviera (Munich), de 1986 à 1993 le père Georg a été chapelain dans un monastère de sœurs où il célébrait la Messe et confessait. « Rome n'était pas encore à l'horizon – continue-t-il – j’étais à peine devenu secrétaire particulier de l'archevêque de Fribourg lorsque, en janvier 1995, de la Curie romaine, je fus réclamé comme prêtre de langue allemande. L'archevêque de Fribourg me dit: 'vas', mais dans cinq ans tu dois revenir."Il n'en fut pas ainsi." "Je vivais dans le collège teutonique, fondé par Charles Grand, qui se trouve à l'intérieur du Vatican et là, le cardinal Ratzinger y célébrait sexte, puis déjeunait avec les prêtres. Ce fut ainsi que je le connus: il était déjà depuis un certain temps mon étoile polaire, parce que j'avais étudié sur ses livres dont ma vie de prêtre était imprégnée. Je travaillais auprès de la Congrégation à ce moment-là pour le Culte divin, mais après un an, le cardinal m'appela dans sa Congrégation pour la Doctrine de la Foi, anciennement le Saint Office. Je commençai à enseigner la matière nommé Munus Docendi en même temps, qui traite de l'annonce de la Parole à l'université Pontificale de la Sainte Croix (Santa Croce). Finalement, en mars 2003, le cardinal me fit son secrétaire."

Sur ses rapport avec le pape Benoît XVI, monsignor Gaenswein dit : « Je dois garder mes distances, je ne dois pas apparaître, et dois le plus possible me taire parce que tout ce que je peux dire, devient inévitablement les paroles du pape ». Inutile de dire que la journée de Benoît XVI et de Georg se déroule dans une très étroite collaboration. « A sept heure du matin, la Sainte Messe - dit-il en racontant la journée « type » du Saint Père - avec le recueillement de la prière et la méditation devant le Seigneur. Suit le petit déjeuner ; ensuite je me consacre à une très nombreuse correspondance officielle qui arrive sur la table du Pape, avec lequel ensuite je m'entretiens pour parler des sujets les plus importants du jour. Je l'accompagne donc aux audiences qui se tiennent au deuxième étage. Nous déjeunons ensemble et toujours ensemble nous faisons une brève promenade délassante dans les jardins du Vatican. L'examen et la discussion des questions importantes se produisent durant les heures suivantes consacrées aussi à la signature des documents relatifs au gouvernement de l'Église ».

Georg, victime d'ignobles jalousies au sein même de la Curie

L'interview a été publiée en exclusivité dans le numéro du 14 décembre, mais elle est pratiquement passée inaperçue, et jusqu'à il y a quelques jours, elle était introuvable sur le web. Il n'est un mystère pour personne - qu'à cause d'une photo volée alors qu'il jouait au tennis et publiée sur un hebdomadaire italien l'an dernier - monsignor Gaenswein a reçu beaucoup de critiques, et depuis ce moment, il s'est encore refermé davantage vis-à-vis des journalistes italiens en quête de scoops faciles. Aussi, cette interview semble avoir fait grincer les dents à quelques membres de la Curie, où poisons, jalousies et méchanceté vis-à-vis de Georg ne manquent pas. Un autre hebdomadaire italien parle dans ce sens de "voix destructives" et suppose l'existence même  de "quelques dossiers pilotés, pour faire du tort à monsignor Georg Gaenswein, de la part d'un ecclésiastique rampant, désireux d'obtenir une place d'une telle responsabilité dans la Curie Romaine." Depuis quelques mois, on n'entend même des voix de son possible déplacement en Allemagne avec une nomination d'évêque auxiliaire de Munich.
 

Sources: (© traduction E.S.M.)

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 17.01.2008 - BENOÎT XVI

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante