ACCUEIL

BENOÎT XVI

L'EVANGILE DU JOUR

LA FAMILLE

TEXTES DU VATICAN

JEAN PAUL II

CHRIST MISERICORDIEUX

ACTUALITE DE L'EGLISE

CATECHESES

LITURGIE

LES JEUNES

FIDELES LAICS

JOUR DU SEIGNEUR

SERVANTS DE MESSE

SPIRITUALITE

THEOLOGIE

VOCATIONS

VOYAGE APOSTOLIQUE

GALERIE PHOTOS

TV VATICAN

MEDITATIONS

BREVES

QUI SOMMES NOUS

NOUS CONTACTER
 
BIBLIOTHEQUE
FORUM
ESCHATOLOGIE
LIENS
.
STATISTIQUES
 
Ouverture du site
19 Avril 2005
 

Le "cœur" du magistère de Benoît XVI

 

Rome, le 14 décembre 2007 - (E.S.M.) - Les explications du cardinal Camillo Ruini aux prêtres de Rome sur le livre de Joseph Ratzinger-Benoît XVI. Elles portent aussi sur ses applications politiques, qui ne sont jamais sacrées ni définitives, mais à "réélaborer, reformuler et corriger" en permanence, par Sandro Magister

Le cardinal Camilio Ruini Pour agrandir l'image: C'est ici

Le "cœur" du magistère de Benoît XVI

A l’approche de Noël et pour la seconde année consécutive, le cardinal Camillo Ruini a réuni les prêtres du diocèse du pape, dont il est le vicaire, pour leur expliquer le "cœur" du magistère de Benoît XVI.

L’an dernier, son analyse était centrée principalement sur le discours de Ratisbonne.

Cette année, le 6 décembre, il a centré sa réflexion sur le livre "Jésus de Nazareth".

Dans la première partie de son analyse, le cardinal Ruini montre comment, dans l’ouvrage, le Jésus des Évangiles ne fait qu’un avec le Jésus réel, le Jésus "historique".

Dans la seconde partie, il explique "la signification que Jésus a pour nous", une signification "qui touche Joseph Ratzinger/Benoît XVI au plus haut point". En d’autres termes: "comment adapter la personne et le message de Jésus à la situation historique actuelle".

Ruini examine l’aspect politique. Quel ordre social et politique peut découler d’un enseignement de Jésus aussi antipolitique en apparence que le Discours sur la montagne ?

Réponse de Ruini, à la lumière du livre de Benoît XVI : Jésus a libéré de toute prétention à la sacralité et au "droit divin" les systèmes politiques et sociaux, pour les confier à la liberté de l’homme.

Mais cette liberté n’est laissée à elle-même. Par le regard de Dieu et par la communion avec Jésus, l’homme "apprend à discerner le juste et le bien". L’adoration du Dieu unique et la responsabilité envers le prochain lorsque celui-ci est dans le besoin ou en position de faiblesse – ce sont là les commandements suprêmes de la Torah et de l’Évangile – ne peuvent se réaliser pleinement dans aucun système social. Ils obligent cependant la chrétienté à "réélaborer, reformuler et corriger" en permanence une doctrine sociale qui s’en inspire.

Le cardinal Ruini entend ainsi repousser à la fois les thèses de certaines "théologies politiques" présentes chez les catholiques et les critiques laïques qui accusent l’Église de vouloir transposer et imposer la morale catholique dans les lois civiles.

En Italie, et plus généralement dans les pays démocratiques, ces dernières critiques sont aujourd’hui particulièrement vives. Notamment lorsqu’il s’agit de légiférer sur ce que l’Église a défini comme des fondements "non négociables" comme la famille et la vie "de la conception à la mort naturelle".

Chaque fois que Benoît XVI ou d’autres autorités de l’Église prennent la défense de ces fondements, on les accuse d’empiéter sur le domaine politique et de porter atteinte à la laïcité.

Mais concrètement, c’est toujours le libre jeu des tendances politiques et la volonté des citoyens qui décident. Il y a deux ans, le 2 décembre 2005, peu de temps après le référendum qui, en Italie, avait donné la victoire à l’Église en matière de fécondation artificielle, le cardinal Ruini s’était adressé à ses adversaires du monde laïc en ces termes pacifiques :

"Je voudrais faire une proposition, qui peut paraître assez banale mais qui a le mérite de permettre de sortir, au niveau pratique, l’impasse à laquelle aboutit l’opposition entre partisans et adversaires de l’approche relativiste en matière d’éthique publique, sans obliger ni les uns ni les autres à renoncer à agir selon leurs propres convictions.

"Il s’agit donc de s’en remettre, même dans ces domaines, à la libre confrontation des idées, en respectant ses conséquences démocratiques, même si nous ne les partageons pas.

"Heureusement, c’est ce qui se produit déjà concrètement dans un pays démocratique comme l’Italie. Mais il est bon que tous, nous en prenions davantage conscience, pour détendre l’atmosphère d’une confrontation qui risque fort de durer très longtemps, alimentée par des arguments toujours nouveaux.

"Les défenseurs du relativisme continueront à penser que, dans certains cas, les ‘droits à la liberté’ ont été violés, alors que les défenseurs d’une approche centrée sur l’être humain continueront à considérer que dans d’autres cas, des droits naturels – et donc préalables à toute décision humaine – ont été violés. Mais il n’y aura pas de raison de s’accuser mutuellement d’extrémisme antidémocratique".

Retour à la réflexion du cardinal Ruini sur "Jésus de Nazareth".

Dont voici la partie finale:

La signification de Jésus pour nous

par Camillo Ruini

Dans le livre de Joseph Ratzinger-Benoît XVI "Jésus de Nazareth", le message de Jésus est actualisé à différents points de vue, tous intimement liés.

Commençons par la "grande question" qui revient souvent dans le livre: quel est le véritable don de Jésus au monde, puisque ce n’est pas la paix, ni le bien-être pour chacun ni un monde meilleur ?

La réponse est fort simple: Dieu. Jésus "a apporté" Dieu, ce Dieu dont les peuples n’avaient fait qu’entrevoir de multiples silhouettes et dont seul Israël avait dans une certaine mesure connu le visage.

C’est en Jésus, à travers l’Église famille de ses disciples, que ce Dieu fait connaître son visage à chaque homme. Il nous montre ainsi la route qu’en tant qu’hommes nous devons suivre en ce monde. "Seule la dureté de notre cœur nous fait penser que c’est bien peu de chose".

De plus, en apportant Dieu au monde, Jésus accomplit le grand exorcisme qui libère le monde du pouvoir du démon et, tout en le libérant, il le "rationalise", c’est-à-dire qu’il le soustrait à la domination destructrice de l’irrationalité. L’histoire confirme que là où parvient la lumière de Dieu, le monde devient libre. En revanche, là où elle est repoussée, l’esclavage revient.

En réalité, c’est seulement à partir de Dieu que l’on peut comprendre l’homme et ce n’est que si l’homme vit en rapport avec Dieu que sa vie devient juste. Voilà le sens du Discours sur la montagne, qui, en renversant les fausses valeurs, délimite un cadre complet de l’humanité juste.

* * *

La deuxième actualisation du message de Jésus concerne l’amour du prochain.


Déjà, dans l’Ancien Testament, à la loi fondamentale de la Torah concernant la foi en un Dieu unique dont tout dépend, s’ajoute peu à peu la responsabilité vis-à-vis des pauvres, des veuves et des orphelins. Au point d’occuper le même rang – au fil de l’évolution des discours des prophètes – que l’adoration du Dieu unique. Cette responsabilité fusionne donc avec l’image de Dieu et la définit de manière très concrète: on ne peut pas séparer l’amour de Dieu de l’amour du prochain, "l’enseignement social est un enseignement théologique et l’enseignement théologique a un caractère social".

A ce niveau, Jésus ne fait rien d’inédit aux yeux des juifs: il reprend cette dynamique de l’Ancien Testament et lui donne une forme radicale. Une forme qui, en réalité, est également christologique: "chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces plus petits, qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait" (Matthieu 25, 40).

Avec la parabole du bon Samaritain, Jésus nous montre cependant qu’il ne s’agit pas de définir qui est mon prochain et qui ne l’est pas. Il s’agit de moi-même, je dois devenir ce prochain, pour qu’ainsi l’autre – quel qu’il soit, universellement – compte pour moi autant que moi-même. Cette parabole est d’une actualité évidente. Si nous l’appliquons à l’échelle de la société mondialisée, les populations spoliées et saccagées en Afrique – et pas seulement en Afrique – nous concernent de près et nous interpellent à un double point de vue. Parce qu’avec notre histoire, avec notre mode de vie, nous avons contribué et nous contribuons toujours à spolier ces populations et parce que, au lieu de leur apporter Dieu, le Dieu qui nous est proche en Jésus-Christ, nous leur avons apporté le cynisme d’un monde sans Dieu.

Nietzsche critique la "morale du christianisme", à savoir l’orientation de vie définie par le Discours sur la montagne et par les Béatitudes. Il l’accuse d’être un "crime capital contre la vie", comme s’il s’agissait d’une morale hostile à la joie, une religion de l’envie et du ressentiment. Cette critique a profondément influencé la conscience moderne et elle inspire en grande partie la manière dont la vie est perçue aujourd’hui. Mais les expériences des régimes totalitaires, tout comme l’abus du pouvoir économique, qui rabaisse l’homme au rang de marchandise, commencent à nous faire mieux comprendre le sens des Béatitudes. Certes, elles s’opposent au goût pour la vie que nous avons spontanément. Certes, elles exigent une conversion, c’est-à-dire un demi-tour intérieur par rapport à la direction que nous prendrions spontanément.

Mais cette conversion met en lumière ce qui est pur, ce qui est plus élevé. Elle ordonne notre existence de manière juste. En bref, la vraie "morale" du christianisme, c’est l’amour, qui s’oppose à l’égoïsme. Elle nous fait sortir de nous-mêmes, mais c’est justement comme cela que l’homme parvient à se trouver. C’est grâce à ce "sentier de haute montagne" que se révèle à nous la richesse de la vie, la grandeur de la vocation de l’homme.

* * *

La troisième actualisation du message de Jésus part de la critique du rabbin Jacob Neusner, partagée par de beaucoup de gens, qui affirme qu’aucun ordre social ne peut être fondé sur le Discours sur la montagne. (voir quatrième chapitre du livre : "Jésus de Nazareth")

C’est sûrement vrai en ce sens que, dans la nouvelle et universelle "famille de Jésus", les formes juridiques et sociales concrètes et les systèmes politiques ne sont plus - et ne peuvent plus être - institués comme droit sacré pour toutes les époques et pour tous les peuples.

La communion fondamentale de volonté avec Dieu qui nous a été donnée par le Christ devient décisive. Grâce à elle, les hommes et les peuples sont aujourd’hui libres de discerner ce qui, dans l’ordre social et politique, correspond à cette communion de volonté, pour pouvoir ensuite établir eux-mêmes le système juridique.

L’absence d’un ordre social concret dans l’annonce de Jésus renferme donc – et cache en même temps – un processus qui concerne l’histoire universelle et qui n’a existé que dans la culture chrétienne: les systèmes politiques et sociaux concrets sont libérés de la sacralité immédiate – d’une législation basée directement sur le droit divin – et confiés à la liberté de l’homme qui, à travers Jésus, est enracinée dans la volonté du Père et qui, partant de lui, apprend à discerner ce qui est juste et ce qui est bien.

Ce n’est qu’avec les temps modernes que toute la portée de ce processus fondamental a été comprise. Mais il a été immédiatement interprété de manière unilatérale et faussée.

La liberté de l’homme, en effet, a été entièrement soustraite au regard de Dieu et à la communion avec Jésus. La liberté pour l’universalité, et donc la juste laïcité de l’État, s’est transformée en quelque chose de totalement profane, en un "laïcisme" dont l’oubli de Dieu et l’orientation exclusive vers le succès semblent être devenus des éléments constitutifs. Mais ainsi, la raison de l’homme perd son point de référence et court toujours le risque d’être obscurcie et aveuglée.

En réalité, on peut déjà entrevoir dans la Torah un dialogue continu entre normes conditionnées par l’histoire et "métanormes". Ces normes supérieures expriment ce qui est exigé en permanence par l’alliance avec Dieu, c’est-à-dire, comme nous l’avons vu, l’adoration de Dieu seul et la responsabilité envers le prochain lorsque celui-ci est dans le besoin ou en position de faiblesse.

Jésus se situe sur cette même ligne et il la rend encore plus "dynamique". Il ne formule pas un ordre social, mais il place certainement en amont des systèmes sociaux les critères fondamentaux qui, de toute façon, ne peuvent pas, en tant que tels, trouver leur plein accomplissement dans quelque ordre social que ce soit.

Aujourd’hui encore, la chrétienté doit sans cesse réélaborer, reformuler, et corriger les systèmes sociaux – c’est la "doctrine sociale chrétienne" – face aux nouvelles évolutions. C’est dans le message de Jésus, enraciné dans la Torah et dans l’évolution de celle-ci en fonction de la critique des prophètes, qu’elle peut trouver non seulement l’espace suffisant pour les évolutions historiques nécessaires, mais aussi la base stable qui garantit la dignité de l’homme à partir de la dignité de Dieu.


L’exposé fait l’an dernier par le cardinal Ruini devant le clergé de Rome, sur le "cœur" de la pensée de Benoît XVI, et en particulier sur le discours de Ratisbonne : Le cœur de la prédication de Benoît XVI est en effet, Jésus

Traduction française par Charles de Pechpeyrou, Paris, France.
 

Sources: www.vatican.va - E.S.M.

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

Eucharistie, sacrement de la miséricorde - (E.S.M.) 14.12.2007 - BENOÎT XVI - T/JN

 

 » Sélection des derniers articles  
page précédente haut de page page suivante